dimanche, décembre 7 2014

Edito - Emploi : le wagon France attend toujours la locomotive américaine ...

0.A001Private-sector-jobs.jpg

L’économie des États-Unis confirme la vigueur de sa reprise avec de massives créations d’emplois en novembre, les plus fortes depuis presque trois ans, même si le taux de chômage est resté inchangé à 5,8 %, toujours au plus bas depuis six ans.

L’économie a créé 321 000 nouveaux emplois en novembre, un sommet depuis janvier 2012, dépassant largement les attentes des analystes. Le taux de chômage est demeuré à 5,8 %, son niveau le plus faible depuis juillet 2008.

Il s’agit de « la plus longue période de création d’emplois de l’histoire dans le secteur privé », a souligné Barack Obama, saluant le 57e mois consécutif de croissance du nombre d’emplois. « Les États-Unis continuent de dépasser la plupart des autres pays », s’est-il empressé d’ajouter. « Au cours des quatre années passées, nous avons remis au travail davantage de gens que ce qu’ont fait l’Europe, le Japon et tous les autres pays industrialisés réunis », a avancé Barack Obama.

Sur les trois derniers mois, la moyenne des nouveaux emplois a grimpé à 278 000, le rythme le plus fort depuis la reprise économique début 2010.

La vitalité des embauches s’est reflétée dans presque tous les secteurs économiques même si le mois de novembre est de toute façon traditionnellement une période favorable au marché du travail du fait de la préparation des ventes de fin d’année. Les services aux entreprises ont été très dynamiques mais aussi le commerce de détail, les services de santé et le secteur manufacturier. Même le service public est de la partie.

Voilà une réalité des chiffres qui tranche singulièrement avec la situation française. En réalité, le wagon France, toujours très critique vis à vis des États-Unis, attend la locomotive américaine pour être tiré par un rebond de croissance internationale, selon les cycles classiques.

Mais avec les modifications géographiques de l'économie moderne, il est possible que la locomotive américaine passe par d'autres "gares" et que le wagon France ait à attendre encore longtemps.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

vendredi, novembre 14 2014

Edito - L'austérité s'installe en France au pire moment

0.A001A.jpg

A juste titre, il y a eu un débat entre la rigueur et l'austérité. Ce débat est passé. Depuis la rentrée de septembre 2014, les territoires locaux français sont entrés dans une phase d'austérité.

Depuis septembre 2014, car ils ont la conscience des impacts des efforts budgétaires de l’État chiffrés pour 2015.

Les territoires locaux car Paris et ses nombreuses structures réservent l'austérité à la ... Province. Les agents locaux du dynamisme économique sont frappés par des ponctions et par des chutes de dotations énormes qui vont fermer le robinet des investissements locaux.

C'est un choix qui intervient au pire moment. La reprise internationale n'est pas au-rendez-vous. Par conséquent, si le moteur international ne fonctionne pas et qu'au même moment le moteur local est éteint, c'est la catastrophe assurée. Et comme les financements sociaux en France reposent sur le travail, la hausse du chômage ne fera que déséquilibrer encore davantage la situation des finances publiques nationales.

Avec sa fragilité politique, cette situation économique et financière va accélérer des arbitrages nationaux incontournables à peine de très vives tensions parce que les Français s'apprêtent à vivre la montée d'un nouvel étage dans l'intensité de la crise économique.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

vendredi, octobre 31 2014

Edito - Vers une société sans emplois ?

0.A001commerce-entre-dans-rouge-35ac6.png

Vendredi dernier, le nombre de chômeurs en France a battu un nouveau record : 5,43 millions de personnes en catégorie A, B et C, dont 3,43 millions dans la seule catégorie A, soit 50 000 et 19 000 chômeurs de plus. L’automatisation semble en cause, comme on le voit dans le commerce.

Le cabinet Trendeo, qui décrit depuis plusieurs années la réalité de la désindustrialisation dans notre pays, a pointé un phénomène récent et nouveau, à savoir la destruction d’emplois dans le commerce depuis deux trimestres. On pourrait croire que ce phénomène est normal étant donnée l’état de notre économie. Mais même en plein cœur de la crise, alors même que le PIB avait reculé de plus de 2 % en 2009, le commerce avait continué à créer des emplois, malgré la baisse des créations d’emplois et la hausse des suppressions de postes. Depuis deux trimestres, pour la première fois, le commerce détruit des emplois, sous le double phénomène d’une baisse des créations et d’une hausse des destructions.

Les graphiques de Trendeo démontrent qu’il y a une tendance très négative en marche, qui révèle que des phénomènes profonds sont sans doute à l’œuvre et engendrent un mouvement de destruction d’emplois qui pourrait bien continuer à s’accélérer. Malheureusement, tout ceci n’est pas totalement illogique quand on constate le développement des caisses automatiques, dont la fonction principale consiste à supprimer de coûteux postes de caissiers dans les magasins. Le « prix Nobel d’économie », Joseph Stiglitz, note dans son dernier livre « qu’il est curieux qu’à une époque où le chômage est si élevé, les supermarchés remplacent les caissiers par des caisses automatiques ? ».

Le Munich social continue et s’amplifit ?

Tout ceci est malheureusement confirmé par une étude du cabinet de conseil Roland Berger, qui annonce que pas moins de 3 millions d’emplois seraient menacés d’ici à dix ans, du fait de l’automatisation et du développement de l’usage des robots. Le cabinet pronostique une augmentation du taux de chômage de 8 points d’ici là. Bien sûr, à moyen ou long terme, l’automatisation et le fait de confier à des robots certaines tâches peut représenter un progrès pour l’humanité, mais à la condition sine qua non que cela ne contribue pas à détruire plus d’emplois que cela n’en créé, surtout dans une période où subsiste un très fort taux de chômage. Roland Berger décrit un nouveau gain du capital.

C’est pour cette raison que, même si je ne propose pas de revenir au métier à tisser, je pense qu’il faut savoir faire une pause dans l’automatisation de notre société quand cela contribue à détruire des emplois alors même que nous en manquons. Dans ce cas là, l’automatisation provoque bien davantage d’effets négatifs sur la société que de conséquences positives. Il ne faut pas oublier que le progrès technique doit bénéficier à la condition humaine et ne pas conduire à la dégrader. Et ce n’est pas être passéiste que de savoir mettre l’homme avant la science, qui doit servir le premier, et non l’inverse, contrairement à ce que semble croire certaines personnes qui raillent ces idées.

Le plus effarant est que cela fait plus de 30 ans que notre pays souffre d’un chômage de masse, mais que nos dirigeants refusent de comprendre le rôle de l’anarchie commerciale avec des pays aux bas salaires ou à une automatisation totalement dérégulée qui condamne économiquement le travail humain.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mercredi, septembre 3 2014

Edito - Trois millions de chômeurs ? Non, six !

306236_053

Le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A à Pôle emploi (sans activité) a augmenté à la fin du mois de juillet de 26.100 pour atteindre un total de 3,42 millions de personnes, un record. En 26 mois de présidence François Hollande, c’est la 25eme hausse mensuelle, et l'un accroissement d’un demi-million.

C’est le chiffre dont on parle. Un gros maquillage, car le chiffre réel, selon les données de Pôle-Emploi, est de 6 millions.

Tout d’abord, les 3,42 millions de catégorie A, chiffre de référence, c’est pour la France métropolitaine. Un truc de fou ! On zappe la Réunion, la Guadeloupe, et les autres territoires. Aussi, pour la catégorie A, le chiffre réel n’est pas 3,42 mais 3,68.

Ensuite, viennent les catégories B et C, soit les personnes « en activité réduite ». Ce sont les petits boulots ou des temps partiels, et la rémunération est défalquée du montant leur allocation-chômage. Ils sont à la recherche d’un emploi temps plein, et vivent donc dans la précarité. L’augmentation a été de 40.600 en juillet, et en cumul, on atteint les 5,3 millions.

Viennent enfin les catégories D et E, soit 660 000 personnes en France métropolitaine. Impossible de savoir pour l’Outre-mer, car ces personnes ne sont plus comptabilisées ! Il s’agit de demandeurs d’emploi « non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi », car ils se trouvent dans une situation spécifique : stage, formation, maladie, convention de reclassement, créateurs d’entreprise… __ Voici donc le problème numéro 1 du pays. La politique de l’emploi est calée sur la croissance, qui ne vient pas, et donc rien de va bouger. C’est ça le terreau du vote FN, FN__ qui n’a lui non plus aucune solution.

Donc, voici une offre d’embauche : « Pays, ayant un beau passé et voulant croire à son avenir, recherche dirigeant politique sérieux et travailleur, capable de concentrer son action sur le chômage de masse ». Merci d’adresser CV et projet, sans copié/collé, à : « électeur@fleuvedeladernièrechance.fr ».

  • Réécoutez le titre de campagne de François Hollande : "Le changement c'est maintenant"

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mercredi, février 26 2014

Edito - Il est poursuivi pour avoir filmé Nancy avec un drone, le maire lui offre une collaboration

les-images-de-nans-thomas-font-le-tour-du-monde-offrant-a-la-ville-la-plus-belle-des-campagnes-de-pub-une-campagne-a-zero-euro-se-rejouit-andre-ro.jpg

Un jeune homme de 18 ans, poursuivi pour mise en danger de la vie d'autrui après avoir filmé Nancy vue du ciel à l'aide d'un drone, s'est vu proposer un travail par... le maire de la ville, a annoncé ce dernier mercredi 19 février.__

''« Je lui ai proposé de se mettre en relation avec mes collaborateurs pour travailler avec nous sur le projet de Ville numérique French Tech », a expliqué André Rossinot, maire UDI de Nancy, qui aspire à ce que le Sillon lorrain (qui regroupe Nancy, Metz, Epinal et Thionville) obtienne le label « French tech'' ».

L’élu a indiqué avoir rencontré le prévenu, qu’il a qualifié de « talentueux », afin que ce dernier lui raconte « son parcours, ses projets ».

Le jeune vidéaste avait tourné des prises de vues aériennes de Nancy fin janvier, notamment de la place Stanislas ainsi que des monuments les plus célèbres de la ville lorraine.

Son clip, posté sur différentes plateformes de partage de vidéos, a été vu plusieurs dizaines de milliers de fois par les internautes.

Mais son succès a alerté les autorités, dont la Direction de l’aviation civile qui a rappelé à l’auteur de la vidéo les règles relatives aux drones civils.

Les images du film démontraient que le drone frôlait les monuments, façades et clochers, au-dessus de groupes conséquents de personnes.

Or, les utilisateurs de ces engins doivent passer une formation similaire à celle des pilotes d’ULM et obtenir une autorisation particulière lorsqu’ils souhaitent faire survoler un drone au-dessus d’un espace urbain.

Mise en danger d’autrui

Après avoir été entendu par les gendarmes, le jeune homme a reçu une convocation devant le tribunal correctionnel pour mise en danger de la vie d’autrui, infraction pour laquelle il encourt un an d’emprisonnement.

Le procureur de Nancy, Thomas Pison, avait indiqué qu’il s’agissait de la première poursuite de ce type en France.

L’affaire a enflammé les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, où une page de soutien a recueilli plus de 12 000 adhésions.

La tête de liste UDI-UMP, Laurent Hénart, a dit vouloir « l’encourager, l’aider à pousser des projets ».

« Mon équipe de campagne réfléchit à l’opportunité de faire un geste en lui demandant de pouvoir utiliser quelques visuels extraits de la vidéo, ce qui pourrait l’aider à payer une éventuelle peine d’amende », a-t-il ajouté.

Son adversaire socialiste, Mathieu Klein, a pour sa part indiqué avoir « rencontré l’auteur » de la vidéo, mais ne souhaite pas faire de commentaire « avant qu’une décision de justice ait été rendue ».

« Je l’ai fait pour ma ville » - Sur Twitter, de nombreux professionnels de l’aéronautique ont également commenté l’affaire, en soulignant les risques inhérents aux drones civils quant à une possible perte de leur contrôle, notamment lorsqu’ils atteignent une certaine altitude.

Le jeune homme, qui désormais évite la presse, a indiqué mercredi sur son compte Twitter ne pas souhaiter de récompense financière » pour sa vidéo. « Je l’ai fait pour ma ville », a-t-il ajouté.

Le projet French Tech entend aider, via la Banque publique d’investissement, les entreprises tournées vers l’économie numérique situées des pôles urbains labellisés.

http://www.estrepublicain.fr/actual...

Source : La Gazette des Communes du 21/02/2014

dimanche, février 23 2014

Edito - Pour la France et pour Béziers, des solutions inspirées de vos réussites

Dans un édito du 27 novembre 2011, le choix au bord du gouffre, je disais déjà comment, « voyant les choses d'un autre point de vue, je perçois davantage les priorités et l'urgence de l'action. Et je ne me résous pas de voir ma ville passer à côté de son avenir, de même que je ne me résous pas de voir mon pays et l'Europe incapables de défendre ensemble un modèle de développement économique porteur d'espoir ».

Magasins_Modernes_26_-_BEZIERS_-_Place_de_la_Republique.jpg

J'appelais alors les forces politiques à se tourner vers des objectifs d'avenir et à s'extraire des querelles de personnes.

Je contribue sincèrement depuis novembre 2011 à cette ambition, y compris à Béziers. Le résultat est hélas affligeant.

Le débat national ne décolle pas des batailles de préaux où il semble se complaire et peine à faire surgir des propositions crédibles face à des menaces et des angoisses qui méritent d'autres attitudes.

Urgent hier, le besoin d'innover et de rassembler dans l'action publique est devenu aujourd'hui une exigence vitale.

C'est pourquoi j'ai décidé de reprendre l'initiative. Non pour créer une nouvelle chapelle, mais au contraire pour donner la possibilité à tous ceux qui veulent valoriser leur expérience au service d'une action publique efficace et non partisane de le faire et de contribuer ainsi très concrètement aux solutions nous permettant de rebondir.

C'est le but essentiel de BEZIERS POLITIQUE : faire émerger dans la sphère publique des solutions puisées à la source d'expériences réussies ailleurs en France ou en Europe. Des expériences acquises par les membres de notre club informel dans leur parcours dans la société civile et dont ils veulent réussir la « transfusion » dans l'action publique.

BEZIERS-34.jpgDes solutions pour l'emploi d'abord. Offrant à nos salariés et nos entreprises un avenir économique, proposant des moyens de rebondir et de retrouver confiance.

Des solutions pour nos villes également. Elles souffrent de tous les symptômes de notre société et semblent en panne de remèdes, de plus en plus impuissantes face à des questions de plus en plus lancinantes.

BEZIERS POLITIQUE, que j'ai créé sans statut de parti politique, viendra prolonger localement les réflexions et les propositions issues de ces échanges. Là encore, peu importe l'histoire politique ou la filiation idéologique de chacun, le but étant précisément de sortir frontières idéologiques et de dépasser les clans pour servir l'intérêt général par l'efficacité et la crédibilité retrouvées de l'action publique.

On est loin d'avoir tout tenté ! La place pour des solutions innovantes est considérable. D'autres pays, d'autres villes ont su partiellement le faire alors même qu'ils disposaient souvent au départ de moins d'atouts que nous.

Voilà ce que je vous propose que nous fassions ensemble ; car si vous êtes comme moi, vous ne pouvez rester stoïques et cois, vous aurez envie d'agir et vous aurez raison !

http://bezierspolitique.6mablog.com...

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

vendredi, février 21 2014

Edito - Le confortement et le développement économique de Béziers

tumblr_ms8n7zowDA1r0cci7o1_500.pngL’écoute attentive et le soutien des entrepreneurs, commerçants, artisans, professions libérales, de même que la garantie de la mise en place des moyens indispensables au bon développement des activités, sont des responsabilités majeures qui incombent à la mairie.

Le confortement, l'appui des entreprises industrielles existantes, tout comme l’accueil et le démarchage des nouvelles entreprises sont de la responsabilité de la communauté d’agglomération.

Mais l’un ne va pas sans l’autre. Les deux démarches en faveur des créateurs d’activité, de richesses et d’emplois doivent être coordonnées pour être optimisées, efficaces et générer des économies de moyens.

Le développement économique est le secteur prioritaire vers lequel tous les efforts et les moyens doivent être concentrés car il pourra, seul, générer emplois et solidarité.

Montons tous ensemble, non pas d’une marche, mais de deux, au lieu de descendre ensemble de trois marches, car celui qui n’avance pas, recule !!

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mercredi, février 19 2014

Edito - Comment créer des emplois à Béziers ?

emploi.jpg“La création d’emplois est au point mort à Béziers.”

Il est faux de dire qu’on ne peut rien faire… Bien au contraire, la mairie peut et doit tout mettre en œuvre pour attirer des entreprises.

Le futur maire de Béziers doit favoriser l’implantation de nouvelles entreprises,

Le futur maire de Béziers doit créer un incubateur de projets d’entreprises,

Le futur maire de Béziers doit renforcer le lien entre la ville et les entreprises.

NOS PROPOSITIONS

Faire un choix clair en faveur des entreprises

Notre ville dispose de terrains pour accueillir des entreprises : le futur maire de Béziers se doit de choisir la croissance de l’emploi plutôt que celle du nombre d’habitants.

L’un des leviers principaux se doit être la création d’un « incubateur » et d’une ''pépinière d’entreprises'' qui stimuleront l’esprit d’innovation à Béziers en :

- facilitant les démarches administratives des créateurs d’entreprises,

- développant une information concrète tant auprès des employeurs – sur les dispositifs d’aides – que des personnes à la recherche d’un emploi (accès aux offres locales d’emplois, contacts avec les entreprises, simulation d’entretien d’embauche…),

- créant des événements rapprochant les acteurs de la vie économique des Biterrois tels que des concours primés pour jeunes entreprises, des journées thématiques (bourses aux affaires et à l’emploi), des initiatives sociales proposées par les entreprises, un soutien aux stages des collégiens…

Valoriser les atouts de Béziers plutôt que se lamenter sur la conjoncture

Ici, les atouts humains sont considérables : il faut dès à présent solliciter des retraités ou des responsables RH en activité pour conseiller les jeunes sur leur formation et leur orientation : transmission d’expériences, parrainage intergénérationnel, visites d’entreprises, opérations « recrutement »…

images_Beziers_2.jpgla future équipe municipale qui sera aux responsabilités en avril prochain se doit de lancer un club « Senior » afin de diffuser l’information sur l’auto-entreprenariat, la reprise ou la création d’entreprises, le management de transition, l’utilisation des réseaux sociaux.

Cette nouvelle équipe se doit de changer l’image économique de Béziers en s'appuyant également sur le sport, afin d'en faire l'un des vecteurs essentiels pour développer l’attractivité de notre ville.

Diminuer les freins à l’embauche en réduisant les discriminations

L’origine, l’âge, le sexe, le handicap peuvent constituer des obstacles à l’embauche et donc à l’emploi. Nous veillerons à :

- informer les employeurs sur leurs obligations,

- organiser des formations sur « Comment recruter sans discriminer »,

- initier des événements tels que la journée du handicap.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

vendredi, février 14 2014

Edito - C'est quoi BEZIERS POLITIQUE ?

pourquoi-il-faut-gagner_800614_510x255.jpgBEZIERS POLITIQUE se propose de rassembler des personnalités issues du monde économique, financier, politique, syndical et administratif, qui sont toutes désireuses d'apporter leur expérience dans le débat public.

BEZIERS POLITIQUE se veut un lieu d'échanges, de débats et de propositions pour tous ceux qui partagent son attente : apporter des réponses innovantes et opérationnelles aux défis multiples auxquels est aujourd'hui confrontée la société française, qui menacent son modèle social et ses principes démocratiques et républicains.

Parmi les principaux terrains où ces défis s'expriment avec une force voire une violence grandissante, deux chantiers prioritaires s'imposent avec évidence :

- celui de l'entreprise, seule source de création de richesses et d'emplois durables. Sans entrepreneurs motivés, sans entreprises conquérantes, sans leurs aptitudes à l'innovation, leur ancrage dans nos territoires comme leur projection vers l'extérieur, pas de ressources ni de travail et l'accumulation de menaces sur notre protection sociale et notre niveau de vie.

quelle-quinqado1.jpgComment interrompre la spirale et rebondir, gagner en compétitivité, garder nos savoir-faire et en conquérir de nouveaux, offrir des pistes d'avenir et un espoir à notre jeunesse ?

- celui de nos villes, qui concentrent à leur échelle les tensions et les symptômes de la société tout entière : tout est aujourd'hui en question ; leurs fonctions majeures comme la pertinence de leur champ géographique, leur organisation et leur gestion comme leur financement, l'apparente contradiction entre activité et environnement, la relation de l'individu et des groupes sociaux à la cité...

Apporter des réponses concrètes suppose :

- de s'affranchir de toute idéologie, de toute doctrine toute faite.

- de respecter en toute circonstance le principe de réalité

- de s'inspirer de façon très pragmatique des réussites observées par les participants au club informel de BEZIERS POLITIQUE.

tumblr_mzwtlmBWT41scpp1zo1_500.jpgBEZIERS POLITIQUE c'est :

Associer des compétences Générer des propositions Organiser des échanges Réagir et renouveler Anticiper pour réussir

Pour participer à BEZIERS POLITIQUE il suffit de :

- s'inscrire au Club (par courriel à BEZIERS POLITIQUE (à) (j.cavalie@voila.fr),

- indiquer dans un bref CV les expériences acquises,

- indiquer les thématiques choisies (parmi la liste proposée ci-dessous) et accepter d'apporter une contribution écrite, soit sous la forme d'une contribution initiale, soit en réaction ou complément à une réflexion initiée par un autre membre du club.

Thématiques en débat au Club informel BEZIERS POLITIQUE

Entreprise et emploi

Les questions seront exclusivement centrées sur les PME, leur création, leur développement, leur pérennité... Pourquoi nos voisins allemands ou italiens réussissent-ils mieux que nous et pourquoi disposent-ils de PME plus innovantes, plus solides, plus grosses, plus exportatrices ?

Pourquoi cette question en débat dans notre pays depuis de nombreuses années n'a-t-elle trouvée jusqu'ici aucune réponse satisfaisante ? Ville et société

Les gestionnaires publics semblent en échec devant les problèmes de la ville d'aujourd'hui et les interrogations se multiplient :

- Quelle taille, quel mode d'organisation, quelles missions pour la ville de demain ?

- Comment retrouver des marges financières, des budgets d'investissements et une maîtrise de gestion tout en apportant les services attendus par la population ?

- Liaisons inter-cités : modes, coûts et durée des déplacements internes, impact sur l'économie et l'environnement ?

- Quel urbanisme, quelle mixité sociale, quelle mixité de fonctions dans la cité ?

- Civisme, incivilités, insécurité : quelles réponses opérationnelles ?

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, février 1 2014

Edito - Le chômage et les contrats aidés

17435847BAllain.jpgEn France, le pari perdu de François Hollande sur l'inversion de la courbe du chômage n'a surpris personne. Cela fait 37 ans que les contrats aidés quelle que soit leur appellation sont sans effet sur le chômage.

La très longue liste pourrait être rappelée. Dans n'importe quelle entreprise, quand un dispositif n'a pas fonctionné plusieurs fois de suite, on évite de l'utiliser...

Cette situation très triste n'empêche pas certains députés de se concentrer sur les sujets importants. Brigitte Allain, député Europe Ecologie Les Verts, a demandé que l'on supprime l'expression « bon père de famille » de tous les textes législatifs en vigueur. Ce serait une « expression discriminatoire, survivance inadmissible d'une société patriarcale.... ». Avec un tel totalitarisme linguistique, il faut probablement s'attendre bientôt à la suppression de tous les textes de la notion de « langue maternelle...»

http://brigitteallain.eelv-legislat...

http://www.lemonde.fr/politique/art...

Source : Atlantico.

mercredi, janvier 29 2014

Edito - La baisse de la fiscalité pour rendre du pouvoir d'achat aux ménages

019c9c60-351e-4b8c-9791-b9b4489b473b_avis-conso.jpgLa sortie de l'actuelle crise marquera la naissance de nouvelles situations dans des cadres multiples. L'imprévoyance des Gouvernements incapables de prédire l'arrivée de la crise va modifier significativement leur autorité. Nous sommes entrés dans une logique permanente de démocratie directe.

Le pouvoir n'est plus à l'élu mais au citoyen à la condition que ce dernier ait conscience de ce transfert.

Préalablement à ce constat, le futur maire de Béziers se doit d'avoir en tête un certain nombre d'orientations qui sont primordiales :

" En préalable, rappeler les mots clefs d'une telle démarche :

- des solutions

- de l’optimisme

- de la confiance

Il aura un cap prioritaire à suivre : l’emploi.

__Parce que l’emploi est la première mesure sociale et qu’il est un enjeu de dignité humaine. __ Pour sortir de la spirale du chômage, il faut relancer l’activité économique.

Pour relancer l’activité économique, il faut rallumer le moteur de la consommation.

Pour rallumer le moteur de la consommation, il faut :

- diminuer la pression fiscale c'est-à-dire rendre du pouvoir d’achat aux ménages,

- donner de la confiance. S’il n’y a pas de confiance, donc de l’optimisme dans le lendemain, le nouveau pouvoir d’achat irait à l’épargne de précaution.

Depuis 2012, les ménages français sont statistiquement en perte moyenne de pouvoir d’achat (- 2 % en 2012). C’est un chiffre historique.

Pour les moins de 30 ans, le taux d’épargne est négatif. C'est-à-dire que par exemple la primo accession propriété est devenue impossible.

Pour lever moins d’impôts, est-ce mettre tous les services publics à la diète ?

Non.

emploi_lettre.jpgIl faut respecter quatre valeurs :

1) une nouvelle gouvernance publique : gérer Béziers autrement et notamment en mettant fin à des gaspillages intolérables de façon récurrente dans le secteur concurrentiel,

2) une sélectivité des priorités : il faut recentrer sur des services publics qui sont au cœur de l’offre classique : enseignement, solidarités, culture,

3) la proximité et la priorité au terrain : ce qui notamment pour les personnels passe par une profonde revalorisation des carrières de terrain : sur le plan matériel comme dans l’évolution des carrières dont la place de la promotion interne,

4) il faut relancer les recettes liées à la meilleure activité économique d’où le volet lié à l’emploi et aux dessertes de Béziers.

Il y a également un point technique qui mérite d’être évoqué en préalable : la personne en charge des finances sera également en charge des relations entre les collectivités publiques.

Un seul adjoint sera en charge des relations financières avec toutes les collectivités publiques et deviendra le point de passage exclusif de ces relations.

Dans le même temps, cette ré-organisation doit s’accompagner d’une grande écoute et d’un dialogue permanent.

Cette logique de démocratie à visage humain passe par un meilleur partage du pouvoir, une meilleure transparence des critères de décision, une démocratie plus vivante."

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

dimanche, janvier 12 2014

Edito - Le Président Hollande vient enfin de comprendre...

2013-02-11hollande.jpg... que ce sont les entreprises qui créent les emplois ! Ouf ! Pas trop tôt ! Certes, ce n'est pas à l'ENA qu'on apprend cela, mais il a fait aussi HEC, où il a dû certainement sécher les cours...

Par contre, il n'a pas encore compris que l'excès d'impôt tue l'impôt, que notre pays a aussi besoin de riches, que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, que l'Euro détruit l'industrie française, que l'Europe de Bruxelles le prive de presque tous ses pouvoirs, etc...etc...

Il y a donc urgence à lui souhaiter nos meilleurs vœux pour 2014 !

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE