Keyword - Jacques Chaban-Delmas

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, décembre 1 2014

Edito - VGE : le grand oublié de l'anniversaire de la "loi Veil"

0.A0011168481.jpg

La France a un vrai souci avec son Histoire. Tantôt elle l'oublie très rapidement. Tantôt elle le scénarise avec un sens de la discrimination assez surprenant. Ce fut le cas cette semaine avec les 40 ans de la "loi Veil" sur l'avortement. Il n'a jamais été question de VGE. Ou si peu.

Dans un régime où tout procède du Chef de l’État, là le Chef de l’État était ... absent. Il n'existait pas. Pas un commentaire pour quand même célébrer celui qui a eu le talent et le courage de nommer des personnalités comme Simone Veil ou Françoise Giroud.

A en croire l'actualité de la semaine écoulée, Simone Veil a été nommée toute seule. Elle a présenté le dossier de sa seule initiative. Où était donc Valéry Giscard d'Estaing à cette époque ?

C'est incroyable, cette incapacité à ne pas discriminer une lecture historique en France.

C'est probablement l'une des raisons du malaise de ce pays. Il n' a jamais l'honnêteté de regarder son Histoire en face. Ses meilleurs moments. Ses pires moments. Dans ces conditions, comment profiter des premiers et comment éviter les seconds ?

En 40, tous les Français ont été résistants.

En 60, la France n'a abandonné aucun de ses territoires. Quand elle a fait la guerre, la torture a été exceptionnelle, des faits personnels.

Et bien sûr, la France est écoutée de la terre entière.

Ainsi vont les légendes politiques bien orchestrées.

Une légende s'ajoutera : Simone Veil a été détachée de tout gouvernement pendant une loi qui mettait à l'épreuve une société, donc pas banale.

Il est même possible que la date anniversaire ne soit pas la bonne. Comme c'est le cas en espèce.

En 1974, au 1er tour de la présidentielle, si j'avais eu a le faire que crois j'aurai voté Jacques Chaban-Delmas. Au second tour en 1974, j'aurai voté VGE. Parce que François Mitterrand a toujours incarné à mes yeux la "gauche insupportable", celle qui porte le cœur en bandoulière, qui fait espérer les couches populaires mais qui vit dans les pires clichés de la "droite" à titre personnel. C'est si simple en France.

Dernièrement,sur France 2, j'ai regardé avec intérêt le portrait d'Arlette Laguiller. Quel air pur. Je ne partage pas ses idées. Mais quelle honnêteté dans ses combats. Quelle honnêteté entre ses combats collectifs et son comportement personnel.

Je pense VGE a été un bon et honnête président de la République. Malheureusement, à cette époque, j'étais trop jeune pour voter.... mais, je souviens de tout. Quelle belle mécanique intellectuelle. Sa campagne 1974 a été merveilleuse. une vraie fête.

Son bilan a porté des réformes de société considérables.

Quelle tristesse de ne pas l'avoir vu associé à l'une des réformes importantes de son mandat.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

jeudi, août 14 2014

Edito - Le mois d'août et les maladies honteuses des Français

tumblr_mrurvgSBf21r0cci7o1_1280.jpg

Il y a une étude à faire sur la capacité des Gouvernements français à tenter de considérer le mois d'août comme le moment pour traiter les maladies honteuses des Français.

La liste est longue. En 1969, Jacques Chaban-Delmas attend le 08 août pour dévaluer alors même que ce sujet n'avait jamais été abordé lors de la récente présidentielle. En 1993, Édouard Balldur attend mi-août pour engager une réforme en profondeur du système des retraites comme en 1986, il avait traité les fameux noyaux durs des privatisations en plein août.

L'idée est simple : en août, sur la plage, les Français oublient tout. C'est donc le moment pour "passer en douce" des mesures impopulaires.

C'est ce que le Gouvernement vient de faire en août 2015. Il a tenté de casser le thermomètre. Puis il a tenté de changer le contenu du thermomètre (sortie de certaines dépenses du calcul du déficit). Puis il a organisé l'acceptation à la nouvelle température (les 3 % de déficit impossibles à atteindre). Enfin, il purge les nouvelles bases de la non-croissance.

__Mais entre hier et aujourd'hui, il y a un changement fondamental : les réseaux sociaux.

__Hier, sur la plage, les Français étaient éloignés de la TV donc de l'info.

Aujourd'hui, en vacances, les Français surfent sur les tablettes et les smartphones. Ils sont donc "branchés" et ils ont même davantage de temps qu'en période "active".

Août n'est plus le bon mois pour traiter les maladies honteuses des français. La colère de la rentrée pourrait être la preuve concrète de ce changement.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mardi, avril 15 2014

Edito - Le gaulliste de gauche Philippe Dechartre décède à 95 ans

img561a.jpgRésistant, trois fois ministre sous la droite, il a appelé à voter Mitterrand en 1981.

L’homme politique français Philippe Dechartre, figure du gaullisme de gauche, est mort le 7 avril dernier à l'âge de 95 ans, à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris, a-t-on appris auprès de ses proches.

Né à Truong Thi (Vietnam), le 14 février 1919, Philippe Dechartre, de son vrai nom Jean Duprat-Geneau, fait ses études de droit à Paris. Entré tôt dans la Résistance, gaulliste de la première heure, il se lie d’amitié en 1943 avec François Mitterrand.

Après guerre, Philippe Dechartre s’engage au Parti radical, puis dans différents mouvements gaullistes de gauche, notamment l’Union démocratique du travail (UDT), composante de la majorité gaulliste en 1958 et le Mouvement Socialisme et Participation. Il est élu (UDR) député de Charente-Maritime en 1968, puis est secrétaire d’Etat dans trois gouvernements de 1968 à 1972 (Georges Pompidou, Maurice Couve de Murville et Jacques Chaban-Delmas, au Logement, puis au Travail).

En 1981, alors membre du RPR, il est au cœur du mouvement d’opposition au candidat naturel de son camp, Valery Giscard d’Estaing, qui se présente pour un second mandat: avec d’autres gaullistes de gauche, Philippe Dechartre appelle à voter François Mitterrand, et va même jusqu’à s’adresser directement aux militants du RPR dans un courrier. Jacques Chirac aura toujours nié être directement à la manœuvre dans ces affaires, même si nombre de cadres du RPR se seront mobilisés contre VGE, comme le rappelle -par exemple- Pierre Péan dans son livre L’inconnu de l’Elysée.

Philippe Dechartre démissionna en 2010 du Conseil économique et social dont il fut longtemps doyen d’âge.

«Toute sa vie, Philippe Dechartre n’a eu qu’un seul parti : celui de la France humaniste qu’il a défendue dans la Résistance », a réagi lundi soir François Hollande dans un communiqué. « Il a incarné dans la Vème République cette sensibilité sociale du gaullisme restée fidèle à l’élan de progrès de la Libération », a ajouté l’Élysée.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE