Keyword - Ferguson

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, novembre 26 2014

Edito - Ferguson, 20 000 habitants, 2 000 soldats

0.A00177159481_police_standoff.jpg

Ferguson, 20 000 habitants, 2 000 soldats : la démocratie, les droits de l’homme et les « valeurs » resplendissent dans la lumière. Cette lumière, c’est le savoir-faire acquis en Afghanistan, en Irak et en Israël, s’exporte.

Toutes mes pensées à la population soumise à cette violence armée,… mais ne renoncez à rein, et ne baissez pas les bras. Nous ne sommes jamais que dans le réel.

Les produits cosmétiques en vente à Washington depuis 6 ans ne valent rien, même en solde. Le mal est profond, et ce pouvoir né de la violence et qui a grandi gavé au mensonge institutionnel, ne tient que par la violence et le mensonge. Avec, au passage, une pensée émue pour les crétins finis qui, ici, s’extasient devant la croissance US, pour laquelle les démunis ne sont qu’une variable d’ajustement de la société élitiste.

Oui, chères amies et chers amis, ne baissez pas les bras. La violence et le mensonge ne conduisent à rien et n’ont qu’un temps, même s’ils bénéficient d’une impitoyable répression. Votre rendez-vous avec l’histoire, car il est impossible de mentir tout le temps et à tout le monde.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

lundi, septembre 1 2014

Edito - Ferguson : en mémoire de Michael Brown

0.A00140822_v46rb_memoire-ferguson-5_sn635.jpg

C'était pratiquement il y a un mois ! Le 9 août, à Ferguson (Missouri), Michael Brown, un jeune homme black de 18 ans, la vie tranquille, juste bachelier et préparant son entrée à l’université, a été abattu par un policier.

Ce soir-là, ce jeune homme sans histoire s’est trouvé face à des flics déchaînés, dans cette sympathique bourgade de 21 000 habitants, rongée par tous les maux des États-Unis, où la population est aussi black que la police est white. Une histoire de domination jamais réglée, et qui n’est pas près de l’être, car c’est l’histoire de la domination économique, la véritable constitution des États-Unis...

Devant ces flics déjantés, Michael Brown a levé les bras, implorant le calme, suppliant qu’on lui laisse la vie. Mais le flic a tiré pour tuer, et il a tué, comme le montrent les résultats de l’autopsie, publiés le 18 août dernier.

Le médecin légiste, le Docteur Michael M. Baden, a relevé six impacts par balles : quatre sur le bras droit, et deux au niveau de la tête, dont un au niveau du crâne, qui a été mortel. Toutes les balles ont été tirées de face..

L’examen du corps n’a révélé « aucune trace de lutte », et le médecin légiste n’a trouvé aucun résidu de poudre sur la peau, ce qui établit la réalité d’un tir de plus de soixante centimètres. Ce qui signifie que la thèse du flic qui tire pour se défendre dans un corps à corps ne vaut rien. Ce qui signifie que le flic tueur est aussi un menteur.

La population est descendue dans la rue, avec ce slogan insensé :'' "We need justice"

Aussi, on ne peut qu’approuver la réponse, juste et adaptée, des autorités : force doit rester à la loi.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE