Keyword - Arnaud Montebourg

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, décembre 28 2014

Edito - 2014 : la politique est plus que jamais par terre

0.A00116872708.jpg

2014 a été une année désastreuse pour la République, et on le doit entièrement aux « responsables » politiques. Et en 2015, ils vont nous faire la leçon « démocratique » parce que, écœurés, nous allons nous abstenir.

Quels ont été les événements majeurs de 2014 ? La plus dramatique des insignifiances… mais l’addition est lourde.

2014 ? C’est François Hollande qui se promène casqué dans les rues de Paris, sur un scooteur 100 % républicain, pour ses petites galipettes clandestines. Christiane Taubira qui arrive en vélo à la réunion des « frondeurs » aux universités du PS à La Rochelle, où elle ne prononce pas un mot… mais la photo était bonne. Fleur Pellerin, ministre de l’inculture, qui explique qu’elle ne lit pas de livres, mais qui négocie avec Michel Hazanavicius un rôle dans le prochain OSS 117 ; Bambi qui, après avoir voulu mettre fin à la prostitution, inflige à nos gosses ses débiles ABCD de l’égalité, avant de remballer sa camelote deux mois plus tard ; l’enfoiré mondain de Pierre Moscovici, viré du gouvernement tellement il est nul, et qui se retrouve Commissaire européen, pour stigmatiser la France pas encore assez libérale ; Benoit Hamon, le fantastique héros de la Gauche de la Gauche, alors sinistre de l’enseignement, qui fusille la rentrée scolaire pour un discours post-ado à la fête de la rose du farfadet Arnaud Montebourg… Le sous-ministre Thomas Thévenoud qui ne déclare pas ses revenus car il souffre de « phobie administrative ». Arnaud Montebourg, autre héros de la Gauche de la Gauche, qui quitte le ministère de l’économie pour s’inscrire à une formation pour patrons à l’Insead qui coûte 34 500 €. François Hollande qui encourage Benjamin Netanyahou « à prendre toutes les mesures pour protéger sa population ». Et ajoutons la volonté d’aller bombarder Damas, avant de se faire calmer par Barack Obama

2014, c’est aussi Nicolas Sarkozy enregistré clandestinement par son homme de confiance l’ex journaliste de Minute Patrick Buisson ; c’est l’affaire Bygmalion, avec un système de fausses factures permettant de doubler le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 ; c’est Laurent Wauquiez et NKM qui font mesurer leurs bureaux pour savoir qui aura le plus grand ; Patrick Balkany et Serge Dassault pris dans des trafics crapuleux.

2014, ce sont les élections européennes du mois de mai : le FN en tête avec 25 %, suivi de l’UMP à 20,8% et du PS à 14%. Ce n’est pas grave, nous ont aussitôt expliqué les gentils sondages, car ce vote n’existe pas. Et déjà, on nous met sous le nez le sondage favorable à la loi Macron… Sauf que le même jour, la législative de l’Aube, la PS est éliminé, arrivé en 3° position avec 15 % des voix, loin derrière le FN à 27 %. Le tout, avec 70 % d’abstention. Oui, la politique est plus que jamais par terre : aux élections régionales et départementales de 2015, le FN sera encore en tête, aux alentours de 25 %, et le PS va subir une nouvelle déroute.

2014, c’est la hausse de l’endettement, des impôts et du chômage.

En fait, tout le monde a intégré que Marine Le Pen sera en tête au premier tour de la présidentielle de 2015, et les trois dans la course jouent une seul partition : « c’est moi qui serait le mieux placé pour la battre au second tour ».

Rien à attendre de François Hollande et de Nicolas Sarkozy, qui, bien programmés, vont poursuivre leur cirque habituel, qui a perdu la France. Alain Juppé ? Malgré ses casseroles nombreuses et variées, il se situe au-dessus du lot, mais s’il veut nos suffrages, il va falloir qu’il nous dise quelle politique il va faire, avec qui, et qu’il quitte le bonheur ouaté de sa belle image de papy gentil, pour venir sur le terrain, filer des marrons à Nicolas Sarkozy et François Hollande, ces deux erreurs historiques de la politique française.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, décembre 27 2014

Edito - Qu’est-ce qui aura le plus fortement marqué les Français au terme d’une année politique très riche ?

0.A00114353329_sarkozy-martignac.jpg

Qu’est-ce qui aura le plus fortement marqué les Français au terme d’une année politique très riche ? L’Institut Odoxa a posé quatre questions, dans un sondage exclusif pour le Parisien-Aujourd’hui en France et ITélé : quel est l’événement politique le plus important de 2014, la révélation politique de l’année, et la personnalité la plus scandaleuse ? Enfin nous avons demandé, sur un registre plus léger, avec quel(le) homme ou femme politique les Français aimeraient passer le réveillon du 31 décembre.

L'événement politique de l'année 2014 : le Front national en tête lors des élections européennes.

C’est d’abord, sans conteste, « le score canon de 25 % réalisé par le parti de Marine Le Pen aux élections européennes qui a marqué les esprits », relève Céline Bracq, directrice d’Odoxa. C'est l'événement marquant de l'année pour 51 % des Français. « Le FN premier parti de France est ainsi cité en priorité par les sympathisants de gauche (45 %) et encore plus par ceux de droite (57 %) ». Loin devant la réforme territoriale avec une France qui passe à 13 régions (31 % des personnes interrogées)...

Le retour de Nicolas Sarkozy et la victoire de la droite aux élections municipales arrivent ex-aequo en 3e position : 24%. Le remaniement ministériel avec le départ d'Arnaud Montebourg est en 4e position (19%).Valérie Trierweiler et la sortie de son livre « Merci pour ce moment » se retrouvent en bas du classement (10 %). « Une nouvelle preuve que les Français font la différence entre événement médiatique et événement politique », souligne l'institut de sondages. L'affaire Jouyet-Fillon n'a, elle, marqué que 3 % des Français.

Fait notable, le mouvement d’extrême droite apparaît en haut de classement dans trois des quatre catégories du sondage. Marion Maréchal-Le Pen est seconde chez les « révélations de l’année », tandis que sa tante Marine apparaît au deuxième rang des politiques avec qui réveillonner.

Emmanuel Macron, révélation politique de l'année

C’est un homme arrivant avec des recettes nouvelles, et un brin iconoclastes à gauche, Emmanuel Macron, qui est élu haut la main « révélation de l’année ». Le ministre de l’économie est cité par 47 % des Français, loin devant la nièce de Marine Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen (32 %). La jeune députée FN est néanmoins la favorite des sympathisants de droite (47 %, devant Emmanuel Macron à 39 %), relève l'institut, « une place qu'elle doit aux sympathisants FN. Les trois quarts la citent et ils représentent un tiers des sympathisants de droite ». Elle devance Bruno Le Maire (30 %), candidat à la présidence de l'UMP.

Le plus scandaleux : Thomas Thévenoud

Dans la catégorie scandale de l’année, Thomas Thévenoud, le secrétaire d’État PS qui oubliait de payer ses impôts pour cause de « phobie administrative », arrive en tête (40 %). Il devance de peu la « scandaleuse » Valérie Trierweiler (39 %), qui a très négativement marqué les sympathisants de gauche (ces derniers classent d’ailleurs l’ex-compagne de François Hollande première, avec 54 % de citations). Elle est suivie de près par Thierry Lepaon (37 %), pour les révélations sur ses frais et indemnités payés par la CGT. Jérôme Lavrilleux et l'affaire Bygmalion arrivent en 4e position de ce classement (19 %).

Sarkozy et Le Pen, personnalités préférées pour passer le Réveillon

Avec qui les Français souhaiteraient finir l’année ? Le plus cité est Nicolas Sarkozy avec 19 % de citations. Ce sont Marine Le Pen et Rama Yade qui arrivent en deuxième position : la patronne du FN parce qu’elle génère certes très peu « d’envie » chez les Français en général mais que 8 sympathisants FN sur 10 rêvent de passer un Réveillon avec elle ; la centriste Rama Yade parce qu’elle est globalement appréciée par toutes les catégories de Français, souligne Odoxa. Loin derrière, François Hollande (9 %). Au pied du classement, Nadine Morano : ils ne sont que 2 % à dire qu'ils aimeraient passer le Nouvel An avec elle.

Source : Sondage du Parisien ce 27/12/2014

vendredi, décembre 12 2014

Edito - Que penser du projet de loi Macron ?

0.A00114537891_6_34b5_manuel-valls-et-emmanuel-macron-quitte_d58d4522799baca38f8c0809b8ae7c33.jpg

C’est le sujet législatif de la semaine. Le projet de loi Macron a été présenté en conseil des ministres, puis à la presse avant hier. Il doit rester comme un marqueur du quinquennat, une des meilleures illustrations du cap libéral assumé par François Hollande, puisqu’il prolonge les travaux de la commission Attali.

Jacques Attali au pouvoir ?

Quand on prend un peu de recul, il y a de quoi être assez estomaqué par ce projet phare de la deuxième moitié du mandat de François Hollande. Bien sûr, il peut exister certaines rentes injustifiées et excessives et il est normal de s’y attaquer et certaines complexités de notre droit peuvent être contre-productives, mais ce projet va bien au-delà. De manière stupéfiante, il s’agit d’un projet néolibéral, qui, sous couvert initialement de redonner du pouvoir d’achat aux ménages, ce qu’avait défendu Arnaud Montebourg cet été, est un projet global de déréglementation de l’économie française, visant à faire reculer le service public et poussant le détail jusqu’à prévoir quelques dérisoires milliards de session d’actifs.

Encore plus effarant, ce projet fourre-tout est un prolongement du rapport de Jacques Attali de « libération de la croissance », qu’avait en partie mis en place Nicolas Sarkozy. Il est tout de même incroyable de voir ce qu’on appelle la gauche déréglementer plus encore l’économie française deux ans et demi après avoir pris le pouvoir à la droite ! Ainsi, François Hollande dépasse Nicolas Sarkozy sur sa droite sur plusieurs questions économiques. Par exemple, il est assez effarant que ce soit le candidat du PS qui libéralise le travail du dimanche, que le président de l’UMP avait tant de fois appelé de ses vœux mais n’avait pas osé faire. Tout ceci démontre la faillite du débat politique actuel quand il se limite au PS et à l’UMP.

Courant d’air néolibéral

Mais le traitement de l’information est également accablant. Si ce n’est un éclairage des décodeurs très descriptif, Le Monde couvre la loi comme pourraient le faire les éléments les plus libéraux et dogmatiques du Medef, accréditant l’idée que cette loi s’attaque aux « maladies de la France », qu’elle est censée doper la croissance et publiant naturellement une tribune qui défend l’ouverture du travail le dimanche, qui serait une « chance économique et sociale ». La couverture de cette loi ressemble plus à de la propagande, la seule question autorisée semblant être de dire qu’elle ne va sans doute pas assez loin puisque le gouvernement a renoncé à réformer les pharmacies, ou les taxis…

La présentation du débat sur le travail du dimanche est particulièrement choquante puisqu’elle se résume à de purs arguments mercantilistes, à savoir que les touristes chinois pourraient dépenser plus en France, et ne pas avoir à aller à Londres, sans jamais vraiment se poser la question de la vie familiale et son équilibre. En outre, parler de volontariat est un peu hypocrite quand 15 % des Français recherchent un travail et il faut noter que la question de la rémunération supplémentaire est renvoyée à des accords, l’État n’imposant pas de cadre… Bref, sur cette question, encore une fois, de manière assez effarante, le Parti Socialiste semble vouloir dépasser l’ancienne majorité par sa droite.

Pour toutes ces raisons, la loi Macron, avec l’opposition de la France à la taxe Tobin européenne, démontre non seulement les reniements de François Hollande, mais aussi la dérive effarante d’une classe politique où ce qu’on appelle la gauche dépasse la droite par la droite sur certains sujets.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mardi, décembre 9 2014

Edito - Ces notes qui entravent la loi de la jungle

FRANCE-POLITICS-GOVERNMENT-PARLIAMENT

S’il semble encore résider de vagues différents idéologiques sur les questions économiques au PS (encore que le projet de loi Macron prolonge celui qu’avait présenté __Montebourg__…), une chose semble unir tous les courants du PS : la suppression des notes qui unit les deux locataires de la rue de Grenelle.

Quand c’est flou, il y a un loup

Déjà, il y a près de six mois, l’éphémère ministre de l’éducation Benoît Hamon avait défendu cette folle idée, aujourd’hui reprise par celle qui lui a succédé. Comme le souligne si bien Jean Paul Brighelli sur son blog du Point, cette idée n’a pas de sens. D’abord, le jugement par couleur revient simplement à noter sur 4 au lieu de 20, ne supprimant pas complètement l’évaluation, mais ne faisant que la rendre plus approximative car bien moins précise. En outre, cela compliquera la tâche des parents, qui n’auront pas leur repère en plus d’avoir un jugement très lapidaire. Ce faisant, au lieu de réduire la pression que pouvaient représenter les notes, le nouveau système pourrait bien les accentuer.

En effet, alors que la frontière entre le 9 et le 10 était fine, celle entre le vert et le rouge sera sans doute bien plus tranchante. Pire, comme le souligne bien Jean-Paul Brighelli : « un enseignant note un devoir, un exercice, une performance. Il note l’instantané. Il ne note pas l’élève. On a une note, on n’est pas une note », alors que la grandissante évaluation des compétences des enfants est un jugement plus personnel, finalement peut-être plus dur. Bien sûr, il reste toujours la solution de noter de plus en plus large pour acheter la paix des élèves et des parents, comme on le fait avec le baccalauréat, où il est plus facile d’avoir mention très bien qu’une mention bien il y a 20 ans. L’école des fans semble se profiler…

La jungle institutionnalisée

Le projet éducatif qui avance doucement rue de Grenelle est une monstruosité. La suppression des notes n’a sans doute que des inconvénients. D’abord, elle supprime des repères institutionnalisés depuis très longtemps. C’est comme si on nous imposait de changer de langue. Ensuite, l’argument de la moindre dureté est nuançable par le fait qu’il y aura toujours des élèves qui auront la plus mauvaise note et que le fossé à franchir pourrait sembler plus grand, à moins de mettre la même note à tout le monde. La moindre précision de ce nouveau système sera préjudiciable pour les élèves qui auront du mal à mesurer le fruit de leur travail. Les lettres ne sont pas un gage de succès ailleurs.

Ce faisant, entre la volonté de réduire la pression des notes, mais aussi en laissant de plus en plus faire aux élèves ce qu’ils veulent en classe, au point d’avoir une discipline particulièrement faible, les pédagogos nous construisent une espèce de garderie qui ressemble à une jungle, où les élèves doivent pouvoir faire ce qu’ils veulent, sans la moindre contrainte de discipline, d’évaluation notée, d’examen (après tout, le baccalauréat coûte cher) et où ils ne doivent que réaliser leur individualité. Finalement, cela n’est pas incohérent avec la société qui est construite, qui ressemble de plus en plus à une jungle, inégale, violente et de plus en plus souvent secouée par de graves crises destructrices.

Le pire est que les pédagogos croient sans doute sincèrement construire une école meilleure pour les enfants. Par quel mystère une société produit un délabrement si régulier d’une des plus belles réussites de notre pays, notre éducation nationale, malgré tant de preuves de cette erreur ?

Le Rédacteur en chef d BEZIERS POLITIQUE

samedi, octobre 11 2014

Edito - François Hollande accélère sur le laisser-faire, et freine (un peu) sur l’austérité

BRITAIN-FRANCE-DIPLOMACY-POLITICS

De l’agenda néolibéral et austéritaire, notamment promu par l’UE, François Hollande avait donné la priorité à la réduction des déficits. Devant l’échec de cette politiques, et malgré la pression de nos partenaires, il a décidé depuis l’automne 2013 d’inverser ses priorités.

Laisser-faire et laisser-passer

L’évolution du discours de la majorité est stupéfiante. Déjà, le virage eurolibéral et le fait de parier tout son mandat sur l’amélioration de la compétitivité sont assez stupéfiants pour une majorité se disant de gauche. Mais c’est tout le discours économique du gouvernement qui se droitise depuis la rentrée. Après s’être fait applaudir à l’université d’été du Medef, Manuel Valls a poursuivi dans la même veine à Londres, en vouant la taxe à 75 % aux gémonies, en vantant les « réformes structurelles » (comprendre, le démontage de notre modèle social), et en s’attaquant aux allocations chômage en s’appuyant sur les emplois non pourvus alors que les études sérieuses montrent qu’ils ne sont pas nombreux en France.

Le Premier Ministre a résumé sa pensée en se déclarant « pro-business ». On aimerait juste qu’il défende aussi l’emploi, le pouvoir d’achat et les classes populaires… Quel chemin parcouru depuis que François Hollande avait fait de la finance son ennemi, même s’il s’était à l’époque empressé de rassurer la City dans une interview au Guardian. François Rebsamen, le ministre du travail a déclaré « qu’il se bat depuis longtemps pour une vision libérale de l’économie », en cohérence avec ses propos sur les chômeurs, mais il n’assume pas encore ses idées, puisqu’il est intervenu pour supprimer l’interview qu’il avait réalisée dans un magazine. Bref, le PS n’assume pas encore pleinement son virage néolibéral.

Pédale moins dure sur l’austérité

On arrive au paradoxe stupéfiant d’une majorité socialiste qui met en place un agenda de libéralisation de l’économie après 10 ans de pouvoir de droite ! Une partie du Rapport Attali que Nicolas Sarkozy n’a pas osé mettre en place va l’être par François Hollande, notamment sur les professions réglementées. En revanche, après avoir calqué sa politique budgétaire sur celle de la majorité précédente, et échoué également, le PS semble avoir changé son fusil d’épaule. Il y avait déjà eu le premier report de l’objectif d’un déficit à 3% du PIB, de 2013 à 2015, à l’automne 2013. Cet été, Michel Sapin a repoussé encore de deux ans l’objectif, qui est passé à 2017, même si certains partenaires européens râlent.

C’est d’ailleurs tout le paradoxe de l’éviction d’Arnaud Montebourg, tant on retrouve des proximités entre son discours et celui du gouvernement sur les questions budgétaires et européennes. Certes, l’ancien ministre va bien plus loin dans la dénonciation de l’austérité et de l’Europe, mais il faut quand même noter que le ton monte entre la France et l’UE avec Michel Sapin qui fustige publiquement la « bonne politique budgétaire de Bruxelles ». Mais il ne s’agit que d’une remise en cause très partielle de l’austérité, un simple ralentissement de son rythme sans véritable remise en cause, comme cela se dessine dans le budget 2015, et toutes les annonces de coupes budgétaires dans la Sécurité Sociale ou ailleurs.

En mettant le cap à droite, François Hollande espérait sans doute coincer l’UMP en vue de 2017. Mais il semblerait au contribue à droitiser le débat politique sans en tirer profit et en apparaissant comme celui qui est ballotté par les évènements et ne va pas au bout des idées qu’il défend. Pauvre France.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

lundi, septembre 22 2014

Edito - François Hollande nous raconte des histoires

0.A001044098_ce-quil-faut-retenir-de-la-conference-de-presse-de-francois-hollande-web-tete-0203787550618_660x352p.jpg

Jeudi, François Hollande a fait sa quatrième conférence de presse du quinquennat, alors que nous approchons de la moitié de son mandat. Que retenir de ce long exercice de style, qui complète le très riche dispositif de communication du président depuis la rentrée politique ?

La fin du président normal

Il semble décidément bien loin le temps où le candidat François Hollande promettait d’être un « président normal », un concept qui renvoyait aux innombrables aspects anormaux du président sortant. Mais la dureté des temps, l’atonie économique, un chômage en hausse, un pouvoir d’achat en baisse, une impopularité qui bat des records ont poussé le président de la République a changé de ton. Il a de facto dit que sa fonction n’est pas normale et donné à cette conférence de presse une dimension cérémoniale assez contradictoire avec sa promesse d’être un président normal. Dans l’adversité, il trouve du réconfort dans les ors et le cérémonial de la Cinquième République, comme d’autres avant lui.

Devant son échec économique patent, comme beaucoup d’autres présidents de la République en difficulté sur cette question, François Hollande a décidé de mettre l’accent sur les questions internationales, qui lui donnent un statut plus présidentiel et une dimension de chef, deux dimensions sans doute importantes alors que Nicolas Sarkozy vient d’annoncer son retour. L’intervention militaire en Irak lui permet de parler comme chef des armées, un rôle définitivement pas normal, qui doit combattre l’idée qu’il ne serait pas à la hauteur de sa fonction. Nous avons également eu droit à un couplet un peu facile en réalité sur l’Ebola, contre lequel « la France doit là aussi prendre ses responsabilités ».

Ce n'est pas sa faute à lui

L’autre petite musique qu’a essayé de faire passer François Hollande pendant toute la conférence de presse, c’est qu’il ne serait pas le principal responsable des difficultés du pays. Trois coupables dans son argumentation : Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et l’Union Européenne. Jouer encore sur le bilan de son prédécesseur près de deux ans et demi après avoir été élu est quand même un peu fort de café. François Hollande a eu tout le temps nécessaire pour redresser la situation en 2014. Sur l’Allemagne, il n’a pas peur des paradoxes en tenant un discours finalement assez proche de celui d’Arnaud Montebourg et pour lequel il a congédié son ancien ministre il y a moins d’un mois.

Enfin, il y avait quand même quelque chose d’incroyable à voir le président pleurnicher sur la direction de l’Union Européenne, qu’il faudrait réorienter, sempiternel discours du PS depuis les années 1970 alors qu’il a soutenu absolument tous les traités qui ont été signés depuis 30 ans, et qui définissent ce qu’est l’UE aujourd’hui. Au final, François Hollande se présente comme une victime des mauvais éléments qui se battraient avec courage dans l’adversité. Sauf qu’il ne se soucie que de raconter une belle histoire aux Français pour essayer de se représenter avec succès en 2017 sans s’intéresser au fond des problèmes contre lesquels il utilise les mêmes recettes qui échouent depuis 30 ans.

D’ailleurs, cette conférence de presse n’a pas eu un grand impact et a finalement été éclipsée par l’annonce du retour de Nicolas Sarkozy. Il faut dire qu’elle était aussi légère sur le fond que longue sur la forme. Il se contente de vouloir raconter une histoire qui le présente sous le meilleur angle.

le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

lundi, septembre 15 2014

Edito - L’incroyable second report de l’objectif de réduction du déficit de 2015 à 2017

0.A00l-eurogroupe-valide-le-plan-d-aide-de-10-milliards-d-euros-a-chypre.png

La semaine dernière, Michel Sapin a annoncé que le déficit budgétaire pour l’année 2014 sera à 4,4 % du PIB, contre 3,8 % prévu, plus qu’en 2013, du fait de l’absence de croissance et de la très faible inflation. Il a aussi annoncé vouloir repousser l’objectif d’atteinte des 3 % de 2015 à 2017.

L’incroyable révision des objectifs

Le psychodrame budgétaire de la dernière semaine est absolument effarant. En 2012, lors de la campagne présidentielle, François Hollande, comme Nicolas Sarkozy, avait annoncé l’objectif de réduire le déficit à 3 % du PIB en 2013. Les deux finalistes ne se distinguaient que par l’horizon auquel ils pensaient pouvoir atteindre un déficit nul, 2016 pour l’un, 2017 pour l’autre. Du coup, assez logiquement, François Hollande a mené une politique budgétaire assez proche de celle de son adversaire, à base de hausses d’impôt (près de 30 milliards en 2012, comme en 2011) et de coupes dans les dépenses. Malheureusement, PS comme UMP ont négligé les leçons désormais même admises par le FMI.

En effet, la réduction des déficits, qu’elle passe par des hausses d’impôts ou coupes de dépenses, pèse fort sur la croissance, au point de compromettre la réduction des déficits, comme l’avait anticipé Jacques Sapir à l’automne 2012. Résultat, en mai 2013, devant l’évidence, Pierre Moscovici avait été contraint de négocier avec nos partenaires européens un report de l’objectif d’un déficit à 3% du PIB de 2013 à 2015. En réalité, le déficit atteint alors 4,3 %, ce qui en dit long sur l’échec de la politique menée. Il est donc totalement effarant de constater qu’à peine 16 mois plus tard, le gouvernement constate à nouveau l’échec de sa politique et se retrouve contraint de demander un nouveau report de deux ans.

Ce que cela dit du gouvernement

L’épisode de la semaine dernière n’est pas glorieux. On peut dire que cela donne de l’air au gouvernement, qui serait dans une position bien difficile s’il devait réduire le déficit de 1,4 points du PIB l’an prochain et qui sera sans doute plus confortable pour le faire en trois ans, même si la théorie des coefficients budgétaires implique que cette réduction devrait nous coûter entre 1,5 et 3 points de PIB… Mais cette seconde révision, outre le fait de curieusement valider ce qu’a dit Arnaud Montebourg il y a quelques jours et qui lui a coûté son poste alors même que ce que dit Michel Sapin aujourd’hui n’est pas très différent, démolit plus encore la crédibilité de l’équipe au pouvoir, qui n’en avait pourtant vraiment pas besoin.

Quelle confiance donner à ces amateurs de la gestion du budget, qui découvrent en mai 2013 que l’objectif pour l’année ne sera pas tenu, et pas à la marge, puisque le déficit a été 40 % supérieur à la prévision ! Et à peine 16 mois plus tard, ces mêmes amateurs repoussent à nouveau de deux ans l’objectif de 3 %. Ce qu’ils étaient censés atteindre en 2013 le serait en 2017 !!! Encore plus effarant, Pierre Moscovici, ministre de l’économie de 2012 à 2014 est promu au même poste dans la Commission Européenne ! Et que dire de ces chiffons de papiers qu’on appelle traités européens, sans cesse foulés aux pieds par des dirigeants dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils semblent totalement irresponsables.

Comment croire en 2014 un gouvernement qui dit qu’il tiendra en 2017 ce qu’il disait tenir en 2013 il y a 18 mois ? L’impasse, décrite par Patrick Artus, démontre la faillite complète de François Hollande. Et elle pourrait avoir des conséquences sur la teneur du débat politique à venir, pas forcément positives.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mercredi, septembre 10 2014

Edito - "Paris Match" révèle la liaison entre Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg

0.A00BxLOAlwCMAAtg_M.jpg

Les deux anciens ministres avaient quitté le gouvernement de Manuel Valls avec fracas fin août.

"Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti, love story à San Francisco", titre le magazine people Paris Match dans son édition datée du jeudi 11 septembre. La photo de couverture montre les deux anciens membres du gouvernement en train de prendre un selfie, le député de Saône-et-Loire ayant la main sur l'épaule de l'ex-ministre de la Culture.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mardi, septembre 9 2014

Edito - François Hollande aussi trompeur et menteur dans sa vie privée que dans sa vie publique

FRANCE-POLITICS-WWII-HISTORY-LIBERATION

Le « bouquin » à succès tiré à plus de 200.000 exemplaires que... personne n’a lu de Valérie Trierweiler où el­le dévoile à la fois sa vie intime avec François Hollande et la face la plus sombre de ce dernier pourrait, malgré son côté sordide, avoir une utilité s’il suscitait quelques réflexions sur notre vie politique et l’évolution de la société. Contribuons-y modestement !...

Source : Le Bulletin des Amis de l 'Information Libre

Il est évident qu’il faut en finir avec la commode et fallacieuse distinction entre vie privée et vie publique des hommes politiques. La première ne nous regarderait pas, nous, citoyens, car elle n’aurait aucun rapport avec la seconde. Cela supposerait que, quoi que l’on fasse dans son existence conjugale et sentimentale et quelles que soient ses pratiques sexuelles, il n’y aurait aucune incidence sur la vie publique. Dominique Strauss-Kahn a été « victime » de cette persua­sion partagée par ses pairs ; il a été obligé de reconnaître mais trop tard qu’il s’était trompé. Jusque-là il croyait que, puis­qu’ils lui attribuaient les qualités d’un bon. économiste, ses compatriotes ne lui feraient pas grief de s’adonner à des par­ties fines pendant ses heures de loisir. François Hollande lui aussi croyait jusqu’à ce jour que sa vie sentimentale était dissociée de ses ambitions politiques.

Or, s’il y a effectivement des sphères d’activités différentes, il n’y a qu’une seule personne et une seule conscience morale. Nous ne savons pas si ce que révèle son ancienne maîtresse dans son livre est vrai ou faux, pourtant recoupé par bon nombre d’auteurs de livres et autres observateurs mais force est de constater qu’entre l’attitude politique de Hollande et sa conduite privée, il n’y a pas rupture mais continuité, ne serait-ce que parce qu’il ne gère pas mieux l'une que l’autre. Mais surtout, il trompe ses compagnes comme il trom­pe les Français, non pas occasionnellement et comme par inadver­tance, mais habituellement et avec préméditation.

Nous rappelions la semaine dernière le propos de Montebourg à son sujet : « Il ment tout le temps. » Il a trompé Ségolène Royal au profit de Valérie Trierweiler puis celle-là pour Julie Gayet. Ne nous attardons pas sur le cas de l’actuelle mairesse de Paris dont il a eu aussi un enfant. Peut-être, au moment où nous écrivons, a-t-il déjà changé de maîtresse.

Il leur ment à toutes, comme il ment à ses compatriotes. Et s’il ment, c’est tout à la fois par duplicité et par lâcheté. Il a peur d’affronter la réalité, redoutant la réaction de ses interlocuteurs. Il assure ainsi à Valérie Trierweiler que sa liaison avec Julie Gayet ne date que d’un mois, puis sur l’insistance de la première concubine de France, il avoue trois mois, puis six mois avant de reconnaître qu’elle est sa maîtresse depuis un an !

N’a-t-il pas agi de la même manière avec la fameuse inversion de la courbe du chômage, promise pour septembre 2013, pour être en­suite reculée à fin 2013 puis au premier trimestre 2014 pour reconnaître finalement que c’était mission impossible ce qu’il savait dès le début ; il espérait un miracle tout comme il pensait que Valérie Trierweiler ne découvrirait jamais le pot aux roses.

Nous ne savons pas si le chef de l’État a vraiment désigné les « pauvres » sous le sobriquet de « sans-dents » mais nous n’ignorons pas qu’en privé des hommes politiques, entre deux campagnes électorales, n’hésitent pas à faire preuve de cynisme et de mépris à l’égard de leurs concitoyens qu’ils traitent avec suffisance et condescendance. Que François Hollande s’exprime ainsi ne nous étonnerait donc pas ! Mais ce qui est vrai et qui crédibilise le propos - on ne la fait pas à l’homme de la rue ! - c’est que les pauvres, avec ou sans dents, sont les premières victimes de l’action (ou plutôt l’inac­tion) de François Hollande. C’est officiel ! Voici ce que l'on peut lire dans le huitième rapport de l’ONPES (Observatoire natio­nal de la pauvreté et de l’exclusion sociale) remis à son ministre de tutelle - Ségolène Royal à l’époque - en juillet 2014 : ''« C’est la première fois depuis une quinzaine d’années que l'on observe une croissance aussi marquée de la pauvreté ... On l’explique par l'augmentation du chômage de grande durée, le découragement devant l'emploi, la proportion des chômeurs non-indemnisés qui s'accroît avec le chômage de longue durée. Tout cela a pesé plus sur les Français les plus pauvres que sur la moyenne des Français ».'' C’est le bilan de François Hollande : 800 000 pauvres, 10 % de plus, depuis son élection. Après cela il peut, comme un bon comédien, jurer la main sur le cœur et des trémolos dans la voix (lors du sommet de l’OTAN !) qu’il aime les pauvres et qu’ils sont le but de sa vie politique, ses actes démentent fortement ses paroles.

Valérie Trierweiler est indignée, furieuse, meurtrie autant par l’infidélité de son amant que par ses mensonges.

Mais elle ? N’était-elle pas mariée, il y a neuf ans, quand elle a succombé au... charme (?) de François Hollande ? N’a -t-elle pas trompé son mari et lui a menti, comme à la même époque Hollande le faisait avec Ségolène Royal ? L’un et l’autre abandonnant conjoint et enfants : elle en avait trois, lui quatre. Un couple bien assorti en quelque sorte, François et Valérie... Que dirait cette dernière si son « ex », Denis Trierweiler, racontait comment elle l’a trompé, comment elle lui a menti pendant trois ans puisque sa liaison clandestine avec François Hollande a commencé en 2004 et qu’elle n’a demandé le divorce d’avec Denis qu’en 2007 ? On se demande aussi pourquoi il lui a fallu neuf ans pour qu’elle se rende compte du caractère odieux de son François, son cynisme et sa froideur. C’était alors, comme de nombreux mal­faisants emprisonnés, qu’il était jugé par ses voisins et amis, comme un homme bien sous tous. rapports

Beaucoup, dans le monde politique et les media, jugent que l’ancienne compagne s’est mal conduite en rédigeant ce li­vre et en réglant ses comptes sur la place publique. La classe politico-médiatique ne voit pas plus loin que le bout de son nez, en condamnant les conséquences alors qu’elle chérit les causes ! Qu’est-ce à dire ? Qu’on ne cesse de célébrer la trans­parence, il faut tout dire sur soi-même, tout laisser voir de sa vie sentimentale, évoquer sa constellation familiale sur les pla­teaux télé et les affiches électorales ! Ségolène Royal, en son temps, a été jusqu’à inviter Paris Match dans sa chambre, à la maternité, lors de la naissance d’un de ses enfants ! Et puis, il y a cette sacro-sainte liberté sexuelle comprise par certains comme la licence de faire ce que l’on veut dans ce domaine ; on peut laisser l’une si on se sent mieux avec l’autre, la loi du dé­sir dans l’instant seule commande. Hollande n’agit pas autrement que selon les canons de la classe politico-médiatique et de l’idéologie « morale » dominante tout comme agit son ex-maîtresse en déballant leurs misérables tas de secrets, autant au nom de la transparence qu’au nom de la vengeance et peut être aussi pour assurer son... existence.

Extraits de « Le Bulletin des Amis de l 'Information Libre » Ass.1901 – 23, rue Paul Vaillant-Couturier, 94700 MAISONS-ALFORT – Tél & Fax : 01 49 777 333 E-mail : banoel@wanadoo.fr

mercredi, septembre 3 2014

Edito - PS : C’est l’heure de Martine Aubry !

0.A00538488131_B973466828Z_1_20140902112646_000_G56322HPA_2-0.jpg

Seule Martine Aubry est en mesure de réunir le Parti Socialiste, puis de réunir la Gauche. Certes, elle ne fait pas l’unanimité, et personne ne lui demande, mais elle dispose de nombreux et solides soutiens, avec la capacité de rassembler bien au-delà de son cercle d’amis. Elle a été une ministre respectée, et elle a un excellent bilan de premier secrétaire, alors qu’elle avait récupéré un PS largué par François Hollande. A son départ, elle souhaitait que ce soit Jean-Chistophe Cambadellis qui prenne la suite,… mais les petits morveux du « gouvernement » (El Blancos, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon) avaient imposé Harlem Désir, pour bien le manipuler. Une véritable réussite.

Ce sera pour faire quelle politique ? De la bonne politique de Gauche, gestionnaire et solidaire, du grand classique. Rien d’enthousiasmant, certes, et des choix de politique extérieure décalés. Mais avec Martine Aubry, le pays serait tenu, alors que l’amateurisme du Hollande Circus nous conduit au naufrage national. C’est une femme particulièrement expérimentée, qui connait le monde de l’entreprise. Allez faire un tour à Lille, mesurez le bilan, et essayez de gagner une élection contre elle…

Dans la période actuelle, c’est la seule capable de reprendre les rênes. Elle peut compter sur une bonne équipe, structurée autour de deux parlementaires solides, Jean-Marc Germain et Christian Paul, mais aussi des personnalités aussi diverses que Philipe Baumel, Jérôme Guedj, François Lamy et le sympathique Pouria Amirshahi. Et puis le cercle s’élargit vite, car au PS tout le monde sait qu’elle est la seule à pouvoir empêcher l’écrassement du PS, au fond d’une falaise.

El Blancos avait essayé de faire revenir au gouvernement François Lamy, qui a refusé : pas de proches de Martine Aubry dans cette équipe de bras cassés, qui fait la politique de Nicolas Sarkozy. En rechange, El Blancos a recruté Patrick Kanner, un élu du Nord comme ministre de la ville,… et aussitôt, l’équipe de Martine Aubry a expliqué que Patrick Kanner n’était pas un proche politique. Bref, la ligne est claire : Martine Aubry va se présenter comme une alternative. Ouf !

Bref, c’est l’heure de Martine Aubry, et avec deux raisons-clés.

Elle est la seule à pouvoir fédérer ce monde si remuant. Arnaud Montebourg ne vaut pas une cacahuète à côté d’elle. Il reste un trublion isolé, aussi médiatisé qu’incompétent.

Elle est la seule à pouvoir imposer à François Hollande de ne pas se représenter. Et ça, c’est la clé de tout, car un président sortant qui se représente ne peut être déboulonné par son propre camp.

Il y a peu, elle avait rencontré François Hollande – avec qui les relations sont de longue date exécrables – pour lui dire (et faire fuiter qu’elle avait dit) : « Le problème, c’est toi ». C’est une excellente synthèse.

Le Rédacteur en chef de BEZIES POLITIQUE

dimanche, août 31 2014

Edito - La France trahie par la professionnalisation de ses politiques

0.A00__35.JPGIl faut que la classe politique française cesse de penser en permanence à la prochaine élection et que ses acteurs tentent plutôt de créer quelque chose en dehors de la politique. Regardons ceux qui actuellement "animent" la politique et une question simple se pose : qu'ont-ils fait en dehors de la politique ?

Arnaud Montebourg est un professionnel de la politique depuis 1997 : 17 ans.

Christiane Taubira est une professionnelle de la politique depuis 1993 : 21 ans.

Henri Emmanuelli donne des leçons de "socialisme" et de "vraie gauche", il ne fait que de la politique depuis 1978 : 36 ans !

Et on peut continuer la liste, cas par cas, cette professionnalisation de la politique est catastrophique. Il y a toute une génération accrochée à la politique comme la moule à son rocher.

Ces politiciens sont coupés de la vraie vie.

Ils poussent à l'excès la logique nouvelle de la médiatisation et de la mise en scène personnelle comme si le voyeurisme politique devait remplacer la compétence et les débats d'idées.

Tout se déroule comme si la vraie vie était une ... fiction pour ceux qui ne la connaissent plus. Il y aurait un imaginaire qui peut être géré par une formule, par une posture, par une image.

C'est ce décrochage qui crée la quasi-totalité des actuels problèmes de la France : une crise systémique de sa politique en mal de talents.

Les États-Unis vont vivre le 4 novembre leurs élections intermédiaires. Les nouvelles candidatures fusent. Les femmes s'investissent. Il ne viendrait pas à l'idée de voter pour un candidat qui ne démontre pas sa connaissance de la vraie vie pour en partager les contraintes, les succès comme les échecs.

La politique française manque d'amateurs en politique, de mères de famille, de coiffeurs, de garagistes ... c'est pour cela que ses professionnels de la politique font preuve de tant d'amateurisme pour traiter des questions qu'ils ne connaissent plus. C'est l'un des paradoxes de l'actuelle période. Ils sont professionnels de la politique mais amateurs de la vie alors qu'il faudrait des amateurs de la politique mais des professionnels de la vie.

Avec le recul du temps, ce sera la probable principale responsabilité des citoyens que d'avoir accepté une telle dérive de leurs "représentants".

Si le crédit intérieur de cette classe politique est désormais nul, il y a longtemps déjà qu'à l'international cette classe politique n'est même plus dans la course tant pour son incompétence que pour la multiplication des diverses affaires à l'exemple de la couverture ci-dessus lors de l'affaire DSK.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

vendredi, août 29 2014

Edito - "La France : c'est Cuba sans le soleil" : l'auteur de cette formule est ...

0.A00456040-macron_noir.jpg

Emmanuel Macron commentant les mesures de fiscalité prises par le 1er Gouvernement Ayrault ! Cette formule a été officiellement assumée par son auteur qui est désormais Ministre.

La nomination d'Emmanuel Macron est lourde de sens.

1) Depuis 1 an, Hollande ne s'adresse plus aux militants PS mais aux marchés financiers. L'Agence France Trésor doit emprunter chaque jour 500 millions d'euros. L’État français doit écouter ses créanciers.

Si le taux d'intérêt dérape, c'est tout l'équilibre budgétaire qui explose.

2) Face à cette réalité, François Hollande a pris du retard. Il a fait des annonces qui ont calmé, rassuré. Mais il n'y a pas eu de passage à l'acte. Aujourd'hui, il obtient un nouveau sursis en mettant maintenant des hommes qui parlent aux marchés. Après les mots, c'est le temps des profils mais toujours pas des actes.

3) Cette évolution est majeure. Elle est possible parce que les députés et les militants apparaissent comme des sujets soumis. Les députés PS ne peuvent aller jusqu'au refus parce que la dissolution vaut leur disparition. Les militants dans la politique français sont considérés comme des grognards habitués à tout avaler.

4) Cette évolution est quand même un coup intéressant parce qu'il ne s'agit pas seulement de donner une leçon de réalisme à la "gauche de la gauche" mais aussi d'aller sur le terrain de la relève conquérante. Il est toujours de bon ton de se moquer des politiques mais très souvent certains d'entre eux, même s'ils sont de plus en plus rares, sont quand même moins "cons" que les railleries habituelles.

Et quand François Hollande donne une "leçon de jeunesse" à Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, c'est quand même assez bien vu pour l'avenir : ils deviennent vieux sans même avoir servi au sommet en se découvrant un matin de nouveaux concurrents majeurs ! Sacré retour de boomerang.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

jeudi, août 28 2014

Edito - Jusqu'où l'actuelle "démocratie minute" va-t-elle faire descendre les Français ?

0.A0005_138.jpg

La presse internationale s'en donne à cœur joie sur la France et son immaturité politique à désespérer. Tout vole toujours en éclat et la chute va de plus en plus bas. Qu'a pu faire la démocratie française pour être tournée en ridicule à ce point ?

Le véritable tournant date des années 80 et depuis c'est une permanente et continuelle chute aux enfers. François Mitterrand a instrumentalisé les institutions de la Vème République, désacralisé la fonction présidentielle dans des conditions indignes d'une démocratie moderne avec des affaires officielles qui auraient dû entraîner des procédures judiciaires majeures pendant son mandat ... La politique ne se remet pas de cette époque. Elle s'en remet encore moins que toute une partie de la classe politique française a le culot de faire de François Mitterrand son "mentor".

Les vrais tournants ont été identifiés tôt. Le livre de Frédéric Bon (1985 / que le meilleur perde) annonçait les tendances. Tout y est et avec humour.

Mais actuellement tous les records sont battus. Les circonstances sont extrêmes (crise financière, guerres, chômage, chocs des identités ...) et la classe politique vit ses enjeux d'ambitions personnelles.

Des personnes qui ont été incapables d'éduquer leurs propres enfants défrayant la chronique des faits divers veulent gérer la vie des ... autres.

Des politiciens qui n'ont jamais connu l'entreprise donnent des leçons d'économie.

Des politiciens qui n'ont parfois jamais quitté les rives des plages de la France gèrent des dossiers internationaux.

... : cela ne se voit nulle part ailleurs à ce point.

Comment dans le même temps peut-on imaginer que la France, dans les circonstances actuelles, puisse se priver ainsi de talents qui ont l'expérience, l'analyse, la formation ?

Louis Gallois, ... : voilà un excellent exemple de l'économie française expérimentée comme d'autres talents peuvent s'exprimer dans d'autres domaines.

Pourquoi donc pour être ministre faudrait-il être incompétent dans son domaine de ... "compétences" ?

Pascal Lamy peut parler de commerce international.

Mais ils vont aller chercher Jean-Vincent Placé, voire même Robert Hue ...

Dans le contexte actuel, quel jeune talent peut espérer se mêler à cette cacophonie lamentable ?

Il y aura bien un moment où les français vont commencer à s'interroger : qu'ont-ils fait pour mériter cela, pendant combien de temps encore et comment cette aventure finira-t-elle ?

La France terminera-t-elle sous redressement international comme ce fut de facto le cas pour l'emprunt international à la fin de la IV ème République dont l'accord Monnet - Dillon de janvier 1958 ?

La France est sur la route de la mise en place d'un cadre fixé par une autorité internationale face à l'impuissance française. C'est un enjeu de calendrier.

Actuellement, l'enjeu n'est pas le sort personnel d'Arnaud Montebourg qui est en cause. C'est le sort des Français et il s'agit bien davantage qu'une nuance.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

lundi, août 25 2014

Edito - Les grosses manips’ de l’apparatchik Arnaud Montebourg

0.A004615473.jpg

En lisant les titres de ce dimanche soir, j’ai cru rêver : le Parti socialiste aurait en tête une nouvelle politique économique et sociale ? Et quelle nouveauté !… La relance, une volonté pour les plus démunis et, en prime, un carton sur Angela Merkel

En réalité, ces deux lascars – Arnaud Montebourg et son servant de messe, Benoît Hamon – n’ont rien à proposer à part des formules à deux balles, et cela a toujours été la base de leur action politique. Ils n’ont aucune ambition pour changer de politique, faute de quoi ils se consacreraient à leur action ministérielle, en utilisant tous les relais qu’offre l’exercice du pouvoir. Non, leur seul but est de rafler la mise lors du prochain congrès du PS.

Ils visent à prendre la majorité – tout le monde sait que François Hollande est maintenant minoritaire chez les socialistes – ou à tout le moins à s’offrir une grosse minorité, ce qui permet ensuite d’exiger sa part dans tous les organes de pouvoir, et de se donner une bonne base pour les primaires. Et pour rameuter la troupe, rien de mieux que « Demain on rase gratis ».

La parlote à coup de phrase vide de sens, en endormant ceux qui ne demandent qu’à dormir… Ils ont toujours fait ça au Parti socialiste, et ça a toujours suffi à leur donner droit de cité, alors qu’ils sont incapables de rien faire d’autre. Aux primaires de 2012, Benoît Hamon – qui roulait pour Aubry – avait été malade de voir Arnaud Montebourg ramasser la mise du côté de l’aile gauche du Parti (expression qui me fait toujours rire). Là, les deux doivent se bouger, car ils craignent que cet électorat tant amateur de lubies se laisse draguer par un Jean-Luc Mélenchon grandiloquent, des Verts en délire ou… des frondeurs qui vont peut-être quitter leur barboteuse. Et comme la base « militante » est en pleine déprime, un petit shoot sur les lendemains qui chantent ne peut qu’avoir du succès.

C’est absolument sidérant. Depuis la SFIO toujours la même salade… : discours de gauche pour le congrès, et politique de droite dès le lendemain.

Au passage, ces deux-là avait tout fait pour faire nommer El Blancos, le fils spirituel de Nicolas Sarkozy. 4 mois plus tard, ils le dézinguent, sur une musique gauchiste. Grand sens de la responsabilité…

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont approuvé et mis en œuvre toute la politique de François Hollande. Après avoir dit exactement l’inverse auparavant. Donc, du côté de la tambouille socialiste, rien de neuf : business as usual…

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

lundi, juillet 28 2014

Edito - Les Français, "des lions menés par des ânes" !

0.A00655111-manuel-valls-et-arnaud-montebourg-le-12-mai-a-faverges-dans-le-centre-de-la-france.jpg

L'obsession française à croire que la loi a le pouvoir de remodeler le réel

Charles Gave, économiste, président de l’Institut des libertés, écrit dans Valeurs actuelles :

"En 1981, la droite ayant été battue, un député de droite survivant avait lancé à la tribune : « Vous allez vous fracasser sur la loi de l’offre et de la demande ». La réponse avait aussitôt fusé des bancs socialistes : « Nous allons abolir cette loi. » C’est ce à quoi va s’attacher M. Arnaud Montebourg, et il va réussir aussi bien que Lénine, Staline, Mao, Castro, Chávez ou que M. Mitterrand de 1981 à 1983.

En fait, l’économie ne croît que si le système légal permet le déroulement du processus de création destructrice chère à Schumpeter. Or, en France, la quasi-totalité des lois portant sur des domaines économiques vise à empêcher la destruction, ce qui revient immédiatement à empêcher toute création, c’est-à-dire toute croissance.

Réfléchissons deux minutes : dans quels secteurs pourrions-nous avoir une croissance aujourd’hui en France ? À mon avis, dans les secteurs qui sont liés à l’éducation, aux transports en commun, aux médias, à la culture, à la santé. La Suède fit faillite en 1992 et, pour s’en sortir, les déréglementa et les privatisa. Aujourd’hui elle se porte comme un charme. __ En France, tous ces secteurs sont sous le contrôle de l’État, c’est-à-dire sous le contrôle de la CGT, des syndicats professionnels ou des enseignants. La loi de M. Arnaud Montebourg devrait donc abolir le système des syndicats représentatifs datant de l’après-guerre, faire la lumière sur le financement de ces syndicats et leurs rapports avec les partis, interdire toute relation entre les bétonneurs et les hommes politiques ainsi que tout ce capitalisme de connivence qui ruine la France__, casser les grandes banques françaises en de multiples entités régionales, privatiser la Sécu et que sais-je encore… Là je serais certain que la croissance repartirait comme une fusée.

Mais je ne sais pas pourquoi, j’ai des doutes… D’où vient cette obsession française à considérer que la loi a le pouvoir de remodeler le réel ? Faire une loi sur la croissance, c’est croire que le futur est connaissable, ce qu’il n’est pas, comme l’a fort bien montré Karl Popper en théorie, et l’URSS en pratique. Un point important doit être mentionné ici : pour la première fois dans l’histoire de notre pays, il n’y a pas un seul membre du gouvernement qui ait la moindre expérience du secteur privé. Tous les membres de ce gouvernement ont toujours été payés par nos impôts, et jamais par un client. Ils sont tous députés, maires ou conseillers généraux, et, pour se faire élire par leurs troupes, il suffit d’augmenter les impôts sur ceux qui ne votent pas pour eux, ou d’emprunter.

Et le poids de l’État dans l’économie augmente donc sans cesse.S’il y a une loi qui ne connaît pas d’exception, c’est que plus le poids de l’État augmente, plus la croissance diminue. Donc, pour que la croissance revienne, il faut que le poids de l’État baisse, ce qui est impossible dans notre système politique. Dans les trois démocraties les plus anciennes, Suisse, Grande-Bretagne, États-Unis, un fonctionnaire peut se présenter aux élections, mais il doit alors démissionner de la fonction publique pour ne jamais y retourner.

Rien de tel en France où un fonctionnaire battu retourne dans son corps d’origine en attendant la prochaine élection, sa carrière ayant évolué comme s’il était resté fonctionnaire. Du coup, nos élus sont majoritairement fonctionnaires. Si la Chambre était majoritairement composée de coiffeurs, elle prendrait des mesures favorables aux coiffeurs. Les fonctionnaires à la Chambre prennent des mesures favorables aux fonctionnaires. Donc le poids de l’État augmente et avec lui le nombre de chômeurs. Chaque fois qu’un fonctionnaire de plus est engagé, trois travailleurs du privé perdent leur emploi.

Conséquence absurde de cette obsession : notre pays, qui devrait être le plus riche du monde compte tenu de ses avantages naturels et de la qualité de sa force de travail, s’appauvrit à vue d’oeil. Comme je l’ai écrit dans mon livre, Des lions menés par des ânes (Robert Laffont, 2003), les entrepreneurs français sont comme le tiers état en 1789 : ils portent sur leur dos la noblesse (le système politique) et le clergé (le système syndical). La France en crève. Elle est sur le chemin que suit l’Argentine. ...".

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

lundi, juin 23 2014

Edito - Alstom, l'Etat et ses drôles de calculs

0.A00m4443170_3_1a50_arnaud-montebourg-le-20-juin-a-paris.jpg

La négociation de l'entrée de l’État au capital d'Alstom donne lieu à un discours politique qui s'approche du délire.

1) L'entrée de l’État coûte bien 1 milliard 700 000 000€ aux contribuables. Si ce produit tiré d'une agence de participations avait été affecté à des économies donc allégeant d'autant la charge des contribuables face à d'autres dépenses publiques, il aurait été possible de parler de "non dépense publique". Il y a bien une dépense publique par cette perte de trésorerie.

2) Ce montant aurait pu être affecté à d'autres participations à l'exemple du numérique. Des participations avec des retours plus reproductifs sur les emplois du futur.

3) L’État annonce sa décision avant même que le montant de cette participation ait été finalisé. C'est du jamais vu dans une négociation. Tout est réuni pour que l’État "monte désormais au cocotier". Le groupe Bouygues est en position de force. Sa valorisation en la matière sera peut-être celle proche de l'annonce initiale mais il y a fort à parier que des différences aux frais de l’État donc des contribuables interviendront alors dans des affaires du périmètre global de ce Groupe, façon que l’État sauve la face publiquement dans le dossier Alstom mais lâche dans la coulisse le "juste prix" du vendeur..

Imagine-t-on un acheteur dire à un vendeur :

1) de toutes les façons j'achèterai avant même que le prix définitif ne soit arrêté,

2) cet acheteur se tourne ensuite vers ses financiers pour leur dire et "cela ne vous coûte rien parce que j'avais cette somme en trésorerie donc il ne s'agit pas d'une dépense",

3) et ce même acheteur ajoute à ses financiers et :"en plus on fait une belle affaire parce que c'est la solution que je ne voulais pas au départ".

Dans la "vraie vie", les financiers diraient à l'acheteur "vous nous prenez vraiment pour ces cons, on se retire" mais là il s'agit de politique alors ... le fait "d'être pris pour des cons" était probablement acquis dès le départ une fois de plus.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, mai 31 2014

Edito - BNP Paribas : La France humiliée par les malfrats de Washington

0.ALe-logo-BNP.jpg

Obama a encore frappé : ses sbires demandent à la BNP de payer une amende de 10 milliards de dollars (environ 7,3 milliards d’euros), avec une menace de retrait de licence, soit la perte de 10% du chiffre d’affaires. Ah bon, la BNP a été condamnée, avec de vraies lois et après un procès équitable ? Non, chez les cow-boys, une nouvelle illustration de l'impérialisme coutumier de Washington, on condamne sans procès.

La BNP aurait violé pendant quatre ans l’embargo décrété contre Cuba, le Soudan et l’Iran. Quel tribunal a décidé de cet embargo contre ces États souverains ? Aucun : c’est encore Obama et ses sbires. Une zone de non-droit… Une association de malfaiteurs encravatés décident de ruiner des peuples, puis de ruiner une banque (française), ce sans loi, sans tribunal sans procès, et ça passe comme une lettre à la poste. Ça me sidère.

Là-bas, l’affaire est traitée, sous le contrôle direct du gouvernement, par David O’Neil, chef de la division criminelle du ministère de la justice, Benjamin Lawsky, le patron du département des Services financiers (DFS) de l’État de New York… et Cyrus Vance Eternal Junior, le procureur du district de Manhattan. Eh oui, on retrouve ce loser en chef, le big boss de l’enquête sur la pipe nationale de DSK, qui ferme les yeux sur un viol parce que la victime a des papiers irréguliers

Chez ces instruits, le jeu est simple : tu craches un max, sinon je t’inculpe. Du pur chantage. Sauf que rigolez-pas : si la BNP lâche 7 milliards d’euros, le contrecoup sera vite ressenti : ce sera ça de moins de financement sur le marché européen, un coup très rude à l’économie.

Bien sûr, la banque BNP se prépare à un procès du feu de Dieu. Elle va contester les décisions d’embargo contre l’Iran, le Soudan et l’Iran, contraires aux résolutions de l’ONU. Elle va dénoncer ces sanctions gouvernementales, prises sans référence au droit international et sans procès, selon cette méthode qui conduit les US à commettre les plus graves violations du droit, comme en envahissant l’Irak ou en procédant à des campagnes d’assassinats au Pakistan… Non, la BNP ne se défendra pas. Ces décérébrés vont payer sans même oser saisir un tribunal. Une soumission totale.

Du côté du gouvernement français, c’est la même incurie. Le p’tit naze de Montebourpif, qui fulmine devant l’Indien Mittal, se couche devant les US. Pourtant, Mittal n’a pas fait 7 milliards d’euros de dégâts… De la part de ce quart de portion, ça ne surprendra personne. Michel Sapin a lui discuté avec Benjamin Lawsky, non pour exiger le respect du droit – conduire un procès en fonction de règles conformes au droit international – mais pour implorer la clémence… Quelle honte. Un rat… mais c’était perdu d’avance, car le gouvernement est calé sur les délires de Washington pour ce qui concerne Cuba, le Soudan et l’Iran. Sapin s’est fait jeter, et il a contacté Eric Holder, le ministre de la justice US, qui a son tour l’a jeté, lui expliquant qu’aucune banque n’était « too big to jail », littéralement « trop grosse pour échapper à la prison ». Et Michel Sapin a fermé son sifflet.

Le seul qui a osé dire un mot est le syndicat CGT de la BNP Paribas… Allez, c’est pour rire, eux aussi sont dans le tropisme de l’oncle Sam. Non, le seul qui a émis une opinion critique, mais bien discrète, est Christian Noyer, le Gouverneur de la Banque de France : « Nous avons vérifié que toutes les transactions incriminées étaient conformes aux règles, lois, réglementations, aux niveaux européen et français. Il n’y a aucune contravention à ces règles, ni d’ailleurs aux règles édictées par les Nations unies ». Très bien de rappeler que l’ONU existe, car c’est l’ONU qui défend le droit international, alors que les US ne défendent que leurs intérêts égoïstes, ceux d’un petit État de 320 millions de personnes qui maquereauter 7 milliards d’êtres libres et égaux. Mais que pèse la déclaration de notre ami Christian ?

Donc, c’est la crise avec les US ? Mais non, rien du tout ! Mieux, pour remercier ces malfrats, on va signer un accord de coopération, le Traité transatlantique, qui va finir d’asservir nos économies.

Demain, nos « ministres » expliqueront que ceux qui ruinent la France sont les réfugiés syriens ou les Roms. Et il faudrait voter pour eux…

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

mardi, mai 20 2014

Edito - Mettre fin au cauchemar de l'Euro ! Pour stopper la désindustrialisation et le chômage...

O.A1.jpgJacques Sapir réagit au documentaire de France 2 présentant le «roman de l'euro». L'économiste nous livre une autre version de l'histoire, celle d'un «cauchemar» dont il est urgent de sortir !

Jacques Sapir dirige le groupe de recherche Irses à la FMSH, et coorganise avec l'Institut de prévision de l'économie nationale (IPEN-ASR) le séminaire franco-russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie. Vous pouvez lire ses chroniques sur son blog RussEurope

Le « roman de l'Euro », quel beau titre pour une soirée de propagande sur France 2 ! On nous a présenté donc comme un « roman » ce qui est, pour la majorité des Français, mais aussi des Italiens, des Espagnols, des Portugais et des Grecs, un véritable cauchemar.

Le «roman de l'Euro», quel beau titre pour une soirée de propagande sur France 2! On nous a présenté donc comme un «roman» ce qui est, pour la majorité des Français, mais aussi des Italiens, des Espagnols, des Portugais et des Grecs, un véritable cauchemar. Notons que les réalisateurs n'avaient pris aucun risque. Les voix discordantes étaient réduites au strict minimum. Et si l'on doit saluer le courage d'un Philippe Villin, toujours très battant sur ce terrain, le spectateur moyen est laissé dans l'ignorance du nombre important d'économistes qui ont exprimé, ou qui expriment aujourd'hui, leurs doutes quant à la survie et surtout l'efficacité de l'Euro. Des Bernard Maris, conseiller économique à la Banque de France, Bernard Mazier, Alain Cotta ou Frédéric Lordon, il ne fut donc pas questions, ni des quelques soixante-dix noms d'économistes européens ou américains. De «débat», il n'y eut que le nom, et cela est indigne, mais hélas très habituel, de la télévision publique mais aussi de la France en général.

L'Euro existe depuis 1999 pour ce qui concerne l'Euro bancaire et depuis 2002 pour la monnaie courante, ce que l'on appelle l'Euro fiduciaire. Jusqu'en 2008, soit jusqu'à la crise des subprimes, il a provoqué un fort ralentissement de la croissance sur les pays qui l'ont utilisé. On peut comparer les taux de croissance annuel entre pays de la zone euro et le reste des pays développés.

0.APHO653f4d2c-dccf-11e3-a960-3bc8ab46f9e7-805x453.jpg

L'écart est, par an, de 0,5 % à 0,7 % avec la moyenne des pays de l'OCDE, qui incluse en fait les pays de la zone Euro. Cette situation s'est en réalité aggravée avec la crise, et l'on voit que dans la période 2007-2011, le taux de croissance annuel de la zone Euro est bien plus faible que celui des États-Unis, ou de la Suisse et de la Norvège. L'effet de freinage sur la croissance dû à l'existence de l'Euro est indéniable. Encore faut-il savoir que la zone Euro est elle-même très hétérogène. L'impact de la crise de l'Euro sur les divers pays mérite que l'on s'y attarde.

Un seul pays a vu son PIB s'accroître de manière conséquente par rapport à 2008, c'est l'Allemagne. La France stagne (avec un gain total pour l'ensemble de la période, soit 5 ans de 0,72 %). Par contre la chute est importante pour les autres pays. Elle est impressionnante dans le cas de la Grèce (-23,3 %) mais elles est très significative pour l'Espagne, l'Italie et le Portugal, et loin d'être négligeable pour un pays comme les Pays-Bas. Si l'on retirait l'Allemagne de la zone Euro, on verrait que le bilan global est encore plus négatif.

Mais, ces chiffres sont loin de nous dire l'ampleur réel du problème induit par l'Euro. La chute des investissements est encore plus spectaculaire, et cette fois elle est générale.

De 2008 à 2013, l'investissement, autrement dit la source même du progrès économique et social pour toute économie, s'est contracté dans tous les pays considérés. Cette contraction est très faible en Allemagne, significative en France et en Belgique, importante en Italie, aux Pays-Bas et au Portugal, et catastrophique en Espagne et en Grèce. Ces derniers pays sont ramenés au niveau d'investissement qui était le leur au milieu des années 1980. Il ne faut donc pas nourrir d'illusions quant à l'effet des politiques d'austérité. Ces dernières ont permis à certains de ces pays de retrouver une balance commerciale en équilibre, mais ce fut au prix d'une contraction drastique des importations. Compte tenu de l'effondrement des investissements dans ces pays, on doit s'attendre à des chutes importantes de la productivité qui vont faire réapparaître à bref délai un problème de balance commerciale.

0.APHO2b6b9b5e-dcd0-11e3-a960-3bc8ab46f9e7-805x453.jpg

Source: Base de donnée du FMI.

On voit, par contre, que l'Allemagne a un excédent important, et qui paraît même déraisonnable. L'Allemagne se fait tracter par le reste du monde, zone Euro incluse. Cette situation, elle la doit à l'Euro. Si l'Allemagne avait conservé le Deutschemark, ce dernier se serait réévalué au fur et à mesure des excédents commerciaux. Son taux de change serait probablement compris entre 1,50 et 1,55 dollars (ou USD) pour 1 DM. Mais, l'Allemagne bénéficie de l'Euro, et l'impact dépressif sur le taux de change qu'exercent les situations des autres pays. C'est pourquoi le taux de change de l'Euro, poussé à la hausse par les excédents allemands, mais à la baisse par les déficits des autres pays (dont la France) voit son taux de change évoluer entre 1,35 et 1,40 USD. Ce taux est excellent pour l'industrie allemande, mais bien trop fort pour les autres pays, qui doivent pour s'ajuster sacrifier leurs importations et leurs investissements. Un taux de 1,10 USD correspondrait à ce qui serait nécessaire pour la France, et pour l'Italie et l'Espagne, des taux compris entre 1,05 USD et 0,95 USD assurerait une bonne compétitivité sans avoir à sacrifier le long terme, par la compression des investissements. On mesure immédiatement qu'il ne peut y avoir de taux de change unique correspondant aux différentes économies. L'écart des taux de change d'équilibre pour les différents pays, et sans inclure la Grèce, va de 0,95 à 1,55 USD. L'ampleur de cet écart signe l'impossibilité de faire fonctionner la monnaie unique sans provoquer une catastrophe en Europe, et au-delà dans l'économie mondiale. Car, l'impact des politiques d'austérité qui n'ont été mises en œuvre que pour «sauver» l'Euro dépasse de loin les frontières de l'Europe . En fait, la zone Euro exerce une effet dépressif sur l'ensemble de l'économie mondiale.

L'impact social de l'Euro est aussi catastrophique, en particulier, mais pas uniquement, dans le domaine du chômage.

0.APHOc0ab507e-dcd0-11e3-a960-3bc8ab46f9e7-805x453.jpg

Source: Base de donnée du FMI

La prise de conscience de la catastrophe induite par l'Euro sur l'économie européenne commence à être perçue, que ce soit par les gouvernements ou par les agents privés. De fait, aujourd'hui, le marché des dettes tant publiques que privées, tend à se fractionner, et l'on est revenu à la situation de 2000. Il faut ici rappeler que le marché des dettes était le seul sur lequel on avait pu noter une réelle convergence. Cette dernière est désormais effacée.

Il ne faut donc pas s'étonner si des voix s'élèvent pour demander une baisse du taux de change de l'Euro face au Dollar, et en particulier en France. Mais, si l'économie française qui est l'une des moins intégrées dans la zone Euro pourrait en tirer quelques profits, cela ne résoudrait nullement le problème de l'Italie ou de l'Espagne. Or, qui peut croire que la croissance reviendrait en France si ces deux pays sont en dépression ?

Mais, les calculs réalisés au Ministère des Finances, et dont Arnaud Montebourg s'est fait l'écho au début de cette année avec une déclaration importante au journal les Échos, dans une interview sur le site internet , ont l'immense intérêt de montrer de manière incontestable que nous aurions grand intérêt à sortir de l'Euro. Les taux de croissance qui sont indiqués par la DGTP (Direction Générale du Trésor et de la Prévision), soit 1,2 % de croissance la première année et 0,6 % la seconde en cas de dépréciation de 10 % de l'Euro correspondent d'ailleurs aux valeurs «hautes» du modèle qui a été publié en septembre dernier. Nous tablions, pour une dépréciation de 20 % de la monnaie française (et non de l'Euro seulement) sur un gain direct de 2,5 % à 2,8 %, et un gain indirect total de 4,5 % à 6 % par an se répétant pour les 3 premières années .

La seule solution raisonnable, celle qui mettrait fin au cauchemar de l'Euro, serait une dissolution concertée de ce dernier. Il faut souhaiter qu'elle soit prise le plus rapidement possible, car le désastre imposé par l'Euro n'a que trop duré.

La solution dite de «dépréciation» de l'Euro se heurte à plusieurs obstacles. D'une part, on ne «déprécie» pas si simplement la monnaie correspondant à une zone économique qui est en excédent commercial (du fait de l'Allemagne). On peut certes faire l'équivalent d'une «quantitative easing» à l'européenne, c'est-à-dire obliger la Banque Centrale Européenne à racheter des montants importants de dettes publiques pour injecter de la monnaie et, par un processus de marché, comme il y aurait plus d'offre d'euros que de demande, provoquer une baisse du cours par rapport au Dollar et au Yen. Mais, un tel programme rencontrera l'opposition absolue de l'Allemagne. En effet, l'article 88 de la loi fondamentale allemande interdit à la Banque Centrale de prêter à l'État, et la cour de Karlsruhe a statué que les pratiques de la BCE ne doivent pas violer la constitution allemande. D'ailleurs, le problème se pose dès aujourd'hui à propos du programme Outright Monetary Operation envisagé par Mario Draghi, le président de la BCE, dont la légalité au regard de la loi allemande et du statut de la BCE est mise en cause par 6 juges sur 8. Enfin, il faudrait que la BCE adopte de manière claire une politique de ciblage du taux de change (et du taux de change réel par surcroît), ce qu'elle s'est toujours refusée à faire. On peut le déplorer, mais il faut le constater, il n'y a pas de majorité qui permette de faire changer de politique la BCE. Sauf à expulser l'Allemagne de la Zone Euro, rien ne sera possible dans la Zone Euro.

On le mesure alors. La seule solution raisonnable, celle qui mettrait fin au cauchemar de l'Euro, serait une dissolution concertée de ce dernier. Il faut souhaiter qu'elle soit prise le plus rapidement possible, car le désastre imposé par l'Euro n'a que trop duré.

Source : FigaroVox/Tribune

vendredi, mai 2 2014

Edito - Etat : quand l'ex-actionnaire devient un simple mauvais acteur

960991_1395933655_960950-1395923577-944684-1390317293-944559-1390296972-942964-1389715925-alstom-2.jpg

Alstom en est le dernier exemple : l’État français est un actionnaire sur le retrait qui ne parvient même plus à trouver les signes extérieurs d'apparence pour laisser penser qu'il est devenu un simple acteur de qualité.

L'économie française dans le monde aujourd'hui ce sont des chefs d'entreprises qui la font. Pour prendre un seul exemple, Bernard Arnault est aujourd'hui le véritable promoteur et défenseur de l'image de l'économie française dans le monde.

François Hollande, Arnaud Montebourg s'agitent pour sauver les apparences pouvant laisser croire que les politiques français ont encore un pouvoir mais lequel ?

Quatre sujets peu traités à ce jour méritent l'attention dans le dossier Alstom :

1) Quelle part du produit de la cession restera dans la trésorerie de l'entreprise ou ira aux actionnaires ? C'est la seconde hypothèse (retour aux actionnaires) qui dépasse la première et de loin. Pourquoi en est-il aujourd'hui aussi peu question ?

2) Une fois la cession opérée, qui sera en position de force : l'Etat ou GE ? GE parce que toute compression des commandes publiques françaises sera l'argument pour réviser les "engagements" en matière d'emploi.

3) A quel titre l’État peut-il supplanter les actionnaires ? Existerait-il un "État actionnaire" pour les décisions stratégiques de fond mais qui ne met pas "la main à la poche" pour renflouer ou pour supporter les pertes ?

4) Pourquoi faire vivre l’État une fois de plus dans l'opposition et non pas dans le projet ? L’État serait ainsi le "vengeur des salariés" mais quand deviendra-t-il le créateur des perspectives nouvelles ?

Toutes ces questions de simple bon sens montrent bien que c'est une "pièce politique" de mauvais goût qui se déroule sous nos yeux. L'ex-actionnaire sans moyen réel qu'est l’État devient un simple mauvais acteur récitant une pièce des vieilles années mais aujourd'hui se comporter ainsi c'est agiter des mots, du vent.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

jeudi, avril 10 2014

Edito - L’Europe, lot de consolation pour les éclopés

hdr_img_8578_6_7border.jpg

Dans un mois, ils nous diront de nous mobiliser pour le grande cause européenne, avec tout le tintouin habituel : l’Europe qui est notre avenir, l’Europe pour la jeunesse, faire barrage à la méchante Marine et surtout, être fidèle électeur… Ouaip... Sauf que là, c’est flagrant, ils se fichent carrément de nous et de l’Europe, à un niveau rarement atteint, avec tous les éclopés du remaniement qu’on refourgue au sanatorium européen.

Premier grand perdant, premier recasé, le camarade Mosco (1). Une nullité de ministre de finances, sans autorité et sans compétences, incapable d’approcher les objectifs fixés par l’Europe sur le désendettement. Donc, on le vire, avec un zéro pointé. Et on va faire quoi de ce lascar ? On va le nommer… commissaire européen ! Trop drôle : c’est lui qui dans trois mois adressera des courriers furibards à Montebourpif pour lui dire que la France doit enfin se décider à tenir ses engagements. Et Montebourpif fera le cirque sur les technocrates européens... Je les adore…

Deuxième grand perdant, deuxième recasé, le camarade Désir (2). Un européen convaincu, vu qu’il était député européen,… et d’ailleurs l’un de plus absent. Totalement inefficace à la tête du PS, avec un consensus général pour le virer. Oui, mais il faut soigner Chouchou… Alors, on le nomme… secrétaire d’État aux affaires européennes, en vidant le poste de toute substance pour être sûr que le camarade Désir ne fera pas de casse. Pour gérer les affaires européennes, Hollande a rapatrié à l’Élysée son ami Jean-Pierre Jouyet… qui connait bien le dossier car il était le secrétaire d’État aux Affaires européennes de Nicolas Sarkozy... Je vous dis que je les adore !

Troisième grand perdant, troisième recasé, le camarade Peillon (3), surnommé la vipère. Une catastrophe prétentieuse qui a fait un naufrage express à l’Éducation nationale. Enseignants, parents, élèves, administration : plus personne n’en voulait, et on l’a dégagé illico car il est impossible pour Hollande de se fâcher avec le monde de l’éducation. Alors que faire de notre Peillon ? Je vous le donne en mille : il va être candidat aux européennes, et … remplacer Harlem Désir pour la région Ile de France ! Il y a trois jours, il était encore candidat dans le Sud-Est, où il n'a jamais mis les pieds. Le voilà réfugié politique, et c’est lui qui va diriger la campagne du PS pour les européennes. Dans le Sud-Est, on nous refile un magnifique leader de rechange, Jean-Luc Benhamias, le transfuge du Modem… Ah les convictions...

Avec tous nos vœux de rétablissement... et qu'ils ne fassent pas d'efforts inutiles : on les dispense du cirque habituel sur leur grande ardeur européenne...

(3) http://www.lejdd.fr/Politique/Desir...

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

- page 1 de 2