jeudi, janvier 22 2015

Edito - A 11 jours d'un exploit historique : allez les Patriots !

0.A0011465168-quand-coup-envoi-46e-super.jpg

Le football américain est l'un des sports les plus complets et spectaculaires qui soit. Dans 12 jours, le Super Bowl connaîtra sa finale avec la participation des Patriots de la Nouvelle Angleterre. Cette équipe est aux portes d'un exploit historique ne serait-ce que par le nombre de participations à des finales.

Patriots 21 01 15

Au moment où la France s'interroge sur tant de sujets de fond qu'elle n'a pas voulu ou pas su traiter ces 20 dernières années, il y a un sujet peu abordé : la place du sport comme facteur d'intégration et surtout d'acquisition de la mentalité de la bonne compétition.

Ce qui me surprend toujours dans les stades américains, c'est le nombre des spectateurs mais surtout l'esprit de famille qui y règne. Le baseball a un rythme trop lent à mon goût avec trop de ruptures de jeu. Mais le football américain est un spectacle hors du commun. La vitesse impose une préparation tactique d'une réelle perfection car l'improvisation est impossible. La façon de lancer le ballon lui donne une capacité à "voler" qui emporte des distances considérables.

Heureusement, le 1er février, une chaîne française diffuse en direct la finale.

Allez les Patriots de la Nouvelle Angleterre. Ils sont aux portes d'un exploit historique avec plusieurs joueurs mythiques dont Brady. J'adore ce sport. Et puis à Béziers, nous avons une "modeste" équipe de football américain, en championnat de France en 3ème division, Les Vypers de Béziers et cette structure peut être fier d'être un jeune club en plein développement. C'est vraiment un sport très intéressant !

Alors tous avec les Patriots de la Nouvelle Angleterre pour une superbe finale.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

jeudi, juin 26 2014

Edito - Le foot, pour calmer les chômeurs !

0.A00721c7f4b7a_album-bresil-01.jpg

Voici que le méchant dieu foot est de retour avec sa coupe du monde, le fameux Mondial. Débauche d’images, débauche de matchs, débauche de commentaires débiles, débauche de manifestions violentes, bref, débauche de « sport ». Un « sport » qui ne peut que soulever le cœur tant il nous montre un spectacle indécent : les noces hideuses du fric et du cosmopolitisme, sur fond de manipulation de masse...

Le conditionnement par le sport

L’abrutissement sportif constitue un rouage important du conditionnement des populations occidentales par le Système. Que ce soit par la promotion individualiste du faire-du-sport-pour-rester-en-bonne-santé (mais à condition d’acheter des chaussures Nike et des sacs Adidas, bien sûr) ou par la promotion collectiviste du sport de masse.

Le sport de masse permet en effet de créer des foules psychologiques, comme disait Gustave Le Bon. Le Mondial vampirise les médias – c’est-à-dire les recettes publicitaires – et donc l’attention de chacun. On soupèse et commente ainsi les moindres faits et gestes des joueurs, comme s’il s’agissait des oracles de notre temps. Un tel a fait un doigt d’honneur, tel autre a donné un coup de boule. Tel joueur a « marqué ». Un autre a plaqué sa petite amie ou bien a insulté son entraîneur. Les médias s’en donnent à cœur joie pour nous « informer », c’est-à-dire pour nous submerger de cette grotesque insignifiance !

Dans le métro on nous annonce même les résultats des matchs. Pas question de rester indifférent ne serait-ce que l’espace d’un déplacement ! L’indifférence au foot devient suspecte. Presque un signe de fâââchisme…

Le foot mondialisé c’est un patriotisme débile

On agite les drapeaux comme s’il s’agissait de saluer une victoire militaire ou un grand événement national. Le foot serait-il le dernier refuge du patriotisme ?

Mais ces héros que l’on nous fait célébrer ne sont que des mercenaires et, leurs combats, des spectacles factices, sinon truqués ou dopés.

Les supporteurs s’arrogent pourtant le droit de « manifester leur joie » à chaque match en faisant un tintamarre de tous les diables, en hurlant pour chaque but marqué, en bloquant la circulation ou en cassant tout.

Les municipalités et les préfectures recommandent maintenant aux braves gens de ne plus circuler les soirs de matchs : couvre-feu obligatoire pour les autochtones les soirs de foot ! On voit combien ce « sport » adoucit les mœurs et l’intégration… Le mieux ne serait-il pas finalement de rester scotché devant sa télé en priant sainte Pub ?

La grand-messe du déracinement planétaire

Le Mondial du foot c’est aussi la grand-messe du déracinement planétaire : celle qui sert à raffermir périodiquement la foi cosmopolite. Voilà pourquoi le foot intéresse tant le Système.

Le Mondial célèbre le déracinement européen d’abord, puisque nos équipes « nationales » se composent principalement désormais de joueurs cosmopolites, dont beaucoup proviennent d’Afrique. Hier « espagnol », aujourd’hui « français », demain « anglais » peut-être par la magie des contrats en or, le joueur de foot incarne le héros aux semelles de vent, celui qui n’est nulle part chez lui.

Le Mondial souligne aussi le déracinement immigré, à l’instar de ces supporteurs « franco-algériens » qui sifflent la Marseillaise et ne brandissent que le drapeau de leur vraie patrie : l’Algérie, démontrant par là même qu’ils ne se sentent pas chez nous chez eux.

Le foot c’est enfin le déracinement programmé pour tous ces petits Africains ou descendants d’Africains que les clubs et les manageurs achètent comme une vulgaire ressource humaine à faire fructifier.

Car le sport ne peut plus exister sans publicité ni sans sponsors, c’est-à-dire sans se soumettre à Mammon. Ultime déracinement. Ultime décadence.Et tout cela pour que ce beau monde des « sportifs » achète force maillots, ballons et portraits de ces héros frelatés : les joueurs de foot ! Heureux consommateurs de produits dérivés qui allez enrichir l’oligarchie du sport et des médias, le Système vous remercie !

Décadence du sport ou sport de la décadence ?

Les saturnales du Mondial offrent enfin l’avantage de détourner l’attention des tristes réalités du moment.

Hier, Jacques Chirac s’appropriait la Coupe du monde pour tenter de sauver sa présidence stagnante en vantant les vertus sportives du métissage, en réponse au Front national. Aujourd’hui, François Hollande commente les buts des autres à défaut de commenter son propre désastre.

Dans la Rome décadente on offrait du pain et des jeux, pour calmer la plèbe de plus en plus agitée. Mais cela n’a pas empêché la chute finale.

Dans l’Europe décadente et désindustrialisée on offre le foot télévisé aux chômeurs. Cela ne durera pas non plus.

Une chronique percutante de Michel Geoffroy. Polemia 23/06/2014

mardi, avril 29 2014

Edito - Dani Alves rétame les connards de racistes

Dani-Alves-Barcelona_2841880.jpg

Dani Alves, la classe.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, avril 12 2014

Edito - Développer une offre sportive élargie

130927124930889_77_000_apx_470_.jpgLes Biterrois savent vibrer pour le sport et l’ont récemment montré lors des parcours de championnat des volleyeuses et des rugbymen. Mais les grands événements ne sont qu’une partie d’une politique sportive qui a un rôle d’éducation, d’intégration et de santé.

La ville doit offrir à chacun de bonnes conditions pour la pratique qui lui convient : sport, santé, loisir, compétition...

Nous souhaitons :

- la création un centre de formation multi-sports, à destination des jeunes sportifs biterrois.

- de remettre en état les installations existantes : éclairage et tribunes au Stade de Sauclières, équipements d’athlétisme dignes de ce nom, terrain d’entraînement pour le foot féminin, rénovation du Complexe sportif de Bessou,

- de positionner Béziers pour recevoir de grands événements (Fed-cup, Championnats de France de Judo, etc..)

- une nouvelle redéfinition des grilles d’attribution des subventions avec plus de transparence et d’égalité,

- la création une véritable Maison des Sports sous le modèle de l’office culturel avec plaquette commune des événements, mutualisation des bureaux etc..

- le développement des structures d’accueil et de pratique du sport adapté pour tous (Petite enfance, handisport, 4éme âge, retraités...)

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, mars 1 2014

Edito - A quand un débat sur place du sport à Béziers ?

peyras-louastalet-capitaine-d-un-soir-inscrit-le-seul_815865_510x255.jpg

L'Office Municipal des Sports de Béziers devrait organiser dans le cadre des municipales de mars prochain un débat sur la place du Sport à Béziers.

Trois thématiques pourraient être développées :

Thématique n°1 : Quel Béziers Sportif ?

Cette première thématique pourrait inviter les candidats à développer l’idée qu’ils se font de Béziers et du sport. Ces mots sont aujourd’hui suffisamment « valise » pour qu’ils soient précisés dans le cadre d’un programme pour les 6 ans à venir :

- de quel sport parle-t-on ? Quels sont les publics concernés ? Quels sont leurs attentes … doit-on toutes les prendre en compte dans le cadre des politiques publiques ?

- de quel territoire parle-t-on ? Celui de la seule commune ? De l’intercommunalité ou du Grand Biterrois ? D’un bassin de vie ?

Thématique n°2 : Quel Béziers engagé ?

Cette deuxième thématique viserait à ce que les candidats précisent les moyens qui seront mis en œuvre pour aller dans les directions annoncées dans la première partie. Équipements, Financements, Gouvernance sont ici trois maitre-mots sur lesquels nous souhaiterions interpeler les candidats en référence à la question suivante : comment dynamiser le territoire et aider les acteurs du sport à travailler et développer leurs actions ?

Quelques sous-questions permettront d’alimenter les futurs discours :

- Quels équipements ? Pour qui et avec quel accès ? Entre équipements de proximité et équipements structurants, quel urbanisme sportif ? Peut-on mieux utiliser les équipements actuels (comme les Stades de la Méditerranée ou de la Présidente par exemples) ?

- Quels financements ? Quelle part du budget municipal ? Quelles articulations avec les politiques de la santé, de la ville ou de l’éducation sans confusion ? Quelle répartition des aides ? Comment installer une transparence des aides publiques ? Faut-il subventionner des activités sportives ne pouvant se pratiquer sur le territoire de la Ville (exemple de la voile ou de la randonnée) ?

- Quelle gouvernance ? Quelle place pour des contrats d’objectifs acceptables ? Quelle place pour l’OMS mais aussi les autres acteurs du sport pour un vrai partenariat ville/mouvement sportif (par exemple dans le cadre des réflexions sur les aménagements sportifs dans les projets urbanistiques de la ville) ?

Thématique n°3 : Quel Béziers ouvert ?

Cette troisième thématique pourrait mettre au centre les questions de lisibilité et d’attractivité du territoire, d’identité de ses habitants à travers le sport. A l’évidence, Béziers jouit d’une image Rugby et Volley-ball au plan national comme international et contribue avec son histoire, son tourisme et sa viticulture à en faire une petite ville-monde : quelle perspectives et actions les candidats développeront-ils dans ce cadre ?

Cette thématique devrait permettre de traiter les questions du sport de haut niveau et du sport professionnel à Béziers ainsi que de l’événementiel sportif : quelles options ont les candidats ?

Pour quelles visées ? Le rugby et le volley professionnels sont-ils incontournables ?

Cette thématique doit permettre aussi d’aborder d'organiser un grand événement sportif qui valoriserait l'image de la ville : 2016 marquera le trente-deuxième anniversaire du dernier titre de champion de France de l'ASBH … y a-t-il une volonté, une nécessité, une évidence (ou pas) à s’inscrire dans une démarche de renaissance pour une future accession au Top 14 pour proposer de bonnes confrontations avec des équipes comme le Stade Toulousain, le Stade Français ou le RC Toulon ?

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

lundi, février 3 2014

Edito - 102 ans, et un record du monde à vélo

201402031485-full.jpgLe super Robert Marchand, c’est la grande vedette du sport. A 102 ans, ce grand amateur de vélo a battu son propre record de la distance parcourue en une heure, dans la catégorie des centenaires, avec 26,927 km. L'Union cycliste internationale (UCI) a créé la catégorie des « Masters des plus de cent ans », mais le trop sympathique Robert est un peu seul dans sa catégorie. Heureusement, il a appris qu’un chinois s’entrainait pour battre son record, alors il demande à le rencontrer pour l’encourager.

Ses projets ? « Je vais continuer à faire du vélo, mais je vais essayer de vivre encore un an, deux, trois, quatre, cinq ans. Il ne faut pas en vouloir de trop dans la vie. On met neuf mois pour arriver au monde, on met trente secondes pour claquer ! »

Merci pour tout, Robert !

http://www.lequipe.fr/Cyclisme-sur-...

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE