0.A0011sem13fevd-Z29-barack-obama-enfants.jpg

"C'est n'être bon à rien que d'être bon qu'à soi-même" : cette formule de Voltaire est un peu excessive mais elle porte un sens qui mérite réflexion. Dans la nature humaine, il doit y avoir une dimension qui dépasse sa seule survie personnelle.

Aujourd'hui la marche à Washington pour lutter contre les traitements différents liés à la couleur de peau est un enjeu universel.

Pendant des décennies, notre civilisation a réfléchi sur la notion de progrès : le contenu, les menaces ...

Progressivement, ce qui a marqué les étapes importantes a été la reconnaissance de l__a primauté donnée à l'individu, à chaque individu.

C'est d'ailleurs la force de la religion chrétienne que d'avoir défendu à la fois__ l'universalisme, la reconnaissance de la différence et la place de l'individu.

Un individu responsable, unique, respecté par les pouvoirs.

C'est très surprenant et inquiétant de voir ce progrès remis en cause.

Il est remis en cause quand il y a place au doute sur l'existence de violences liées à une couleur de peau.

Quand des pouvoirs veulent imposer à des adultes majeurs responsables la façon de vivre leur vie en choisissant le partenaire qu'ils aiment.

Quand cette liberté individuelle devrait être fractionnée, vécue alors comme une sous-liberté, oui à l'union mais non à l'adoption.

Quand des services publics de l'enseignement sont faibles au point de laisser à la reproduction mécanique de statuts intellectuels ou matériels la sélection face à des formations.

Quand des fascismes religieux défendent une conception de l'islam où l'orgueil d'une religion serait de s'imposer aux autres.

Il y a des moments où l'importance d'enjeux devient le marqueur de défis aux progrès de notre civilisation.

Aujourd'hui à Washington, la marche pour l'égalité est l'un de ces enjeux.

En novembre 2008, je n'étais pas être présent le jour de la victoire Barack Obama. Mais un ami qui était à Boston, à ce moment là, m'a raconté que la fête qui a eu lieu au cours de la nuit (dès 22 heures, heure locale), est l'un des temps forts de ses souvenirs personnels. Il faut se remémorer que Barack Obama est et reste pour l'instant le premier président métis de l'Histoire des États-Unis à avoir été élu. Une frontière du rêve américain avait été franchie. Sous cet angle, l'émotion collective était forte, réelle, manifeste. C'est inquiétant que 6 ans plus tard une marche comme celle de Washington ce jour se produise encore sous une telle présidence.

Preuve si besoin était qu'en complément des symboles, l'implication individuelle de chacun est incontournable dans la vie de tous les jours pour que des progrès naissent et vivent.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE