jeudi, janvier 15 2015

Edito - La politique française à l'heure de 24 heures chrono

24-seaoson-8.jpg

Cette série TV au succès international a installé de nouveaux codes dont le rythme particulièrement soutenu. Des observateurs sérieux évoquent même qu'elle aurait été la "vraie" rampe de lancement de Barack Obama dans la lignée du Président Palmer.

24 heures chrono, c'est le nouveau rythme de la politique française. Les rôles sont bien répartis. Manuel Valls est Jack Bauer : sur tous les fronts à la fois, prêt à prendre des "libertés" avec les libertés pour protéger à tout prix. François Hollande est le Président Palmer : face à l'activité du 1er il incarne le calme, le recul.

François Hollande se positionne comme le ciment de la nation et tous ses nouveaux réseaux sociaux à l'exemple de Vine retracent l'union nationale autour de François Hollande.

Les journalistes impulsent le rythme sur le terrain tout particulièrement avec les reportages multi-géographies.

Quant à l'opposition politique, elle est spectatrice de la "nouvelle vie politique". Étonnant à ce point comme elle est parvenue à "perdre la main".

Quant à l'opinion, elle semble se prêter au scénario avec une faible exigence pour l'instant sur la cohérence des propos comme des visions dans la durée. Elle reprendrait les déclarations des uns et des autres il y a seulement un mois, les contradictions seraient manifestes.

Mais le scénario a changé et le nouveau rythme a aussi installé ses nouveaux mots. Rassurant face au drame mais très inquiétant sur le fond.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

jeudi, octobre 30 2014

Edito - Politique spectacle : le narcissisme monte d'un étage

0.A001669868-2.jpg

Hier, sur Direct 8, des politiques français se déguisent pour découvrir la ... vraie vie des français. C'est un postulat irréel.

1) Les participants reconnaissent qu'ils ne connaissent pas la vraie vie des français.

2) Ils ont une telle estime d'eux qu'ils considèrent qu'ils doivent être maquillés pour ne pas être reconnus. Ce n'est pas seulement la vie quotidienne des français qu'ils ne connaissent pas mais aussi la faiblesse de leur taux de notoriété parce qu'ils n'avaient pas besoin de se maquiller pour ne pas être reconnus.

3) Le retour sur le terrain des intéressés pourrait être sur des terrains exposés pour vivre des documentaires (Syrie, Afrique ...). Non, ils vont à l'angle de la rue. Ne jamais trop s'éloigner de son confort douillet.

C'est un étage de plus dans un narcissisme pathétique.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

vendredi, octobre 24 2014

Edito - Parti Socialiste : le dernier récital ?

FRANCE-ART-FAIR-FIAC

Hier, Manuel Valls a annoncé la mort du PS.

Dans l'attente, le PS termine son one-man-show dans l'indifférence. Il suffit que ses têtes d'affiches apparaissent pour que l'on change de chaîne TV. Elles ne font plus recette même par curiosité.

Pourquoi à ce point ?

Parce que le PS a inversé l'ordre des valeurs. Il donne le sentiment de vouloir diriger contre les citoyens, ce qui est assez original dans une ... démocratie.

Parce que sa classe politique n'est plus respectée mais moquée.

Parce que cette classe politique, qui se présente comme "l'élite du savoir", sait surtout ne rien résoudre.

Parce que cette classe politique n'a même pas eu la volonté de tourner la page de la monarchie, ce qui venant d'élus PS est quand même le comble de la reconnaissance de l'illusion des paroles d'élection.

Il ne viendrait à l'idée de personne aujourd'hui de peindre une affiche avec la rose et le logo du PS.

Le PS ne suscite plus le rêve, ni même le divertissement.

La seule question est de savoir où iront les floués, les indignés, les leurrés. Resteront-ils chez eux ou voteront-ils FN ?

Il ne manque plus que l'épisode où le vote UMP se termine fin novembre par des contestations sur les modalités de votes et le FN n'a plus qu'à craindre les mots suicidaires de son ex-Président qui semble consacrer son énergie à être l'ultime bouclier de ceux qui ne veulent pas voir le FN au pouvoir.

C'est quand même une situation irréelle quand on prend le temps de lire le "programme" du FN mais plus personne ne demande le programme dans le théâtre politique français.

D'ailleurs, l'UMP a tant à redouter de l'image publique de nouvelles tricheries que c'est même le laisser-passer pour leur déploiement tant il paraît difficile de les ... dénoncer publiquement.

Et puis finalement, l'UMP aura un argument pour justifier ses éventuelles largesses avec la gestion des fichiers : la phobie administrative ...

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, octobre 18 2014

Edito - 4 novembre 2014 : convaincre : les nouvelles règles du "Je"

0.A00pas-une-operation-de-communication-dit-valls.jpg

Depuis quelques mois, on assiste à une accélération des conditions de communication pour convaincre.

Trois modifications majeures se produisent :

1) Le règne de l'image : dernier exemple en date en France, Valls montre sa proximité en dormant dans les Bauges. L'image parle davantage que les discours. Et encore les politiques français dont Manuel Valls alias El Blancos ont tellement de retard dans ce message à l'oeil.

2) Le règne des images brèves : les moins de 35 ans vivent au royaume des vidéos courtes : moins de 5 minutes.

3) Le règne des images brèves à commande : à l'exemple hier des annonces de CBS, l'autonomie des spectateurs va s'affirmer face aux horaires imposés. C'est la commande qui va gagner. D'où la modification des abonnements pour les chaînes TV classiques mais surtout l'affirmation des "niches" à vidéos thématiques (YouTube...).

Cette logique est l'affirmation du "Je" à tous les étages.

La nouvelle règle du "jeu", c'est le "Je".

Dans l'entreprise et l'économie où la personnalisation de la société est incontournable.

Dans la vie publique où le style devient le message.

Les élections intermédiaires de novembre 2014 aux États-Unis ont intégré ces nouvelles obligations. Elles ne devraient plus tarder à s'imposer ailleurs.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE