0.A0011monique-valaize-et-elie-aboud-vont-devoir-analyser-les_851329_667x333.jpg

Derrière ses lunettes de vue, ses yeux se brouillent et l’ensemble des larmes lui viennent : ”à bout, lâche-t-il. Si j’étais seul, j’aurais mis fin à mes jours''.

Depuis vendredi et la révélation du dépôt de plainte via le Midi Libre, Guy Jeuilly affirme n’avoir “reçu aucun coup p téléphone de quelqu’un de l’UMP. Rien ! Pas un soutien pour dire "Guy, on est avec toi". Sans nouvelle également d’Élie Aboud. “J’ai essayé de le joindre sans résultat. Finalement, c’est Monique Valaize (responsable de l’UMP biterroise) qui m’a appris qu’Élie se trouvait à l’étranger et qu’il voulait me voir dès la première heure à sa permanence, lundi, explique Guy Jeuilly. On verra demain matin (NDLR ce lundi) ce que ce cher Élie aura à me dire”. Mais blessé, Guy Jeuilly en est certain : “Il m’a laissé tomber”. Sur le fond, cette révélation ne permet évidemment pas de juger le bien fondé juridique de la plainte (1). Le procureur de la République doit se prononcer prochainement sur l’ensemble des suites à donner à ce dépôt de plainte.

(1) Selon nos sources, le parquet de Béziers confirme que le témoignage de Guy Jeuilly n’aura aucune incidence sur la plainte, celle-ci étant considérée comme révélation d’une affaire. En revanche, s’il se sent lésé, M. Jeuilly pourra déposer plainte à son tour.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE