Keyword - Danemark

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, mai 13 2014

Edito - Le 25 mai, séisme populiste ou… populaire ?

000000002727858050.jpg

C’est bien la première fois que les sismologues pourront annoncer un tremblement de terre. Il interviendra dans la quasi-totalité de l’Europe, le 25 mai, aux alentours de 23 heures !

Léa Salamé aura alors le décolleté tristounet, le Playmobil Pujadas sera tendu comme un Lego, pendant que, errant entre deux plateaux, Rama Yade annoncera sans doute la fin du monde. Le FN aura fait un score stratosphérique, dépassant pour la première fois de l’histoire le fameux plafond de verre des 20 %. Le gros souci, c’est que dans les autres capitales, les Audrey Pulvar locales feront aussi grise mine, parce que les « eurosceptiques » seront à un niveau inédit, souvent premier ou deuxième du scrutin… __ L’étendue des dégâts risque d’être impressionnante ; voici, en tout cas, ce que prédisent les sondages : au Royaume-Uni, l’UKIP de Nigel Farage, crédité de…30 %, domine pour la 1re fois. Un véritable big bang quand on sait que l’homme se réclame de l’anti-immigrationniste Enoch Powell, nom plus que maudit sur les rives de la Tamise ! On peut dire qu’outre-Manche, le pays est déjà virtuellement sorti de l’Union__.

Chez nos amis vikings, le Parti populaire danois est en tête des enquêtes d’opinion (25 %), en Autriche, le parti frère du FN (FPÖ) joue lui aussi la victoire (21 %), tandis qu’aux Pays-Bas, l’allié de Marine Le Pen, Geert Wilders (18 %), occuperait aussi la tête des sondages.

Une telle situation ressemble à un renversement historique. D’autant qu’en Hongrie, le score des anti-européens (partisans du président Orbán + parti Jobbik) sera probablement largement majoritaire, tout comme en Grèce (gauche Syriza et Aube dorée confondus à 40 %). Les démocrates suédois, et leurs homologues norvégiens ou finlandais, battront quant à eux certainement leur record. Même en Allemagne, cœur de la citadelle euro, le tout jeune parti Alternative für Deutschland, dont les affiches et les coups médiatiques détonnent, fera une entrée fracassante.

Alors, est-ce vraiment une horrible vague « populiste » qui se prépare à déferler, ou simplement une vague « populaire » ? Le second terme serait plus honnête. Car, à part les néo-nazis grecs, les mouvements prônant l’alternative ne sont pas extrémistes. Ou sinon, osons le dire : mon boucher, la jeune serveuse de chez McDo, l’instit’ du coin, le cantonnier, le jeunot qui va voter pour la première fois, la femme au foyer, l’ouvrier au chômage, tout le monde est devenu extrémiste !

« Le mot “populisme” est utilisé abusivement de manière péjorative par ceux qui pensent que le peuple doit être maintenu à distance, et que les grandes décisions doivent être prises par la technostructure qui connaîtrait mieux l’intérêt général qu’un peuple soi-disant peu éduqué et volatile », explique Jean-Yves Camus dans Le Figaro (1er mai). En 2014, le véritable extrémisme est plutôt du côté des fanatiques pro-européens, prêts à tout sacrifier pour leur idéologie.

Source: Boulevard Voltaire

mercredi, mai 7 2014

Edito - La bêtise des marchés n’a pas de limites

00000000AA20140419_LDC753.png __ Jusqu’où s’arrêtera la bêtise des marchés ?__ Après des siècles de crises, on peut sans doute dire qu’elle est sans fin, comme le montrent dernièrement la baisse des taux sur les dettes souveraines dans la zone euro, la nouvelle bulle Internet et les folies du marché immobilier dans quelques pays.

Du jugement des dettes souveraines

Le succès récent de la vente de bons du trésor grec illustre le nouveau changement d’humeur des marchés. Début 2009, tous les États de la zone euro pouvaient emprunter à peu près au même taux, une absurdité quand on examinait un tant soit peu les différences colossales entre Berlin, Madrid, Paris ou Athènes. La crise qui a suivi a démontré la faillite des marchés à produire des taux justes puisqu’ils ont nourri un excès de dettes (privé, plus encore que public) dans de nombreux pays (Espagne et Irlande notamment), qui ont mené à la crise de la zone euro. Bref, la main invisible était celle d’un dealer vendant sa marchandise à si bas coûts que cela a provoqué quelques overdoses...

Les marchés étant excessifs à la hausse comme à la baisse, début 2012, la dette à 10 ans d’Athènes s’échangeait avec un taux annuel théorique supérieur à 40 %, la dette portugaise dépassant les 15 % ! Là encore, on peut imaginer qu’un tel taux était absurde et était le pendant inverse des excès passés. De tels niveaux étaient assez ridicules par rapport à ceux des pays émergents. En deux ans, la situation s’est complètement renversée puisque la Grèce peut emprunter à 5 % à 5 ans et que la dette à 10 ans de l’Italie et l’Espagne dépasse à peine le cap des 3 % (contre près de 7 % au pire de la crise de la zone euro). Difficile de ne pas croire que, là encore, la baisse des taux est excessive.

Où l’État entre en jeu

Les évolutions erratiques et extrêmes du jugement des marchés sur la dette publique de la zone euro démontrent de facto que ce jugement est irrationnel et exubérant, sans doute trop bon par temps calme et trop dur quand le vent souffle. Tout le problème est que cela est vrai pour tous les marchés. Le début d’année a été marqué par une forte baisse des valeurs technologiques, notamment aux États-Unis, du fait de l’écart colossal entre la valeur des entreprises et ce qu’elles dégageaient réellement. De nombreux marchés immobiliers montrent aussi de gros signes de dysfonctionnement, que ce soit en Grande-Bretagne ou au Danemark, sachant que la bulle explose déjà aux Pays-Bas.

Bien sûr, les néolibéraux pointeront (pas totalement à tort), la responsabilité de l’État au sens large dans ces épisodes. L’incapacité des européens à mettre en place un plan solide ayant provoqué un fort stress des marchés et les annonces de 2012 ayant permis de ramener le calme. Ils pointeront également le rôle des politiques monétaires, qui contribuent à augmenter la demande pour tous les types d’actifs. Mais, cela revient à ne voir qu’un aspect de ces crises. Car de tous les temps, les marchés ont été exubérants, parfois à rebours des politiques publiques, ce qui montre qu’il y a une nature intrinsèquement excessive et instable dans les marchés, bien théorisée par les « esprits animaux » de Keynes.

Mais du coup, cela signifie qu’il est fondamentalement absurde de mener des politiques basées sur le jugement des marchés, puisque ce dernier se révèle si souvent mal avisé. Il faut absolument s’en détacher pour pouvoir mener des politiques qui vont dans le sens de l’intérêt général.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE