0.A0011629696-11-septembre-2001-etats-unis.jpg

La quantité de morts ne peut créer une échelle des tristesses. Mais avec moins de 20 morts, les Français devraient revisiter leurs commentaires sur les attentats du 11 septembre 2001.

En septembre 2001 :

- 2 996 morts immédiats,

- 6 291 blessés !

Ces chiffres sont ceux de l'impact immédiat sans comptabiliser les décès ultérieurs dont les maladies des pompiers.

A entendre les actuels discours, il serait utile, honnête et responsable de revenir sur les déclarations des intéressés alors sur GW Bush, Donald Rumsfeld...

A l'époque, en dehors des postures, bon nombre des déclarations françaises ont été très décalées de la part du personnel politique français et tout particulièrement avec une gauche toujours animée par un anti-américanisme primaire.

Dominique de Villepin a eu raison de refuser la guerre fondée sur des motifs officiels mensongers mais il avait trouvé aussi les mots justes dans l'épreuve de 2001. Un des rares.

Il y a aujourd'hui une partie considérable du personnel politique français qui devrait, dans l'escalade actuelle des mots comme des initiatives, faire preuve d'une honnêteté intellectuelle face à leur incompréhension d'alors. La qualité de leurs actuelles analyses y gagnerait.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE