Keyword - Taux de chômage

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, décembre 7 2014

Edito - Emploi : le wagon France attend toujours la locomotive américaine ...

0.A001Private-sector-jobs.jpg

L’économie des États-Unis confirme la vigueur de sa reprise avec de massives créations d’emplois en novembre, les plus fortes depuis presque trois ans, même si le taux de chômage est resté inchangé à 5,8 %, toujours au plus bas depuis six ans.

L’économie a créé 321 000 nouveaux emplois en novembre, un sommet depuis janvier 2012, dépassant largement les attentes des analystes. Le taux de chômage est demeuré à 5,8 %, son niveau le plus faible depuis juillet 2008.

Il s’agit de « la plus longue période de création d’emplois de l’histoire dans le secteur privé », a souligné Barack Obama, saluant le 57e mois consécutif de croissance du nombre d’emplois. « Les États-Unis continuent de dépasser la plupart des autres pays », s’est-il empressé d’ajouter. « Au cours des quatre années passées, nous avons remis au travail davantage de gens que ce qu’ont fait l’Europe, le Japon et tous les autres pays industrialisés réunis », a avancé Barack Obama.

Sur les trois derniers mois, la moyenne des nouveaux emplois a grimpé à 278 000, le rythme le plus fort depuis la reprise économique début 2010.

La vitalité des embauches s’est reflétée dans presque tous les secteurs économiques même si le mois de novembre est de toute façon traditionnellement une période favorable au marché du travail du fait de la préparation des ventes de fin d’année. Les services aux entreprises ont été très dynamiques mais aussi le commerce de détail, les services de santé et le secteur manufacturier. Même le service public est de la partie.

Voilà une réalité des chiffres qui tranche singulièrement avec la situation française. En réalité, le wagon France, toujours très critique vis à vis des États-Unis, attend la locomotive américaine pour être tiré par un rebond de croissance internationale, selon les cycles classiques.

Mais avec les modifications géographiques de l'économie moderne, il est possible que la locomotive américaine passe par d'autres "gares" et que le wagon France ait à attendre encore longtemps.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, mai 17 2014

Edito - Emploi : la Banque centrale du Canada ouvre le vrai dossier

0.cropped-yair-shalev-seattle.jpg

“Et si les actuels taux du chômage n’étaient pas bons techniquement …” : dans sa revue du printemps, publiée le 13 mai dernier, la Banque centrale du Canada avance que les taux de chômage ont « exagéré » la reprise de l’emploi au Canada et en particulier aux États-Unis parce qu’ils ne donnent pas une idée complète de ce qui se passe sur le marché du travail.

La Banque centrale du Canada a établi un indicateur nouveau appelé indicateur du marché du travail, ou IMT, qui combine une vaste gamme de mesures afin de peindre un tableau plus juste de ce qui est arrivé depuis la récession de 2008-09.

L’IMT tient compte d’indicateurs moins publicisés comme les heures travaillées, la croissance des salaires, le chômage à long terme, la sous-utilisation de la main-d’œuvre et d’autres données.

L’IMT montre que la reprise de l’emploi au Canada n’a pas été aussi impressionnante que ne le laisse penser le taux de chômage.

Durant la reprise de 2010 à 2013, le taux de chômage a chuté de 0,9 point de pourcentage au Canada, fait remarquer la banque. Mais l’IMT n’a diminué que de 0,5 point de pourcentage durant cette même période, ce qui laisse apparaître un marché du travail plus faible que celui reflété par le taux de chômage.

Au moment où le taux de chômage s’installe comme le marqueur numéro 1 de bon nombre des politiques publiques, c’est particulièrement sain que de s’interroger sur la fiabilité du … marqueur.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE