0.A001tumblr_nd2ybsomL01qd3fa2o1_1280.jpg

La France connaît actuellement plusieurs bombes prêtes à exploser. Il en est une qui est redoutable : les suites des élections de mars 2014. 200 jours plus tard, en quoi les Communes ayant été soutenu par le FN sont-elles gérées sur des bases différentes des ex - Communes UMP ?

Tout se passe comme si le système s'imposait et imposait une seule et même politique. Ce qui est faux. Seule l'absence de volonté des nouveaux élus conduit à un conservatisme qui trouble l'opinion.

Prenons l'exemple de Béziers qui devait être la capitale de "l'autre droite". Mais elle est où "l'autre droite" dans le fond des dossiers ? Impossible à être identifiée.

Quand on arrive à ce niveau d'immobilisme alors même que tout va mal, c'est le système qui est en cause. Il faut retrouver des bases systémiques plus saines.

C'est le sens du livre de Mélanie Joly à Montréal : changer les règles du jeu politique !

Dans de nombreuses démocraties, le système politique est aujourd'hui dépassé donc discrédité.

Tant que les partis de gouvernement ne changeront pas leurs méthodes, leurs projets, ils laisseront une autoroute à des partis extrémistes. Parce que ces partis incarnent alors le vrai changement.

La vraie bombe des municipales de mars 2014 en France n'est pas dans les risques d'échecs d'expérimentations multiples mais dans l'absence de la moindre expérimentation accréditant l'idée qu'UMP = PS.

C'est aujourd'hui le cas à Béziers. Robert Ménard veut jumeler Béziers avec Maaloula en Syrie. "Je suis différent des autres maires, qui font des jumelages pour avoir des voyages faciles" affirme Robert Ménard, élu maire de Béziers avec les voix du FN.

Il est temps en effet de changer les règles du jeu.

Le Rédacteur en chef de BEZIERS POLITIQUE