Keyword - Alain Finkielkraut

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, janvier 7 2015

Edito - Michel Houellebecq : "Soumission" sera t-il disponible à la médiathèque de Béziers ?

0.A00117775902727_soumission-de-michel-houellebecq.jpg

Michel Houellebecq n’est pas du tout un nouveau venu sur la scène littéraire, puisque son premier grand succès date de 1998 avec "Les particules élémentaires". Un roman mémorable sur les mœurs contemporaines. Depuis lors, la publication de chacun de ses livres a été un véritable événement. Que dire alors du dernier, ou plutôt du tout prochain, puisqu’il sera en librairie dès cette semaine ? Les critiques qui ont eu le privilège de le lire en priorité en ont déjà fait tout un tintamarre. Alain Finkielkraut, il y a déjà huit jours dans Le Journal du dimanche, expliquait tout le bien qu’il en pensait, non seulement parce que Houellebecq l’avait fait beaucoup rire mais surtout parce que le romancier se révélait une fois de plus remarquable analyste de son époque.

Il faut dire que le sujet est brûlant, puisqu’il concerne la présence de l’islam en France et que l’auteur l’aborde de la façon la plus provocante, en imaginant la victoire électorale d’un parti musulman et l’accession de son candidat à l’Élysée...

Le problème avec Houellebecq c’est que la formidable charge ironique du propos se dissimule sous une totale neutralité de ton. Je retiendrais volontiers la formule de Bernard Pivot : « Tout est à la fois énorme et subtil, outré et malin, invraisemblable et logique ». Le roman ne consiste nullement dans un pamphlet à charge, pas plus que dans une démonstration politique. Il nous offre un regard sur nous-mêmes, sur notre société, dont la vertu est de nous faire comprendre ce que nous sommes réellement.

Le résultat, c’est que tout le monde est obligé de réagir. Parfois violemment, comme Laurent Joffrin, le directeur de Libération, indigné par cette prose réactionnaire mais talentueuse. Précisément, c’est bien la preuve que Houellebecq a touché juste. Nul ne peut être indifférent à son investigation qui découvre les zones où ça fait mal. Précision indispensable : il y a toujours de la métaphysique dans l’air avec cet étrange garçon. Si elle s’insère ici dans le sillage de Huysmans, ce n’est pas seulement par amour de la littérature. C’est qu’il y a beaucoup à retenir de l’œuvre d’un écrivain puissant, qui surdéterminait son réalisme par une quête esthétique et mystique.

Source : Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 5 janvier 2015.

dimanche, juin 8 2014

Edito - L’opinion dominante dans les médias et les universités est de plus en plus minoritaire

0.APHOe457ec3c-9b2e-11e3-95fd-11246d9b5a0f-805x453.jpg

Elisabeth Lévy est journaliste et directrice de la rédaction du magazine «Causeur». Dans son numéro de juin, le magazine s’interroge sur le sens de l’expression «politiquement correct» et donne la parole entre autres à Natacha Polony, Alain Finkielkraut, Michel Maffesoli, Rachida Dati et Patrick Cohen.

"Ce qui caractérise notre situation, c’est précisément que l’opinion dominante, telle qu’elle s’exprime dans les médias et les universités, est de plus en plus minoritaire. Et plus cette minorité dominante est minoritaire, plus elle est hargneuse et prétend rééduquer le peuple qui pense de travers".

Le terme «politiquement correct» n’a-t-il pas fini par être galvaudé ?

Si, au point de devenir un vague synonyme de «bien-pensance» ou de «pensée unique». Or, à l’époque des «mutins de Panurge», le bien-pensant, c’est toujours l’autre ! Il faut tout de même être aveuglé par la paille dans l’œil du voisin pour oser affirmer qu’il est inconvenant, ou politiquement incorrect, ou dérangeant, ou impertinent, ... de défendre le mariage homosexuel.

En réalité, ces points de vue prétendument avant-gardistes sont au cœur de la pensée automatique qui définit le conformisme de l’époque – «comment peut-on être contre le «mariage pour tous», «comment peut-on être contre l’immigration massive», «comment peut-on avoir peur de l’islam». Autant de questions qui se ramènent à une seule : «comment peut-on être de droite ?»

Pourquoi la droite a-t-elle intériorisé son infériorité morale et s’est-elle laissée tétaniser par le «gauchisme culturel» dénoncé par Jean-Pierre Le Goff ?

La réponse est dans la question : c’est précisément parce que la gauche a réussi à déplacer toute la discussion sur le terrain moral et, sur ce terrain, à apparaître comme la représentante ontologique du Bien. Or, la droite avait autant de défaillances que la gauche à se faire pardonner. Je sais bien que c’est une majorité de gauche qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain, mais c’est tout de même à droite que la Révolution nationale prend sa source idéologique. De même, pour les Ligues et pour l’antisémitisme maurrassien. Alors bien sûr, il y a le sidérant tour de passe-passe grâce auquel une partie de la gauche communiste et intellectuelle s’est octroyé l’absolution malgré son soutien ou son aveuglement aux crimes du communisme.

Cela explique la prétention de la gauche à la supériorité morale, pas que la droite s’y soit laissé prendre…

À ces explications idéologiques, s’en ajoute une autre, plus circonstancielle, qui tient à la domination du champ culturel et médiatique par la gauche. Or, on pourrait résumer les deux ou trois dernières décennies par une lente prise du pouvoir par les médias, notamment sur les politiques. Ainsi s’est installée l’idée, ou disons le sentiment diffus, que pour faire carrière, il fallait d’abord plaire aux médias. Beaucoup de gens, y compris à droite, n’ont pas encore intégré le fait que Le Figaro, c’est beaucoup plus de divisions que Libération. (…)

Source: Le Figaro

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

vendredi, avril 11 2014

Edito - Jean-Luc Mélenchon peut qualifier Marine Le Pen de fasciste

636249--.jpg

Marine Le Pen, pour développer le chiffre d’affaires de l’épicerie familiale, a choisi le thème du relookage pépère et mémère. Donc, quiconque osera dire que le FN est d’extrême droite sera attaqué illico presto en justice. Bon. Sauf qu’on n’a pas vu le premier procès depuis ce fier effet d’annonce,... et que c’est en toute hypothèse bien mal barré : Jean-Luc Mélenchon qui avait traité Marine Le Pen de fasciste… a été honoré d’un procès, qui a été perdu…

Être homme politique présente quelques petits avantages question liberté d’expression : on peut y aller franco. Pour que le débat politique ait lieu, il faut admettre une part d’outrance, surtout en période de campagne électorale, et cette outrance est d’autant plus admise qu’un leader politique dispose de moyens pour répliquer. Plus fondamentalement, il faut admettre que si une idée est dans l’air, il faut qu’elle puisse s’exprimer, pour être mise sur la table et soumise aux contre-arguments.

Les limites sont les attaques personnelles, les éructations qui ne contiennent aucune idée, et le discours de haine. Ici, on redoute moins l’idée elle-même, que son rôle déclencheur. Le discours de haine (1) désinhibe les malfrats, et celui qui tient le discours est dans l’incapacité de contrôler les effets. C’est le jeu de lâcher de chiens qui est condamné.

Alors, notre affaire ?

On part d’un sondage publié le 5 mars 2011, qui donnait Marine Le Pen en tête au premier tour de la présidentielle de 2012. Réponse de Jean-Luc Mélenchon sur iTélé : « Tout ça est une guignolisation de la vie politique, absolument invraisemblable. Pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d'avoir un fasciste à sa tête ?

« Kézaco, moi fasciste ? » Marine Le Pen avait fait citer Jean-Luc Mélenchon devant la 17° chambre correctionnelle de Paris pour injure, en visant l'article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, aux termes duquel « toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure ». C’est l’argument : l'imputation péjorative d'une opinion illicite et universellement réprouvée constitue une injure.

Pas si simple. Pour Jean-Luc Mélenchon, ce n’était pas une question d’injure, mais de qualification politique. Il s’était amusé à relever que Marine Le Pen parlait elle-même de « fascisme doré des marchés financiers » et de « fascisme vert » à propos d’une certaine religion qui la défrise. Plus essentiellement, qualifier de fasciste, « ce n'est certes pas un compliment, mais c'est une opinion » qui a sa place dans le débat public.

Et d’expliquer que la « négation des conflits de classes » au profit de « communautés mythiques comme la nationalité ou la religion », et la posture « ni droite, ni gauche », sont des marqueurs « typiques » du fascisme. Enfin, et à très juste titre, il ajoutait que sanctionner pénalement cette caractérisation politique reviendrait à « interdire tout travail scientifique sur ce thème ».

Le jugement, rendu ce 10 avril, n’est pas connu mais on trouve les attendus principaux dans la presse.

« Si le terme fasciste peut prendre une connotation outrageante quand il est utilisé en dehors de tout contexte politique ou s'il est accompagné d'autres termes dégradants, il est, en revanche, dépourvu de caractère injurieux lorsqu'il est employé entre adversaires politiques sur un sujet politique ».

« Dans un tel contexte, il se situe dans le cadre d'un débat d'idées et d'une polémique sur la doctrine et le rôle d'un parti politique, sur lesquels Jean-Luc Mélenchon pouvait légitimement faire valoir son opinion sans dépasser les limites autorisées de la liberté d'expression en la matière ».

Marine Le Pen a annoncé qu’elle interjetait appel (2) (3) (4). Une nouvelle défaite promise. Aimer perdre, un destin...

PS : Je trouve que cette phrase de Jean Clair (qui c'est ?) est en revanche ouvertement diffamatoire. "Jean Clair trouve en effet qu'accuser Alain Finkielkraut d'être « un fourrier du FN » est « une ignominie » , quand on sait que le père de celui-ci, juif polonais, a été déporté à Auschwitz, avant d'émigrer en France". En effet, cette phrase accrédite un lien entre le FN et Auschwitz. Il y a décidément beaucoup de cons à cette académie française

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE

samedi, mars 22 2014

Edito - Après la majorité silencieuse, la majorité «râleuse»

werk-379.jpgUne phrase citée par Alain Finkielkraut dans l'émission de France Culture, Répliques du 30 11 2013) continue d'éveiller un sentiment de culpabilité chez les commentateurs les plus véhéments de BEZIERS POLITIQUE : «''Peut-être est-il temps de renoncer à insulter les hommes politiques. Il y a belle lurette que cette pratique de l'insulte a rompu les liens avec ses lieux d'origine —le discours oppositionnel— et qu'elle est devenue un lieu commun de la majorité râleuse. Depuis lors, elle circule et sert de passe-temps dans tous les médias »'.' — Hans Magnus Enzensberger (1) (Photo dessus).

Cette phrase est toujours d'actualité.

Oui, je sais, il y en aura toujours pour ricaner. Ce n'est plus une mode (la mode passe, heureusement), c'est une idéologie. Nous avons quitté l'ère du soupçon pour l'ère du sarcasme. Partout, le même rire gras des médias où l'on se nourrit aussi de talk-shows jusqu'à la politique, où le divertissement remplace la réflexion. Un désenchantement mortifère s'étend comme un brasier sur le vieux continent européen. Rien ne semble pouvoir l'arrêter. Jusqu'où ira-t-il ?

Il faut donc avoir un peu de pitié pour les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes.... qui doivent supporter non seulement les journalistes chasseurs de scoops, "vite de la petite phrase assassine" et de moins en moins chasseurs de vérités, relayant tous les même fadaises que chacun finira par ne plus écouter....

Quand aux hommes politiques.... en ayant côtoyé quelques uns dans une autre vie, ils adorent cela ! C'est leur fond de commerce la polémique, l'invective, la construction des fameuses "petites phrases" (éléments de langage comme on dit maintenant...) conçues spécialement pour les journaleux du 20 h et BéhéphèmeTévé...

Il s'amusent comme des petits fous deux fois par semaines pour la galerie télévisuelle des "Questions au gouvernement" suivi des interviews dans les coulisses (la salle des 4 colonnes).

Des grands gosses nous gouvernent...

On se tape dessus allègrement et on va ensemble gueuletonner au frais de la Princesse, "chez Françoise" dans le 7°.

Et après on s'étonne que le bon peuple ne se déplace plus pour voter...

Faudra-t-il alors demander pitié pour les journalistes ? Il est évidemment si facile de les rendre responsables de tous les maux (2). Sans disculper personne, il faut sans doute lire ces lignes davantage comme une invitation au respect des règles élémentaires de l'analyse. Nous serions à la place des uns ou des autres, que ferions-nous ?

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE