0.A00101089589_le-buzz-des-etats-unis-barack-obama-va-recevoir-angela-merkel-a-la-maison-blanche-web-tete-0204127820527_660x440p.jpg

Selon des expressions différentes, la question du sens de la dette commence enfin à être posée. Jusqu'où est-il possible de pousser à l'exécution absolue d'un actif qui place le débiteur dans une situation impossible ? Dimanche dernier, Obama a posé la question avec une réelle honnêteté.

C'est une question de fond.

Il y a une conception punitive de l'endettement : conduire l'endetté à l'épuisement total.

Cette conception occulte la responsabilité du créancier.

Dans les dettes publiques, la responsabilité des créanciers est considérable et tout particulièrement dans le dossier de la Grèce avec le dispositif de titrisation qui a consisté à volontairement masquer la réalité globale de l'endettement.

Pourquoi les contribuables de ce pays seraient-ils tenus pour responsables d'un maquillage comptable qui n'a pas été de leur fait ? Pourquoi seraient-ils responsables alors même que les auteurs de ces mécanismes sont ... irresponsables ?

A quel moment faut-il accorder une faculté de rebond et si oui sur quelles bases ? La proposition de Syriza "avec une clause de retour à bonne fortune" n'est pas dépourvue d'intérêt, loin s'en faut. C'est même probablement un dispositif intelligent et constructif.

C'est d'ailleurs cette logique qui m'avait conduit à défendre sur ce blog pendant les municipales l'annulation partielle ou totale de dettes pour des sans logis ou des exclus de bonne foi. La part de la dette ramenée aux ressources disponibles ne peut plus être honorée. Pourquoi s'acharner en condamnant toute faculté de rebond ?

La conception absolutiste du remboursement d'une dette est un "pousse au crime" non seulement destructeur mais aussi non rentable à terme. C'est d'ailleurs ce constat de "bon sens" qui a conduit à de si fréquentes annulations de dettes par le passé.

C'est ce volet qui devrait aujourd'hui conduire à poser avec lucidité l'ensemble des questions de dettes contractées dans les années de crise dont les dettes toxiques des collectivités publiques. Il y a un temps où glisser les problèmes sous un tapis produit à terme davantage d'effets négatifs que l'examen lucide une fois pour toutes.

C'est l'utilité positive du dossier de la Grèce actuellement.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE