Keyword - Robespierre

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, janvier 25 2015

Edito - Philosophons - Le renversement des valeurs

0.A00111tsi5_delacroix_001f.jpg

Il y a quarante ans encore, le monde vivait avec des valeurs issues soit de l'Ordre Naturel des choses, que ce soit en Asie ou en Afrique surtout... Le respect dû aux anciens, la valeur du travail et de l'épargne, le culte dû à Dieu, le respect du mariage, etc.. Tout cela régissait les sociétés et les rapports humains.

Aujourd'hui, on assiste plus qu'à une dissolution de ces valeurs : on assiste à un renversement véritable de ces valeurs. Il faut adorer et rechercher ce qui est mal. Il faut rejeter ce qui est Bien... Comment appelle-t-on cela ?...

Si, arrachant le masque à la Révolution, vous lui demandez : Qui es-tu ?

...elle vous dira : "Je ne suis pas ce que l'on croit. Beaucoup parlent de moi, et bien peu me connaissent. Je ne suis ni le carbonarisme qui conspire dans l'ombre, ni l'émeute qui gronde dans la rue, ni le changement de la monarchie en république, ni la substitution d'une dynastie à une autre, ni le trouble momentané de l'ordre public. Je ne suis ni les hurlements des Jacobins ni les fureurs de la Montagne, ni le combat des barricades ni le pillage, ni l'incendie ni la loi agraire, ni la guillotine ni les noyades. Je ne suis ni Marat ni Robespierre, ni Babeuf ni Mazzini, ni Kossuth. Ces hommes sont mes fils, ils ne sont pas moi. Ces choses sont mes oeuvres, elles ne sont pas moi. Ces hommes et ces choses sont des faits passagers, et moi je suis un état permanent".

"Je suis la haine de tout ordre religieux et social que l’homme n'a pas établi et dans lequel il n'est pas roi et Dieu tout ensemble ; je suis la proclamation des droits de l'homme contre les droits de Dieu ; je suis la philosophie de la révolte, la politique de la révolte, la religion de la révolte ; je suis la négation armée ; je suis la fondation de l'état religieux et social sur la volonté de l'homme au lieu de la volonté de Dieu ! en un mot, je suis l’anarchie ; car JE SUIS DIEU DÉTRÔNÉ ET L'HOMME À SA PLACE. Voilà pourquoi je m'appelle Révolution ; c'est-à-dire renversement, parce que je mets en haut ce qui, selon les lois éternelles, doit être en bas, et en bas ce qui doit être en haut".

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

vendredi, septembre 5 2014

Edito - Philosophons...

0.A0098288492_o.jpg

"Elle existe, cette passion tendre, impérieuse et irrésistible, tourment et délire des cœurs magnanimes ; cette horreur profonde de la tyrannie, ce zèle compatissant pour les opprimés, cet amour sacré de la patrie, cet amour plus sublime et plus saint de l’humanité, sans lequel une grande révolution n’est qu’un crime éclatant qui détruit un autre crime ; elle existe, cette ambition généreuse de fonder sur la terre la première République du monde".

Maximilien de Robespierre (1758-1794), est un avocat et un homme politique français.

Citation attribuée à Maximilien de Robespierre, la veille de son arrestation. La chute de Robespierre.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE