0.A00116369944-cet-economiste-qui-veut-instaurer-un-isf-mondial.jpg

François Hollande avait déjà connu son "effet boomerang" avec son thème de l'inversion de la courbe du chômage comme marqueur de l'efficacité de la politique présidentielle. Il a probablement mis en place son second "effet boomerang" avec le thème de l'audace. Le 31 décembre Hollande célèbre l'audace et l'union. Le 1er janvier, Thomas Piketty célèbre l'audace de dire Non et donne une leçon de division sur la politique économique.

Nouveau raté magistral.

Thomas Piketty a refusé hier sa nomination pour la Légion d'honneur au rang de chevalier et taclé une nouvelle fois au passage le gouvernement.

« Je viens d'apprendre que j'étais proposé pour la Légion d'honneur. Je refuse cette nomination, car je ne pense pas que ce soit le rôle d'un gouvernement de décider qui est honorable », a déclaré Thomas Piketty.

« Ils feraient bien de se consacrer à la relance de la croissance en France et en Europe », a-t-il ajouté.

Thomas Piketty critique régulièrement la politique menée par François Hollande. « Personne ne m'avait prévenu de cette nomination, sinon je les en aurai immédiatement dissuadés », a assuré à l'AFP Thomas Piketty.

Point pratique qui a été confirmé par Geneviève Fioraso qui avait proposé de le nommer.

François Hollande vient de faire les frais de l'audace du non. Le contenu de l'audace pourrait désorienter le "rebond présidentiel" dans une ambiance où dire oui devient si rare en France quand l'initiative émane des politiques.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE