Keyword - Midi Libre

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, janvier 6 2015

Edito - Quand la dette toxique va sortir de dessous le tapis ...

0.A0011beziers.jpg

Rappelez-vous ! Dès de le début de l'année 2007, Dexia se permettait de proposer aux collectivités territoriales une nouvelle recette miracle : Taux fixe – Dual Euro / CHF, un crédit qui spéculait sur la parité euro – franc suisse. Tant que celui-ci restait supérieur à 1,44 franc suisse, le taux restait fixe, mais dès lors qu’il passait ce seuil, le taux se mettait grimper jusqu’à 22 % !

Pour autant, un journal comme le Midi Libre ne consacre plus aucune page à ce dossier de la dette toxique des collectivités territoriales. La vérité serait elle inavouable aux contribuables?languedociens ?

Par contre, le Dauphiné Libéré a consacré hier une page entière.

La démocratie française consacre des débats interminables sur deux dimanches de plus travaillés ou pas mais n'évoque pas un sujet qui représente plus d'une dizaine de milliards sur le plan national ...

Comme de nombreuses autres collectivités, Béziers (Hérault, 71 000 habitants) s’est vu offrir, par Dexia et la Société Générale, des prêts absolument incompréhensibles du profane. Contrairement à d'autres Maires et Président de collectivités territoriales, l'ancien sénateur-maire, Raymond Couderc n'avait pas voulu dans un premier temps, poursuivre ces banques indélicates en justice. Il se ravisa... On connait la suite.

Depuis plusieurs mois, le Trésor public a placé la Ville dans son réseau d'alerte.

Hier, dans l'article du Dauphiné Libéré, il était question de Chambéry. Son Maire Michel Dantin qui est une référence propose une approche sérieuse, lucide, courageuse. A comparer les mesures pratiques qu'il a mit en œuvre avec l'attentisme d'autres collectivités, on voit rapidement l'impact des bombes à venir.

La Ville de Chambéry doit faire face à un taux moyen de conciliation qui fait exploser les intérêts de la Ville.

Or, dans le même temps, s'ajoute la baisse des dotations d’État.

Que fait-elle ?

1) elle part à la collecte de recettes supplémentaires dans les tarifs commerciaux,

2) elle cède des biens immobiliers,

3) elle engage toutes les économies de fonctionnement qui ne touchent pas au cœur des services publics locaux ...

Elle engage les économies dans la plus totale transparence (cf le magazine municipal de décembre 2014 où toutes les explications sont données).

On est loin de l'attentisme actuel qui caractérisent la ville de Béziers et la CABEME pourtant très impactées par des dettes toxiques.

C'est d'ailleurs l'une des faiblesses majeures des actuelles oppositions PS et UMP que de consacrer son énergie aux petites phrases ou aux polémiques sans présenter des alternatives sur des sujets de cette importance.

Ce sujet n'a pas été éclipsé pendant la campagne des municipales à l'exception de la liste d'Elie Aboud. Elle l'est encore à l'excès. Robert Ménard n'a pas engagé la transparence utile sur la réalité financière de Béziers comme il avait promis en mars dernier. La ville de Béziers à entretemps revu sa copie mais on sait que les contribuables biterrois vont payer les 4 millions d'euros de la renégociation bancaire. Un coin de voile est levé puis immédiatement refermé. Il faudra également payer les pénalités de remboursements anticipés. Combien ? 900 000 Euros.

Les finances semblent être une menace dans les rapports entre le FN et les autres composantes de droite davantage qu'un sujet de gestion. Seul Aimé Couquet (PCF) a depuis des années pointé du doigt ce problème démontrant que l'ancien sénateur-maire, Raymond Couderc était un incompétent et un irresponsable qui a fait passé en un mandat (3 emprunts toxiques en 2007) la dette de la ville de 85 millions à 111 Millions d'Euros.

Quant à la CABEME, c'est le mutisme le plus total qui règne pendant ce temps. Frédéric Lacas n'a jamais osé pointé du doigt son prédécesseur, Raymond Couderc, qui a semé un héritage de remboursement et d’endettement pour les 30 prochaines années. Aujourd'hui, Lacas, c'est aussi motus et bouche cousue. Quoiqu’il en dise, les chiffres parlent d’eux-mêmes et ils correspondent à une situation que nous mettons en lumière depuis longtemps : la CABEME est dans une situation financière très difficile.

Quand la dette toxique va sortir de dessous le tapis dans l'agglomération biterroise, les réveils s'annoncent très douloureux.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, septembre 20 2014

Edito - Béziers : Robert Ménard est un biker

0.A00robert-menard-en-biker-harley_1033755_667x333.jpg

Que cherchent les auteurs de cette photo ? Certainement pas à injurier le maire de Béziers, car sans ce cliché de Midi Libre Béziers, nous n'aurions jamais su que l'intéressé se trouvait ce jour là sur les allées Paul Riquet, pour célébrer le passage des Brescoudos, le rassemblement des passionnés de la légendaire moto, dans notre bonne ville !

Non, ils ont voulu faire le tableau vivant d’une donnée sociale très forte : ceux qui discréditent la fonction de maire. Et comme il estime être le mieux placé pour défendre sa fonction, il s’efforce au quotidien de démontrer à tout un chacun qu'il est un mec comme les autres qui aime tout le monde. Tout cela sonne faux ! Le "nouveau saigneur de Béziers" et "le futur grand artisan de son déclin" a réussi à mettre la ville-centre sous cloche !

De plus, la conception de cette photographie est à l’honneur de cet artiste resté anonyme, qui matent l'égo et l'effet de com du premier magistrat de la commune. C’est de l’art vivant : donner à voir. Sous son aspect gentil et policé, Robert Ménard est un remarquable communiquant qui se prend pour un missionnaire en pays païen oubliant que la fonction d'un maire est aussi de ne pas se mêler de religion même en période Féria... C'est aussi le grand ami du vendéen et chouans Philippe de Villiers !!!

Allons plus loin ! Cette photo de Robert Ménard enfourchant cette énorme moto devrait être reproduite et remplacer les fresques vieillissantes sur les murs des écoles de Béziers ! Cette œuvre d’art mérite protection, surtout quand elle est mouvante et éphémère. On peut être raisonnablement pessimiste sur l’embellissement de notre ville, alors que depuis Dostoïvestki nous savons que « La beauté sauvera le monde ». Aussi, merci au photographe anonyme de Midi Libre Béziers.

Finalement, tout cela est fatiguant. Robert Ménard alias "Roberto Menardinus" préfère allez faire le beau devant un public qui le flattera oubliant qu'il avait fait l'essentiel de sa campagne sur le redressement, la réhabilitation du centre-ville. Un certain nombres de mesures annoncées avaient cet objectif. Il continue de promettre des investissements dans le budget 2015 mais avec très peu de marge financière. Béziers est une ville exsangue.

Le plus grave sans doute mais pas forcément le plus spectaculaire ont été ses deux échecs dans la conquête de l'agglomération et du conseil de surveillance de l'hôpital. Deux échecs qui ont révélé son vrai visage disent ses opposants : agressif et rancunier.

PS : Je lui demande juste de respecter la loi en mettant son casque et qu'il cesse de revenir sur cet appel constant à la morale. La démocratie paparazzi, ce n’est pas mon truc.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

jeudi, mai 8 2014

Edito - Laurent VASSALO : le nouveau chargé de mission du cabinet du maire Béziers

0000000une-journee-pour-devenir-une-ville-en-transition_396079_510x255.jpg

M. Laurent VASSALLO n’est plus membre ni des Clubs « Penser la France » ni de la rédaction de POLITIQUE-ACTU.

Contre toute attente, et en totale trahison des engagements pris auprès de la rédaction de POLITIQUE-ACTU et des Clubs « Penser la France », M. Laurent VASSALLO a décidé de rejoindre le cabinet de M. ROBERT MENARD (Front National), de Béziers après avoir travaillé durant des mois avec lui en toute confidentialité.

En conséquence, M. Laurent VASSALLO a été exclu du comité de rédaction de POLITIQUE-ACTU.

Par ailleurs, et pour les mêmes motifs, LAURENT VASSALLO a quitté les Clubs « Penser la France » (PLF) alors qu’une procédure d’exclusion était pendante.

Lire le communiqué national des Clubs ''« Penser la France »''

Quatre nominations ont donc eu lieu à la mi-avril au sein du cabinet de Robert Ménard. André-Yves Beck hérite du poste de directeur, Christophe Pacotte en sera le chef. Deux chargés de mission ont également été nommés : Alain Laugé et Laurent Vassallo. .. C’est la personnalité des deux premiers qui a ému ses adversaires politiques pour Leur appartenance et proximité avec l’extrême-droite et le Bloc identitaire. .. Christophe Pacotte, qui a longtemps été aux côtés de Robert Ménard pendant la campagne, a été membre du bureau directeur du Bloc identitaire. (..) Il figure pourtant toujours à l'organigramme sur le site internet du mouvement.

Il est loin le temps des cerises où M. Laurent Vassalo défendait la réactualisation du programme du Conseil National de la Résistance (CNR) avec ses amis de la Fédération des Bouches du Rhône, du Gard et du Vaucluse et du Pôle Renaissance communiste en France.

A quand un article de la part de Midi Libre Béziers sur le Chargé de mission du cabinet qui lui est de Gauche, connu à Béziers ? Pourquoi toujours s'intéresser à ceux qui sont encartés au FN ou de la droite de la droite alors que le plus grand nombre sont hors champs de leur politique ?

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

dimanche, mars 2 2014

Edito - "Anonyme" ou la victoire posthume des ... primaires

echarpe-tricolore-de-maire-1369125.jpgL'une des nouveautés de la campagne municipale 2014 sur Béziers est la percée des infos de source anonyme. C'est une évolution très intéressante parce qu'elle marque une double rupture.

D'une part, traditionnellement, dans une campagne électorale, "l'anonyme" c'était l'attaque au-delà de la ligne jaune : du "tellement lourd" que personne n'osait revendiquer, assumer.

Là, l'anonyme est presque à l'opposé. Pour l'instant, l'anonyme est un marqueur de modération, presque de raison. Notre site internet BEZIERS POLITIQUE propose de façon journalière l'entretien "positif" qui conduit à dire le plus souvent possible du bien de l'autre. Ce faisant, c'est la rupture la plus absolue. L'anonyme porte du positif et pas la violence que l'anonymat couvrait hier.

Le site du PCF de Béziers d'Aimé Couquet pastiche avec un talent rédactionnel notoire. Tout est exagéré mais sans que l'exagération ne puisse blesser.

HDC_2446_web1-300x149.jpgQuand la liste de Jean-Michel Du Plaa choisit le mot "engagement" pour qualifier son programme soit-disant novateur, c'est à dire un ensemble de propositions "catalogue", ce n'est finalement qu'un choix qui n'a rien de révolutionnaire. Comme souvent, Jean-Michel Du Plaa geint, trépigne, s’émeut, joue la vertu outragée, et oublie opportunément les pratiques de son propre camp, comme elle relaie avec ravissement la parole des stratèges de jardins d'enfants.

http://www.charliehebdo.fr/news/bez...

Malheureusement personne sur Béziers ne croque le dessin de façon turbo à l'exception de "Choisir Béziers" sauf lorsque Robert Ménard franchit la ligne jaune cramoisie dans des débordements inquiétants qui dénotent manifestement une perte de sang froid, la difficulté de résister à des tentations malsaines dans un débat public.

Karine Chevalier avec son "blog libre des socialistes biterrois" s’efforce de résumer en un croquis ou billet une maladresse, une erreur, une incohérence. Son contenu est similaire à son chef de file et n'apporte pas grand chose au débat.

Aux saillies de Robert Ménard et de ses acolytes viennent désormais s’ajouter, de la part d'Elie Aboud, des attaques non moins démagogues, dont la tonalité rappelle opportunément que l’antifascisme, à ce stade, n’est ni plus ni moins qu’un racisme à l'encontre d'une partie de la population biterroise. A être trop longtemps gouverné par des médiocres, une ville finit toujours par devenir médiocre. Nous y sommes. Bravo, et encore merci.

Sur Twitter, des auteurs sont des marqueurs de remarques de bon sens (Franc Tireur ...). La critique est juste mettant en relief des incohérences, des changements de positions, des excès fautifs d'humeurs ...

Il n'y a que quelques acteurs de commentaires très agressifs et anonymes sur Midi Libre Béziers qui rappellent l'anonymat d'antan : une violence outrancière ayant pour intention de blesser, voire même souvent d'injurier tout simplement.

midilibre-cover-16-01-14.jpgD'autre part, traditionnellement, par ses excès, l'anonyme n'était pas susceptible d'être revendiqué. C'était un acte honteux.

Là, à ce rythme, l'anonyme deviendra révélateurs de talents ... doublement cachés. A la fin de la campagne, ils seront peut-être les premiers vainqueurs : avoir accepté la non-identification pour faire vivre une information nouvelle, décalée, humoristique.

Avec cette tendance, l'anonyme change de statut.

C'est un esprit qui me fait penser au livre sur les Primaires en 1996 avec le personnage de Jack Stanton qui était Bill Clinton en réalité avec toutes les frasques que les journalistes "officiels" ne pouvaient ou ne voulaient pas mettre déjà au grand jour avec leurs côtés implacables qui faisaient "froid dans le dos".

Cette "racine historique" éventuelle constituera au moins une victoire posthume des ... primaires locales du PS Biterrois qui ont été dans son concept un rendez-vous manqué de la Gauche avec la modernité. Ce rendez-vous est maintenant né en dehors des formations politiques, une fois de plus.

L'impertinence positive était née avec les radios locales dans les années 80.

Elle est en train de renaître avec les nouvelles technologies lors de cette campagne.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

dimanche, janvier 12 2014

Edito - Débat Stérile entre les candidats : tourner la page de l'esprit chagrin

fec0828803b904737db1159d51ad6d78.pngLe 12 décembre 2013 au théâtre municipal, les quatre prétendants à la mairie de Béziers, Aimé Couquet, Jean-Michel Du Plaa, Elie Aboud et Robert Ménard, ont débattu pendant près d'une heure. Seul le socialiste Jean-Michel Du Plaa a semblé au-dessus de la mêlée.

L'actuel enlisement dans la tristesse collective ne peut pas durer. Bien davantage, cette tristesse est l'un des pires handicaps pour sortir de l'actuelle crise.

Ce soir-là, le message principal a été : ne sortons surtout pas Béziers de la tristesse. Elle doit être la nôtre jusqu'au bout. Ce premier débat s’est finalement avéré stérile.

Le lendemain matin, le journal Midi Libre a donc dressé un compte rendu très détaillé de cette réunion. Une rencontre avec la population marquée par une grande qualité d'organisation, une présence massive montrant l'impact des débats de ce type, mais avec une grande intolérance et une absence de précisions tant dans l'affirmation de chiffres peu professionnels que dans le développement des concepts et des idées - pourtant forts intéressants - sur la sécurité et le devenir du centre-ville qui ont été mis à mal dans ce concert de diatribes.

3521701_5_f38f_robert-menard-ne-semble-pas-se-fixer-de-limite_63d5485eed69eaece89b9bcc45c88304.jpgDernièrement, Robert Ménard n'a pas apprécié les montages vidéo qui circulaient sur internet sous un faux nom et une fausse adresse. Un montage qui présentait le fondateur de Reporteurs sans frontières en grand défenseur de l'humoriste Dieudonné. Il souhaite savoir qui sont les auteurs de cette vidéo. Depuis cette déclaration, la vidéo a été supprimée et n'est plus visible. Leurs auteurs semblent désormais jouer la carte de la discrétion. Robert Ménard souhaite néanmoins saisir la justice.

Voilà toute l'histoire, sommes toute très banale, et qui peut se résumer en une seule phrase : "Entre des montages vidéos qui circulent sur internet et de peu de débats de fond, la course à la mairie de Béziers commence à s'enliser". Dixit Midi Libre.

La ville doit être un lieu d'initiatives, de créations, de fêtes.

Les élus ne doivent pas être des fonctionnaires de la politique mais des facilitateurs des projets des citoyens.

Aujourd'hui la société est en avance sur les politiques. Il faut donc que les politiques aient de l'humilité, interviennent peu et soient à l'écoute et au service de ceux qui font bouger la société.

Quand la règlementation et la contrainte s'installent, le progrès recule.

Quand la morosité et l'animosité deviennent un état d'esprit, il n'est plus question d'avancer mais de passer son temps à chercher à tenter de se consoler.

C'est l'opposé de l'avenir que nous devons aux nouvelles générations.

Nous devons d'abord tourner la page de l'esprit chagrin en mars 2014. C'est l'un des messages forts que les Biterrois peuvent porter bien au-delà de leur ville.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

lundi, décembre 30 2013

Edito - Pour renforcer la participation citoyenne : l'Express, Ouest France, Sud Ouest, Midi Libre ...

grec.jpgEn partenariat avec L'Express, Ouest France, Le Midi Libre, L'Indépendant, Sud-Ouest, La Voix du Nord et Le Courrier Picard, ouverture d'un site : questionnez les candidats.

Ce site vise à promouvoir un circuit court de questions / réponses afin de renforcer la participation citoyenne dans le cadre des prochaines élections municipales.

Pour découvrir ce site et la page consacrée à Béziers, cliquer sur le lien dans la rubrique "Lien", sur votre droite, Municipales à Béziers : posez vos questions aux candidats, à moins que vous préfériez vous rendre directement sur le site internet Questionnezvoscandidats.org mis en ligne à l'occasion des élections municipales.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE