Keyword - Législative partielle

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, février 1 2015

Edito - Législative dans le Doubs : le FN et le PS au 2e tour, l'UMP éliminée

0.A0010712446--.jpg

Les candidats Frédéric Barbier (PS) et Sophie Montel (FN) revendiquent leur victoire ce dimanche soir au 1er tour de la législative partielle du Doubs. Ils sont donc qualifiés pour le second tour, selon leurs partis respectifs.

La candidate frontiste est arrivée nettement en tête du scrutin dimanche devant son rival socialiste.

Le candidat UMP Charles Demouge se classe troisième, selon ces sources qui s'appuient sur des résultats non encore définitifs mais ne pouvant plus s'inverser.

L'UMP donnera sa position mardi pour le 2e tour, a indiqué un porte-parole.

Lire aussi : Suivez en direct l'évolution du scrutin sur le Figaro.fr

Source : Le Figaro

lundi, décembre 15 2014

Edito - Troisième circonscription de l’Aube : Des chiffres sinistres pour la démocratie

0.A0011gerard-menuel-ump-aube.jpg

Une législative partielle vaut bien une dizaine de sondages parce que là, on parle du réel. Certes, il y a loin entre une élection partielle et un scrutin national, mais attention de prendre le temps de regarder ce qui se passe sur le terrain, dans la vraie vie. Pour apprécier ce faire, il faut prendre les chiffres, et pas seulement les pourcentages.

A ce titre, l’élection dans la troisième circonscription de l’Aube ne manque pas d’intérêt. François Baroin, qui était le député, a été élu au Sénat, et l’UMP était bien placé pour garder la circonscription. Il n’en reste pas moins que les chiffres parlent, car la tendance est très nette : le désintérêt massif de l’électorat.

La circonscription compte 65 758 électeurs. Au premier tour de 2012, 38 248 avaient voté, et deux ans plus tard, le chiffre n’est plus que de 16 195. On est à 24 % de participation et 76 % d’abstention.

En 2012, François Baroin avait eu au premier tour 15 677 suffrages et au second tour 20 051, soit 56,45 %. Hier, Gérard Menuel a été élu avec 63,85 % des voix, mais seulement 10 527 suffrages, et 6 422 au premier tour.

Pour le PS, la candidate était en 2012 Lorette Joly, qui au premier tour avait réuni 10 899 suffrages, soit 28,79 % et au second tour 15 466 voix, soit 43,55 %. Pour 2014, le candidat Olivier Girardin n’a recueilli que 2 315 voix, soit 14,69 % des voix. Cela représente le quart des voix de 2012. 2 315 voix sur 65 758 inscrits… soit environ 3 %. Un problème sérieux.

Pour le FN ? On ne retrouve pas du tout la vague bleu marine, car si le pourcentage est flatteur, le nombre de voix est en baisse. En 2012, la candidate Mireille Cazard était au premier tour à 17,79 %, avec 6 733 voix. Pour 2014, le pourcentage au premier tour était de 27,64 %, mais le nombre de voix au premier tour n’a été de 4 355, soit une perte de 30 % des électeurs. Et au second tour, le FN arrive à 36,15%, mais avec 5 960 voix, soit moins qu’au premier tour de 2012.

Le prochain grand test est celui des élections départementales de mars 2015. Hier Jean-Christophe Cambadélis a appelé à présenter des candidats uniques de la Gauche au premier tour, pour éviter le risque d’élimination. Le résultat de la 3° de l’Aube souligne l’importance du risque.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mardi, juin 24 2014

Edito - Législative partielle de Valenciennes : politique en France = un champ de ruines

0.A0022794881_B972985384Z.1_20140622142700_000_G9B2MJLU6.2-0.jpg

L'enfoncement dans la crise de la vie publique française s'accélère. La législative partielle hier de Valenciennes dans l'ex-circonscription de Jean-Louis Borloo passe des messages d'une extrême gravité :

1) 25 % de votants : certes toute partielle est impactée par une baisse des votants mais un plancher à ce niveau dans un contexte affectif fort (conditions du départ de Jean-Louis Borloo) marque la désaffection record qui frappe la vie publique française avec des Communes sans représentant des candidats pendant le jour du vote, des difficultés pour trouver des scrutateurs en dehors des élus municipaux ...

2) Le PS tombe à 7 % : là encore c'est un score qui relève du jamais vu. François Hollande est en train de mener une Politique "magnifique" qui a pour effet de transformer un Parti de Gouvernement en " Micro Parti ". Tout simplement !!!

3) Le second tour met en présence l'UMP et le ... FN qui passe à plus de 18 % : le FN est aujourd'hui probablement dans les deux premiers partis de France parce qu'il capitalise le symbole du vote du rejet du système.

4) Le poulain de Jean-Louis Borloo écrase les huit autres candidats en lice parce qu'en France il y a que deux moyens de protester contre le système politique : soit rester chez soi soit voter FN. Un dissident de la droite, Didier Legrand, qui avait recueilli plus de 22% des suffrages aux municipales, n'a cette fois glané que 10,18%. Les candidatures de société civile ne mobilisent pas comme si les candidats de société civile devenaient politique comme les autres dès qu'ils sont ... candidats.

Chaque week-end des élections partielles diverses se déroulent, totalement occultées par les médias nationaux dans leurs tenues comme dans leurs résultats. C'est un vrai champ de ruines qui ressort des chiffres. La parenthèse actuelle orchestrée sur le thème "du pain et des jeux (effet Coupe du Monde)" ne saurait cacher cette réalité.

PS : A l'instar de Pierre Desproges et en raison de la déroute de la gauche, ce soir j'ai repris deux fois des moules...

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE