24-seaoson-8.jpg

Cette série TV au succès international a installé de nouveaux codes dont le rythme particulièrement soutenu. Des observateurs sérieux évoquent même qu'elle aurait été la "vraie" rampe de lancement de Barack Obama dans la lignée du Président Palmer.

24 heures chrono, c'est le nouveau rythme de la politique française. Les rôles sont bien répartis. Manuel Valls est Jack Bauer : sur tous les fronts à la fois, prêt à prendre des "libertés" avec les libertés pour protéger à tout prix. François Hollande est le Président Palmer : face à l'activité du 1er il incarne le calme, le recul.

François Hollande se positionne comme le ciment de la nation et tous ses nouveaux réseaux sociaux à l'exemple de Vine retracent l'union nationale autour de François Hollande.

Les journalistes impulsent le rythme sur le terrain tout particulièrement avec les reportages multi-géographies.

Quant à l'opposition politique, elle est spectatrice de la "nouvelle vie politique". Étonnant à ce point comme elle est parvenue à "perdre la main".

Quant à l'opinion, elle semble se prêter au scénario avec une faible exigence pour l'instant sur la cohérence des propos comme des visions dans la durée. Elle reprendrait les déclarations des uns et des autres il y a seulement un mois, les contradictions seraient manifestes.

Mais le scénario a changé et le nouveau rythme a aussi installé ses nouveaux mots. Rassurant face au drame mais très inquiétant sur le fond.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE