Keyword - Hérault

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, décembre 4 2014

Edito - Le service public menacé par la crèche

0.A001noel-creche.jpg

On sait que le service public est en crise, va mal alors qu’il doit s’adapter pour répondre aux évolutions rapides de la société, et il très heureux de voir que la juridiction administrative veille à le protéger de ses ennemis. Le tribunal administratif de Nantes vient de juger que le conseil général de Vendée ne pourrait pas installer sa crèche de Noël cette année. Atteinte grave à la loi, car la crèche, un « symbole religieux » contrevient au « principe de neutralité du service public ». La fédération vendéenne de l’association Libre pensée veille au grain laïcard…

Le service public se met en effet en péril avec une crèche, qui est un authentique attentat contre la déesse laïcité. En cause l’application de l’article 28 de la loi de 1905 : «Il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires ainsi que des musées ou expositions ».

Genre de règle ridicule, qu’il faut appliquer en la tempérant avec quelques données objectives liées au fonctionnement du service, et non avec une psychorigidité de malade. La crèche fait partie de la culture religieuse, oui, mais la tradition aussi de notre pays, et les fêtes de Noel réunissent toutes les familles. Alors, où est le péril ? Le Conseil général prévoit-il des avantages pour les chrétiens ?

La Vendée a une histoire religieuse forte, et cette gentille crèche parle juste un peu du passé. Un peu de calme… La Croix se retrouve jusque dans le logo du département… déclaré admissible par un arrêt de la Cour administrative de Nantes de 1999 car cette croix-là est historique et non pas religieuse. Faut le faire…

Il y a trois jours, j’ai admiré la grande crèche du marché de Noel de Mulhouse, implanté sur le domaine public et mise en lumière par l’éclairage public… Quelle souffrance terrible pour nos valeureux principes.

Pire encore, avec la magnifique crèche de l’hôtel de ville d’Avignon, qui est à elle seule un plan de guerre contre la laïcité : 54 m2, occupant tout le péristyle, reproduisant un village provençal tout orienté vers la céleste crèche… Allez vite visiter, et emmenez vos enfants avant que ne s’abatte un obus laïc du tribunal administratif

Je tremble d’autant plus que tout la Ville de Lyon s’apprête, avec un fort investissement de la Mairie, à accueillir des centaines de milliers de visiteurs pour la fête du 8 décembre, qui n’est pas celle du père Noel mais de la Sainte Vierge. La ville est dominée par des lettres illuminées la nuit, de deux mètres de haut : « Merci Marie ». Et tout le petit marigot politique se retrouve ensuite à la messe des Echevins…

C’est aussi le problème des sapins de Noel, admis dans les halls des bâtiments publics, à condition qu’il n’y ait que des guirlandes, des boules et des pères Noël, mais surtout pas d’angelots…

Depuis le début des années 2000, nous glissons vers un intégrisme laïc, idiot, abêtissant, que le droit n’impose nullement. Cette volonté de reléguer le religieux, sans invoquer le moindre risque objectif de partialité, est condamnée à perdre. Pour le moment, elle nous fait rire, ce n’est déjà pas si mal.

PS : Le préfet ne veut pas de la crèche de Ménard à la mairie de Béziers. Réponse du berger à la bergère : le maire de Béziers maintient sa crèche dans le hall de l'hôtel de ville. on rit pour la deuxième fois de la journée, c'est vraiment une bonne nouvelle.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

dimanche, novembre 9 2014

Edito - Le mur de Berlin et la faillite de l'intelligentsia française

0.A001wwall_1109.jpg

La complaisance des intellectuels français à destination du totalitarisme communiste a toujours été pour moi un mystère. Une génération comme la mienne a effectué une grande partie de son activité en ayant à lutter contre des personnes qui défendaient le "paradis communiste" !

Dans l'Hérault, il y avait même une association France - RDA qui vantait les mérites du système communiste d'avant la chute du mur.

A l'Université, il y avait des professeurs qui prêchaient ouvertement les vertus du communisme et avec un sectarisme qui me terrifiait lors des épreuves orales.

A la télévision, Yves Montand diffusait son "idéologie de la larme" tout en se faisant bien entendu grassement payé pour intervenir. C'est toujours plus facile de pleurer sur le sort d'autrui quand on ne partage pas ses fins de mois difficiles.

Tout un univers qui défendait le régime de "derrière le mur".

Heureusement, quelques intellectuels ou journalistes avaient le courage de lutter contre ce "politiquement correct" : Raymond Aron, Jean-François Revel, Jean Guitton et surtout Georges Izard. Puis il y eut la révélation d'André Glucksmann. A la différence des premiers noms cités qui avaient un parcours intellectuel constant, André Glucksmann commençait par dire qu'il avait été "maoïste", ce qui bien entendu lui donnait une légitimité à reconnaître qu'il s'était alors ... trompé.

Pour ce qui me concerne, je suis très heureux d'avoir toujours été rebelle face à ce système de pensée.

Jean Guitton, Raymond Aron, Jean-François Revel et Georges Izard ont toujours été mes références. Je relis souvent leurs publications et suis toujours impressionné par la qualité de leurs analyses.

L'une de mes premières manifestations musclées depuis déjà pas mal de temps a été pour défendre la liberté d'expression d'André Glucksmann.

Toute une partie de l'intelligentsia française a perdu tout crédit en refusant de regarder avec lucidité un régime totalitaire parce qu'elle gardait d'abord le politiquement correct du moment.

Le pays de la pensée n'a plus aucune considération pour les pensées qui "divergent". Dernière illustration : Willy Sagnol. Il aurait dit qu'il ne recrutait pas des joueurs français blancs parce qu'ils étaient nuls, fainéants, peureux au combat ... c'était une banalité. Il s'est éloigné du "politiquement correct" et il encouru les foudres du système.

Si le mur a vacillé, c'est d'abord grâce à JF Kennedy qui en 1963 en a fait un enjeu international. C'est la raison pour laquelle je garde précieusement ce morceau de mur qu'un ami m'a offert lors d'un séjour.

S'il est tombé, c'est grâce à Reagan qui a construit une réelle stratégie d'épuisement de l'URSS avec une intelligence et une vision historiques.

Comme si souvent la France a constaté, suivi.

Ceux qui défendaient le mur d'avant sont passés à d'autres murs. Et le politiquement correct qui avait pourtant montré toute sa suffisance irresponsable sévit désormais dans d'autres domaines nombreux.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mercredi, septembre 24 2014

Edito - Francois Hollande, Bernard Cazeneuve et El Blancos : Les trois bras cassés de l’antiterrorisme

0.A0014493504_3_a3bb_la-gendarmerie-du-petit-village-de-caylar-dans_2e7d3733eaaf25e5dc602badffb96f16.jpg

Les sketchs des 3 islamistes venant de Turquie et dont le sinistre de l'Intérieur avait annoncé un peu rapidement l'arrestation se poursuit. Après avoir constaté qu'ils n'étaient pas interpellé, le ministre a montré ses muscles :

"Les services français ont été informés par leurs homologues turcs de ce changement de vol après l’arrivée sur le sol français des trois ressortissants expulsés. Dès cette information communiquée aux services français de sécurité et de renseignement, ceux-ci poursuivaient les investigations dans le cadre du mandat délivré par le magistrat instructeur du pôle antiterroriste".

En fait, les trois jihadistes se sont rendus tranquillement à la gendarmerie du Caylar (Hérault). Les trois hommes ont sonné à la porte de la gendarmerie du Caylar qui était fermée. Une patrouille de gendarmerie s'est mise en route pour les récupérer. En fin de matinée les avocats se concertaient pour assister leurs clients en garde à vue.

Mais selon le sinistre de l'intérieur :

"Le dispositif Vigipirate, dans ses dispositions actuelles, est aujourd’hui opérationnel et efficace".

Inquiétant quand même que le contrôle des passeports ne soit pas plus sérieux…

Hier matin, c’étaient encore les plus mâles accents de notre governemental circus pour s’affirmer intraitable face à la menace terroriste. Dormez tranquilles braves gens, François Hollande, le supplétif et El Blancos veillent sur votre sécurité.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE