Keyword - Société civile

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, décembre 25 2014

Edito - La droite française peut-elle mourir d'un moment d'inattention ?

0.A0011tempete-irene-19127.jpg

L'actuelle période est très surprenante. Il y a un calme apparent mais trompeur dès que les discussions entrent dans le fond des dossiers. Le calme apparent est lié à la résignation : "à quoi bon ?". Mais c'est la résignation pour le coup de balais.

Puisqu'il n'y a plus rien à attendre du système politique classique, autant voter pour des personnes dont dès le départ on n'attend rien !

Les alertes ont été nombreuses.

L'abstention grimpe.

Les listes de société civile refusant le jeu habituel des partis se sont multipliées.

"L'information des citoyens" a rejeté "l'information des journalistes". On le constate avec caricature depuis 48 heures avec les "accidents" des "déséquilibrés".

Aujourd'hui, la droite française classique devrait susciter l'espoir, l'envie, le désir. Cela passerait par des débats d'idées, par la multiplication des candidatures pour faire vivre la concurrence pour 2017, par le renouvellement des candidats, par l'émergence de jeunes pousses attractives dont des femmes de tempérament pour sortir de cette tradition machiste de la politique française...

Non on est très loin de tout cela.

Il n'est plus à exclure que la droite française classique puisse mourir d'un moment d'inattention. Le score du FN est en train de changer la donne. Le PS connaît un premier rebond pour revenir à des seuils plus faibles que d'ordinaire mais pas aussi désespérés qu'il y a encore quelques semaines.

Et la droite classique semble à l'écart de ces tendances. Imperméable. Inquiétant.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, mars 1 2014

Edito - Municipales : la révolution culturelle de la société civile ou la victoire en ... votant

5616661266_1ba0b197e9_m.jpgExiste-t-il un seul domaine où, face à une succession de désillusions généralisées, une personne s'entêterait à ... continuer ? Aucun domaine.

Pourquoi la politique échapperait-elle à ce constat de bon sens ? Aucune raison.

C'est sur la base de diagnostic simple que l'un des meilleurs analystes de l'opinion publique française, Dominique Reynié, annonce la percée des listes de société civile lors des élections municipales et la nécessité de cette "révolution culturelle".

C'est la solution politique à l'actuelle crise des partis politiques qui alimentent le sentiment que voter ne servirait à rien.

Les gens en ont ras le bol de la manière dont on fait, aujourd’hui, de la politique. Ils veulent avoir leur mot à dire.

Il est possible de montrer sa volonté de réforme à destination des partis politiques en votant pour une liste de société civile.

Se réfugier dans l'abstention, c'est la défaite assurée puisque les partis politiques ne sont pas sanctionnés.

L'ultime espoir serait de présenter une liste dans un ligne politique différente par opposition aux politiciens professionnels avec des gens connus et compétents qui pourraient fiabiliser leurs idées et les rendre présentables : tout cela serait peut-être une bonne chose pour notre ville qui en bien besoin.

Faire davantage de place aux gens issus de la société civile. Tel est le leitmotiv de BEZIERS POLITIQUE.

C’est crédible à Béziers parce que la majorité des Biterrois n’est pas représentée. Il y a peut-être moyen de faire sortir la société civile.

Voter pour une liste de société civile sur Béziers, ce serait la victoire en votant et donc en respectant cette formidable avancée collective qu'est le vote et cette fête de l'égalité qu'est la citoyenneté.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE