Keyword - Travail du dimanche

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, janvier 31 2015

Edito - Le travail du dimanche doit rester une exception

0.A0011AC20140723-06-prudhomme-porte.jpg

Pour Force Ouvrière, le travail dominical doit rester une exception.

"Le syndicat s’est toujours montrée hostile à toute extension du travail dominical. Il ne cesse de rappeler qu’il doit garder un caractère dérogatoire et exceptionnel. Demain, l’exception ne doit pas devenir la règle ! Le travail du dimanche ne favorise pas davantage la consommation. Le pouvoir d’achat des ménages n’est pas extensible en ces périodes de crise. Au surplus, le travail du dimanche déstructure la vie privée et familiale et favorise le travail à temps partiel...

Or, le projet de loi Macron ne répond pas à nos revendications ; bien au contraire. Sous couvert de simplification, de nouvelles zones de dérogation au repos dominical sont créées : zones touristiques, zones touristiques internationales, zones commerciales et commerces de gares. Cependant, faute de définition précise, il est difficile d’en appréhender les contours et les effets à l’égard des salariés.

Réclamation d'une compensation minimale généralisée et applicable à tous

Nos revendications en matière de compensations salariales ont été partiellement entendues puisque ces dernières ont été, dans leur principe, généralisées. Pour autant elles demeurent insatisfaisantes. C’est pourquoi nous continuons à réclamer qu’une compensation minimale généralisée et applicable à tous soit inscrite dans la loi.

En outre, même si la généralisation de l’obligation du volontariat pourrait être saluée, ce volontariat ne leurre personne dans le cadre d’une relation de travail, eu égard au lien de subordination inhérent à tout contrat de travail.

Aucune garantie suffisante pour les salariés

Par ailleurs, Force Ouvrière considérait que 5 dimanches travaillés, c’était déjà trop alors 12, n’en parlons pas ! Non seulement ce nombre a considérablement augmenté mais en plus, il ne s’accompagne d’aucune garantie suffisante !

De surcroît, les commerces de détail alimentaire situés dans les nouvelles zones ne seraient plus dans l’obligation de n’ouvrir que jusqu’à 13 heures, mais pourraient rester ouverts toute la journée, à condition qu’un accord collectif le prévoie ou, à défaut que les salariés l’acceptent, à la majorité des 2/3 et sur proposition de l’employeur, ce qui reviendrait à écarter les organisations syndicales.

Enfin, sans remettre en cause le travail de nuit, le projet de loi crée "le travail en soirée", afin de permettre à certains établissements installés dans des zones de tourisme internationales d'ouvrir jusqu’à minuit. Même s’il est prévu d’accorder à ces salariés certaines garanties protectrices propres au travail de nuit, il s’agit, une nouvelle fois d’une atteinte portée à la sphère privée du salarié. À tout le moins, nous veillerons à ce que cette contrainte supplémentaire soit prise en compte en tant que critère à part entière dans l’appréciation de la pénibilité."

Didier Porte, secrétaire confédéral de FO

dimanche, décembre 14 2014

Edito - Loi Macron : faux semblants et sens cachés

0.A00117404088-qui-sont-les-nouveaux-conseillers-de-hollande.jpg

Comment ne pas être affligé par le débat sur la loi Macron ? La grande majorité des médias accrédite les arguments absolument pas démontrés selon lesquels la dérèglementation pourrait soutenir la croissance comme des perroquets. Petit décryptage de ce projet.

Un outil pour la croissance ?

L’un des premiers arguments pour justifier la libéralisation du travail du dimanche sont les touristes chinois qui pourraient alors rester à Paris le dimanche pour faire des courses. Passons sur le fait que l’organisation de notre société devrait être définie par les besoins des riches touristes chinois… Cela en dit long sur la boussole de ceux qui osent avancer cet argument. Encore plus effarant, ils ne paient généralement pas la TVA, ce qui limite quand même grandement l’intérêt de leurs achats. Soit dit en passant, rien ne justifie cette niche fiscale qui ne profite qu’aux plus riches. Pourquoi les riches voyageurs internationaux ne devraient pas payer les taxes que les citoyens lambda paient tous les jours ?

D’autres disent que la baisse des prix des professions dites protégées créerait du pouvoir d’achat. Passons sur le fait que la baisse du prix des notaires touchera d’abord les plus riches, qui y passent plus souvent que les classes populaires… Ensuite, cette idée est doublement absurde. La baisse des prix est déflationniste en réduisant le pouvoir d’achat de ces professions et pourrait donc pénaliser la croissance. Pire, on voit souvent que la libéralisation ne provoque pas une baisse des prix : la santé, les écoles privées, l’énergie ou les renseignements téléphoniques démontrent l’exact contraire, pour de multiples raisons. Bref, les arguments sur lesquels repose cette loi ne sont vraiment pas solides.

Boucs émissaires et égoïsme

Mais il y a d’autres aspects de cette loi qui pose problème. Si elle restera probablement sans aucun effet sur la croissance, en revanche, elle est une pièce de plus dans le discours néolibéral qui s’impose. S’il est possible qu’elle s’attaque à quelques rentes exagérées (je ne connais pas assez ces dossiers pour me prononcer), toute la dialectique sur les rentes et les « professions protégées » n’est pas neutre dans le climat actuel. Elle entretient l’idée que ces professions bénéficieraient d’un avantage indu, qu’elles ne contribueraient pas aux efforts que tout le monde fait. Mais ce faisant, cela décrit un objectif final où plus personne ne devrait bénéficier de la moindre protection.

Cette présentation du débat est assez habile car l’assimilation de la réglementation à une protection, puis à une rente, si elle n’est sans doute pas tout le temps fausse (sans quoi l’argument ne pourrait sans doute pas tenir), revient à discréditer a priori toute forme d’organisation et de réglementation de notre économie. L’idée même de défendre la moindre contrainte est implicitement disqualifiée par la rhétorique développée en défense du projet de loi Macron, quelques années à peine après le désastre des subprimes et la plus grave crise économique, provoquée justement par un abus de laisser-faire dans la finance. Derrière cette loi, il y a bel et bien l’idéologie néolibérale la plus dogmatique.

Le néolibéralisme est habile car il créé des boucs émissaires (les professions « protégées) qui nourrissent son idéologie, pour essayer de nous faire croire que la sommes des égoïsmes et la suppression des cadres de notre société produirait du bien commun, alors qu’ils ne produisent que la loi de la jungle.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

vendredi, décembre 12 2014

Edito - Que penser du projet de loi Macron ?

0.A00114537891_6_34b5_manuel-valls-et-emmanuel-macron-quitte_d58d4522799baca38f8c0809b8ae7c33.jpg

C’est le sujet législatif de la semaine. Le projet de loi Macron a été présenté en conseil des ministres, puis à la presse avant hier. Il doit rester comme un marqueur du quinquennat, une des meilleures illustrations du cap libéral assumé par François Hollande, puisqu’il prolonge les travaux de la commission Attali.

Jacques Attali au pouvoir ?

Quand on prend un peu de recul, il y a de quoi être assez estomaqué par ce projet phare de la deuxième moitié du mandat de François Hollande. Bien sûr, il peut exister certaines rentes injustifiées et excessives et il est normal de s’y attaquer et certaines complexités de notre droit peuvent être contre-productives, mais ce projet va bien au-delà. De manière stupéfiante, il s’agit d’un projet néolibéral, qui, sous couvert initialement de redonner du pouvoir d’achat aux ménages, ce qu’avait défendu Arnaud Montebourg cet été, est un projet global de déréglementation de l’économie française, visant à faire reculer le service public et poussant le détail jusqu’à prévoir quelques dérisoires milliards de session d’actifs.

Encore plus effarant, ce projet fourre-tout est un prolongement du rapport de Jacques Attali de « libération de la croissance », qu’avait en partie mis en place Nicolas Sarkozy. Il est tout de même incroyable de voir ce qu’on appelle la gauche déréglementer plus encore l’économie française deux ans et demi après avoir pris le pouvoir à la droite ! Ainsi, François Hollande dépasse Nicolas Sarkozy sur sa droite sur plusieurs questions économiques. Par exemple, il est assez effarant que ce soit le candidat du PS qui libéralise le travail du dimanche, que le président de l’UMP avait tant de fois appelé de ses vœux mais n’avait pas osé faire. Tout ceci démontre la faillite du débat politique actuel quand il se limite au PS et à l’UMP.

Courant d’air néolibéral

Mais le traitement de l’information est également accablant. Si ce n’est un éclairage des décodeurs très descriptif, Le Monde couvre la loi comme pourraient le faire les éléments les plus libéraux et dogmatiques du Medef, accréditant l’idée que cette loi s’attaque aux « maladies de la France », qu’elle est censée doper la croissance et publiant naturellement une tribune qui défend l’ouverture du travail le dimanche, qui serait une « chance économique et sociale ». La couverture de cette loi ressemble plus à de la propagande, la seule question autorisée semblant être de dire qu’elle ne va sans doute pas assez loin puisque le gouvernement a renoncé à réformer les pharmacies, ou les taxis…

La présentation du débat sur le travail du dimanche est particulièrement choquante puisqu’elle se résume à de purs arguments mercantilistes, à savoir que les touristes chinois pourraient dépenser plus en France, et ne pas avoir à aller à Londres, sans jamais vraiment se poser la question de la vie familiale et son équilibre. En outre, parler de volontariat est un peu hypocrite quand 15 % des Français recherchent un travail et il faut noter que la question de la rémunération supplémentaire est renvoyée à des accords, l’État n’imposant pas de cadre… Bref, sur cette question, encore une fois, de manière assez effarante, le Parti Socialiste semble vouloir dépasser l’ancienne majorité par sa droite.

Pour toutes ces raisons, la loi Macron, avec l’opposition de la France à la taxe Tobin européenne, démontre non seulement les reniements de François Hollande, mais aussi la dérive effarante d’une classe politique où ce qu’on appelle la gauche dépasse la droite par la droite sur certains sujets.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mercredi, novembre 19 2014

Edito - Travail du dimanche : Emmanuel Macron va plus loin que Nicolas Sarkozy

0.A0011911-Macron.jpg

Dans quelques années, on regardera sans doute avec étonnement cette majorité dite de gauche, qui réduit le prix du travail laissé par ses prédécesseurs de droite, simplifie les procédures administratives, et semble déterminée à faire ce que Nicolas Sarkozy n’avait pas fait sur le travail du dimanche.

Big bang néolibéral le dimanche ?

C’est une tarte à la crème des néolibéraux : notre pays devrait faciliter le travail du dimanche pour relancer son économie. Passons sur le fait que l’Allemagne a une législation plus stricte que nous dans la restriction des horaires d’ouverture des commerces et que cela ne semble pas vraiment l'handicaper en Europe. C’est d’ailleurs une rengaine que nous a servi Nicolas Sarkozy comme candidat, puis président, puis à nouveau candidat, sans que l’on comprenne bien pourquoi les choses n’avaient pas plus changé pendant qu’il était au pouvoir. Il semble malheureusement qu’il fallait que la « gauche » arrive au pouvoir pour déréguler plus encore le droit du travail, étant donnés les projets d’Emmanuel Macron.

Le nouveau ministre de l’économie semble vouloir aller encore plus loin qu’initialement prévu. Encore plus fort, il permettrait aux entreprises de moins de 20 salariés d’avoir des règles plus souples en matière de compensation salariale. En clair, elle pourrait échapper à la majoration de 100 % du salaire le dimanche, qui pourrait être également contournée par des accords de branche pour les plus grandes entreprises. Les « zones touristiques de dimension internationale » pourraient voir les règles s’assouplir, le dimanche, mais aussi le soir jusqu’à minuit, ainsi que les gares. Enfin, d’autres zones verraient également les contraintes s’alléger et 12 dimanches pourraient être travaillés au lieu de 5.

Une mauvaise décision

Bien sûr, certains avancent que les zones touristiques pourraient dégager plus de chiffre d’affaires si on donnait le droit aux commerces d’ouvrir car les touristes ont du pouvoir d’achat. D’autres soulignent, à juste titre que des millions de Français travaillent déjà le dimanche (13 % habituellement, 15 % occasionnellement). Mais ces arguments sont tout à fait insuffisants. Certes, la France est un pays touristique et il est probable que nous gagnerions quelques dépenses supplémentaires à permettre aux touristes de dépenser 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, comme on peut le faire sur Internet, mais qu’est ce que cela pèse par rapport aux perturbations que cela représente pour la vie de famille ?

Même si l’économie est importante, elle n’est qu’un moyen au service d’une fin qui la dépasse, la condition humaine. En facilitant le travail du dimanche, non seulement nous reculons dans la condition sociale, mais nous asservissons la condition humaine à une vision purement marchande de la société où c’est l’homme qui doit sans cesse s’adapter sans le moindre souci pour son équilibre familial et personnel. Pourquoi semble-t-il si évident pour tant de personnes qu’il faut libéraliser le travail du dimanche alors que c’est un vrai recul pour la condition humaine ? Le climat de crise, la difficulté à voir les mesures avec un peu de recul et le mauvais argument de la modernité balaient toutes les objections.

Malheureusement, ceci n’est pas une surprise : __François Hollande__ avait, dés le mois d’août, avant l’arrivée d’Emmanuel Macron, ouvert la porte à une telle évolution. Et ce n’est pas le très libéral ministre de l’économie qui risquait de freiner pour défendre une telle idée.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

lundi, août 25 2014

Edito - L’effarante ouverture de Hollande au travail du dimanche

SOCIAL-TRAVAIL-DIMANCHE-TOURISME-DISTRIBUTION

La semaine dernière, François Hollande a fait sa rentrée en multipliant les annonces pour essayer de répliquer aux mauvais chiffres de la croissance et à son impopularité persistante. Parmi les propositions, un assouplissement des règles sur le travail du dimanche qui en dit long sur cette présidence…

Non sens économique et sociétal

Depuis des années, les partisans du laisser faire concernant le travail du dimanche font miroiter un gain pour la croissance. Ils raisonnent comme si le chiffre d’affaires en plus qui serait réalisé le dimanche viendrait en addition du chiffre d’affaire réalisé les autres jours de la semaine, comme s’il n’y avait pas de phénomène de substitution. Étant donné le climat économique, entre chômage record et pouvoir d’achat en berne, on ne voit pas ce qui pousserait les Français à dépenser plus. Ce n’est pas parce qu’on laisse davantage travailler le dimanche que plus d’argent sera créé. Ce n’est que la répartition hebdomadaire des dépenses qui serait modifiée avec une plus forte proportion réalisée le dimanche. Les Français ne manquent pas de temps pour dépenser, ils manquent d’argent, ce que cette réforme ne traite pas.

Déjà, en 2008, 48 députés de l’ancienne majorité avaient publié une tribune dans Le Figaro pour s’opposer aux projets d’assouplissement des règles sur le travail du dimanche. Mais outre le non sens des arguments économiques (on attend toujours une démonstration solide du plus que cela pourrait apporter), comme ils le soulignaient déjà en 2008, cet assouplissement pose un problème de société. Bien sûr, 29 % des salariés travaillent déjà le dimanche (dont seulement 13 % habituellement), mais la société doit donner un choix aux citoyens de travailler ou pas le dimanche et le laisser faire dans ce domaine risque de le remettre en cause. Et le commerce n’est qu’un moyen au service d’une fin qui le dépasse, la condition humaine. Le travail du dimanche, c’est une inversion des priorités effarante, la prise de pouvoir du marchand et du commerce sur la vie de famille et des choses qui leur sont pourtant infiniment supérieures.

Sarkozy, sors de ce corps !

Gérard Filoche rappelle sur son blog qu’en avril 2012, François Hollande disait que « le combat de 2012, c’est de préserver le principe du repos dominical, c’est-à-dire de permettre aux travailleurs de consacrer un jour de leur semaine à leur famille, au sport, à la culture, à la liberté. Et j’y veillerai ! ». Il est tout de même effarant que sur ce sujet, comme sur bien d’autres, le président de la République renie à ce point ce qu’il avait dit pendant la campagne électorale. Il faut noter ici que Nicolas Sarkozy avait joué avec cette idée pendant sa présidence, évoquant notamment le cas de Michèle Obama qui ne pouvait pas faire ses courses des deux côtés des Champs Elysées (ce qui en dit tout de même long sur sa vision de la société, Madame Obama n’étant pas vraiment dans la moyenne). Mais il faut noter que c’était une fois de plus davantage une posture qu’autre chose puisque la loi n’avait pas beaucoup changé, notamment du fait des réticences d’une partie non négligeable de la majorité d’alors, exprimées publiquement.

Mais cet épisode démontre à nouveau la calamité de ces hommes politiques qui ne semblent être que des girouettes qui tournent avec le vent. Certes, on peut noter qu’il y a une certaine cohérence avec le discours volontiers eurolibéral que tient le chef de l’État depuis le début d’année. Mais il est tout de même effarant de pouvoir dénicher, comme l’a fait Gérard Filoche, une déclaration d’avril 2012, où celui qui n’était encore que le candidat Hollande, dénonçait les propositions de Nicolas Sarkozy sur le sujet, un peu plus de deux ans avant un nouveau salto idéologique qui complète la liste des reniements du quinquennat. Un chef de l’État se doit de diriger. Depuis plus de 7 ans, nous n’avons droit qu’à des postures et des reniements qui révèlent la superficialité de la pensée de celui qui devrait guider notre pays.

La proposition d’assouplissement des règles sur le travail du dimanche représente un mauvais coup porté à notre société et à une conception de l’humanité qui ne serait pas uniquement marchande. Il est effarant que ce coup soit porté par un président « socialiste », même si cela est cohérent avec sa nouvelle ligne.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE