Keyword - Laurent Wauquiez

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, janvier 10 2015

Edito - A quoi bon Charlie ?

0.A0011a-ATTENTAT-CHARLIE-HEBDO-640x468.jpg

L'actuel Gouvernement ne comprend que des amateurs... Il faut unir tout le peuple contre les criminels mais on exclut le FN (qui n'est pas criminel à ce que je sache)

Il s'agit là, d'une décision irréfléchie, et l'UMP fonce : le journal Le Monde à raison la belle union nationale n'a pas tenu plus que 24 heures.

Le secrétaire général de l'UMP Laurent Wauquiez a affirmé que son parti était "unanime" pour s'opposer à l'exclusion du FN de la "marche républicaine" prévue dimanche en hommage à l'attentat contre Charlie Hebdo. "C'est une position unanime : il n'est pas acceptable que le Front national soit exclu pour une manifestation d'unité nationale. On ne pourrait pas comprendre que certains soient exclus, a estimé Laurent Wauquiez, à l'issue d'une réunion exceptionnelle du bureau politique de l'UMP.

Pourtant, François Fillon (UMP) a affirmé qu'on ne pouvait "pas parler d'unité nationale en excluant plusieurs millions de Français".

De plus, le président du MoDem, François Bayrou, a jugé jeudi que c'était "une mauvaise décision d'exclure qui que ce soit" de la "marche républicaine" de dimanche en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo, dont est tenu à l'écart le Front national. "L'unité nationale, pour exister, doit se donner comme règle qu'on n'exclut personne", a déclaré à l'AFP le maire de Pau.

Une magnifique victoire offerte aux terroristes, par la plus nulle et désespérante des classes politiques.

De façon concomitante, la ministre de la Culture Fleur Pellerin veut "débloquer en urgence" environ un million d'euros pour Charlie Hebdo, a-t-elle annoncé sur France 5. La ministre fait travailler ses équipes pour "changer les textes", afin que Charlie Hebdo puisse bénéficier "d'aides structurelles" auxquelles un hebdomadaire satirique n'a pas droit, selon les règles actuelles des aides à la presse.

C'est, je le répète, vraiment un gouvernement d'amateur.

Au milieu de tout çà, une bonne nouvelle : Michel Houellebecq suspend la promotion de sa bouse “Soumission”.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mercredi, avril 30 2014

Edito - Europe: Henri Guaino et Laurent Wauquiez rallient 40 élus UMP en opposition à la ligne Copé

FRANCE-POLITICS-PARTIES-UMP-STAFF

Le timing est parfaitement choisi: c'est dans l'édition du 25 avril du Figaro qu'est lancé le missile, soit le lendemain d'une conférence de presse censée montrer l'unité de l'UMP aux élections européennes. Henri Guaino, député UMP des Yvelines, allié pour l'occasion à l'ancien ministre Laurent Wauquiez - celui qui veut faire "exploser" l'Europe- ont initié et co-signé une tribune dans Le Figaro avec 40 parlementaires du même parti, sur une toute autre ligne que celle arrêtée par l'UMP en ce mois d'avril 2014.

Selon les informations du Lab, une quarantaine d'élus UMP ont donné leur signature au texte, pourtant initié par celui qui a annoncé qu'il ne voterait pas UMP aux élections européennes de mai.

Ce texte appelle à une Europe plus souverainiste, à l'opposé de la vision défendue par Alain Lamassoure, tête de liste en Ile-de-France, contre lequel Henri Guaino a engagé une bataille idéologique.

Vendredi dernier, ce sont les députés Wauquier et Guaino, vivement critiqués dans leur camp, qui ont pris la plume. Dans une tribune publiée par le «Figaro», ils demandent de «tout changer» en Europe. Un texte cosigné par 37 parlementaires à majorité fillonistes, dont le député des Hauts-de-Seine Patrick Ollier, compagnon de Michèle Alliot-Marie, elle-même tête de liste de l'UMP dans le Sud-Ouest. Sont également signataires les députés Jacques Myard, Lionnel Luca, Gérald Darmanin ou Philippe Meunier.

« Austérité », « déflation », « dumping fiscal et social », flux migratoires « incontrôlés », « élargissement sans fin »... Ils dénoncent les « dérives » de l'Europe. « Ça ne peut plus durer », tempêtent-ils.

« L'urgence est aux remises en cause profondes » '' « Sans nier les responsabilités des gouvernements nationaux, à commencer par les nôtres, force est de constater que trente années de dérives ont condamné l'Europe à devenir une machine bureaucratique qui réduit, jour après jour, l'espace des libertés et de la démocratie », écrivent-ils. « Le temps n'est plus à la valse-hésitation des ajustements à la marge du Meccano institutionnel. L'urgence est aux remises en cause profondes. Notre pays doit prendre ses responsabilités et demander à nos partenaires de se prononcer »''.

Laurent Wauquiez s'est démarqué de son parti en prônant notamment un retour à l'Europe des six et un « protectionnisme intelligent ». Une ligne sèchement critiquée par le président de l'UMP, Jean-François Copé, mais également par Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin. Quant à Henri Guaino, ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, il a fait savoir qu'il ne voterait pas pour la liste UMP conduite en Ile-de-France par Alain Lamassoure, « incarnation d'une ligne qui est à l'opposé de ce que je pense et de ce que je crois être l'intérêt de mon pays ».

Dans une interview à la chaîne de télévision proche de l’extrême droite, TV Libertés, repérée par Le lab d'Europe 1, Thierry Mariani ajoute un peu plus à la cacophonie en sommant l'UMP de « choisir » : « Ou on est de droite, ou on est du centre ». Et d'insister : « Entre les idées de Monsieur Lamassoure qui est pour une Europe fédérale avec, à la limite, un seul gouvernement et les idées des parlementaires de la Droite populaire, on est aux antipodes (...) L’UMP devra, après les européennes, clairement savoir quelle est sa position et clarifier ses choix ».

Source : Europe1

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE