Keyword - Dettes publiques

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, février 4 2015

Edito - Barack Obama, Syriza : enfin les questions sur le sens de la dette

0.A00101089589_le-buzz-des-etats-unis-barack-obama-va-recevoir-angela-merkel-a-la-maison-blanche-web-tete-0204127820527_660x440p.jpg

Selon des expressions différentes, la question du sens de la dette commence enfin à être posée. Jusqu'où est-il possible de pousser à l'exécution absolue d'un actif qui place le débiteur dans une situation impossible ? Dimanche dernier, Obama a posé la question avec une réelle honnêteté.

C'est une question de fond.

Il y a une conception punitive de l'endettement : conduire l'endetté à l'épuisement total.

Cette conception occulte la responsabilité du créancier.

Dans les dettes publiques, la responsabilité des créanciers est considérable et tout particulièrement dans le dossier de la Grèce avec le dispositif de titrisation qui a consisté à volontairement masquer la réalité globale de l'endettement.

Pourquoi les contribuables de ce pays seraient-ils tenus pour responsables d'un maquillage comptable qui n'a pas été de leur fait ? Pourquoi seraient-ils responsables alors même que les auteurs de ces mécanismes sont ... irresponsables ?

A quel moment faut-il accorder une faculté de rebond et si oui sur quelles bases ? La proposition de Syriza "avec une clause de retour à bonne fortune" n'est pas dépourvue d'intérêt, loin s'en faut. C'est même probablement un dispositif intelligent et constructif.

C'est d'ailleurs cette logique qui m'avait conduit à défendre sur ce blog pendant les municipales l'annulation partielle ou totale de dettes pour des sans logis ou des exclus de bonne foi. La part de la dette ramenée aux ressources disponibles ne peut plus être honorée. Pourquoi s'acharner en condamnant toute faculté de rebond ?

La conception absolutiste du remboursement d'une dette est un "pousse au crime" non seulement destructeur mais aussi non rentable à terme. C'est d'ailleurs ce constat de "bon sens" qui a conduit à de si fréquentes annulations de dettes par le passé.

C'est ce volet qui devrait aujourd'hui conduire à poser avec lucidité l'ensemble des questions de dettes contractées dans les années de crise dont les dettes toxiques des collectivités publiques. Il y a un temps où glisser les problèmes sous un tapis produit à terme davantage d'effets négatifs que l'examen lucide une fois pour toutes.

C'est l'utilité positive du dossier de la Grèce actuellement.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

dimanche, octobre 19 2014

Edito - Les cinq responsables de la dette publique dénoncés par Contribuables Associés

0.A00unnamed.jpg

Ces « Frères Dalton de la dette », flanqués du célèbre Rantanplan, auront présidé à l’un des plus gros hold-ups de l’histoire de France : 2000 milliards d’euros de dette publique en 40 ans (plus de 31 000 € par habitant !), avec des budgets déficitaires depuis 1974.

En 2015, la dette publique française devrait atteindre le seuil symbolique de 100% du Produit intérieur brut (PIB)…

Comme nous en avertissons les Français et leurs dirigeants depuis un quart de siècle, cela n’est pas sans conséquence sur l’avenir, mais aussi sur le présent-même de la France : chaque année, l’État, donc nous contribuables, consacre son premier poste budgétaire au paiement des intérêts de la dette… Ce paiement, appelé « service » de la dette, engloutit la recette de l’impôt sur le revenu. Les impôts que vous venez de payer servent donc à payer les intérêts (et non la dette elle-même) résultant de mauvaises politiques depuis 40 ans.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mercredi, octobre 1 2014

Edito - La dette de la France a officiellement dépassé les 2000 milliards d'Euros

0.A0013171184_3_fb33_pierre-moscovici-et-francois-hollande-le-3-mai_c6ffefe7b3ee98333dcb0219e28ec5fa.jpg

Cette fois, ça y est. La dette française a officiellement dépassé le seuil des 2 000 milliards d’euros. A la fin du 2ème trimestre 2014, elle atteignait 2023,7 milliards exactement, selon les données publiées ce mardi matin par l’Insee. Ce qui équivaut à un endettement de 95,1% du PIB.

Ce chiffre témoigne de 40 ans de mauvaise gestion par les gouvernements successifs, droite ou gauche, résolvant les problèmes par la fuite en avant et l'augmentation de la dette. Ces politiciens ont mis la France au bord de la faillite et acculé le peuple français dans une situation aujourd'hui désespérée. Quand on vit 40 ans en s'endettant un peu plus chaque année, on prend de très mauvaises habitudes. Qui nous sortira de cette spirale infernale ?

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mercredi, septembre 17 2014

Edito - Canada : Stephen Harper confirme hier le budget en excédent pour 2015

0.A00les-images-de-nans-thomas-font-le-tour-du-monde-offrant-a-la-ville-la-plus-belle-des-campagnes-de-pub-une-campagne-a-zero-euro-se-rejouit-andre-ro.jpg

Au moment où la France bat des records de déficits, hier, à Ottawa, Stephen Harper a publiquement confirmé un budget 2015 en ... excédent !

L'excédent indiqué à cette étape (3 milliards de $) contient une "provision pour risques" de près de 3 milliards de dollars. C'est à dire que l'excédent réel pourrait être du double de l'actuel annoncé !

Cet excédent sera le socle pour des baisses d'impôts à destination des familles.

Voilà le cercle vertueux d'un fonctionnement public.

Sur quoi repose ce cercle vertueux ?

1) Sur le bon sens des citoyens qui choisissent en conséquence leurs représentants.

2) Sur une transparence des données publiques remarquable.

3) Sur une conception mimimaliste de la "puissance publique" et sur l'exemplarité de sa capacité à faire au moindre coût.

4) Sur la certitude que ne pas tenir les comptes aujourd'hui, c'est l'assurance de lendemains très difficiles.

5) Sur des actes et non pas des mots.

Dans les années 80, lors de ma première rencontre avec le Maire de Montréal alors (Jean Drapeau), l'enseignement n°1 a été des leçons permanentes de bon sens du terrain. L'intéressé expliquait :

- quand il se rend dans une nouvelle géographie pour voir si l'économie tourne il ne regarde pas les chiffres mais monte sur une partie en altitude et voit s'il y a des grues pour des constructions,

- pour voir l'état d'esprit des habitants, il prend son café en terrasse chaque matin et constate comment ils se comportent en public,

- pour bien nettoyer une ville, il faut mettre les jets d'eau à partir de 08 heures 30 quand les rues commencent à connaître une forte fréquentation et les jets doivent être les plus puissants possibles. Un piéton qui doit se détourner pour ne pas être arrosé est persuadé que la rue est ... nettoyée. Alors même que si le nettoyage est intervenu en creux de nuit, il ne le verra pas et ne le croira pas.

Sur mes habituels carnets, j'ai noté toute une liste de constats de bon sens qui choquaient totalement les longues et abstraites démonstrations "à la française".

Lors des autres entretiens ensuite, cet état d'esprit très concret a toujours été une surprise pour moi à ce point.

C'est ce bon sens terrien là qu'il faut retrouver et le jour venu l'excédent budgétaire sera de nouveau au tournant.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE