Keyword - Dépression

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, janvier 29 2015

Edito - Et si l'Allemagne et la France s'entendaient pour sortir de l'euro ?

0.A0011euro-fort_496.jpg

...Il faut en finir avec l'euro, car le système restera nocif pour des pays structurellement dissemblables. Mais la sortie isolée d'un seul pays pose problème, car elle contribuerait à majorer les dettes extérieures en euros en cas de dévaluation de la nouvelle monnaie nationale. De plus aucun pays ne veut sortir le premier de peur d'être stigmatisé comme le fossoyeur de la «construction européenne» qui constitue la religion commune de nos élites politiques.

Une solution coopérative s'impose alors pour sortir de cette impasse. L'Allemagne et la France, les deux principaux responsables de la création de l'euro, pourraient reconnaître, à la lumière des résultats électoraux, comme à celle du risque désormais non négligeable de déflation, qu'elles considèrent désormais indispensable d'en sortir, même si leurs raisons sont dissemblables. L'Allemagne par crainte d'avoir à subventionner le sud à perpétuité dans une «économie de transferts»; la France pour éviter de s'enfoncer toujours plus dans la déflation et la dépression...

Source: FigaroVox

mercredi, août 27 2014

Edito - Une rentrée sous le signe de la récession

0.A003110282.jpg

Beaucoup de doutes existent actuellement sur les conditions techniques d'affirmation selon laquelle la France resterait la première destination touristique au monde. Cette place n'est-elle pas maintenue au prix d'une comptabilisation différente des simples touristes de transit sans un minimum de nuitées sur sol ?

Il en est de même de l'affirmation selon laquelle les deux trimestres à "croissance zéro" de l'INSEE permettent d'échapper à la définition officielle de la récession.

La France n'est pas en "panne de croissance". Elle est en récession.

Elle est en dépression morale suite à la perte de confiance inédite dans les politiques qui se comportent de façon irresponsable.

Le plus grave, c'est que la France apparaît comme un pays paralysé dans l'épreuve.

Il n'y a pas de leadership politique.

C'est le "sauve qui peut" : 60 millions de Robinson Crusoé qui tentent la "débrouille individuelle" dans un océan de crises généralisées : économie, finances, identité ...

Du jamais vu à ce point depuis la crise de l'énergie du début des années 70 qui avait marqué la fin des "30 glorieuses".

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE